1 (2)On ne sait pas qui est Twiggs Jameson (mais sûrement un pseudo). On ne sait pas quand a été écrit le livre (1968, a priori). Et pour tout dire, on sait à peine de quoi ça parle. Ce qu'on sait, c'est que les éditions bien barrées de Lenka Lente nous envoient Billy & Betty l'air de dire : «et maintenant, démerdez-vous». On ne va pas tourner autour du pot - si on vous en parle ici, c'est qu'on a kiffé. D'abord parce que Billy & Betty est un livre comme on n'en fait plus : pas de lieu, pas de date, pas de background. Pas d'explication. On fait confiance à l'intelligence du lecteur. Un instantané. Une fenêtre ouverte pendant un temps, on passe la tête, on voit ce qu'on peut voir et bye-bye.

Résumons l'histoire : un frère puceau et asocial à cause de la petitesse de sa bite vit avec sa sœur nymphomane dans un monde qui ne tourne qu'autour du sexe. Bon, ça parle aussi de kazoo et de dentifrice, mais c'est assez marginal. Jamais vous ne lirez autant le mot «pine» et le mot «pudarkus» (que vous ne lirez d'ailleurs jamais ailleurs).
On peut surtout y lire, évidemment, une critique de la libération sexuelle. Ou une critique de la normalisation d'un monde libéral. Surtout, une critique de l'american way of life. Ou... ou... «On pouvait dire... Oh, Dieu... bien des choses en somme», comme dirait un autre obsédé de son appendice. Bien des choses, mais est-ce bien l'essentiel ? Il faut juste prendre plaisir. Se laisser porter par une histoire sans queue ni tête. On ne demande pas à Brazil d'être cohérent. De tout expliquer. On ouvre Billy & Betty et on ne peut pas le refermer. Le genre de livre qu'on cache un peu dans le métro (surtout pour ces belles pages d'illustrations avec des phallus turgescents). Comme quand vous matiez les bouquins de Reiser de votre père en cachette. Billy & Betty est un pur produit de la liberté littéraire comme on l'aime.
twiggs jameson billy and betty lkl site UNEIncipit et explicit
«Waouh, Billy, t'as l'air terrible !», dit Betty à son frère qui sortait de sa chambre et la rejoignait dans le salon.

Excipit
Rien... répondit Betty en avisant un siège. Je n'ai rien dit.

Ce que ce livre dit sur notre époque
Ce n'est pas un hasard si ce livre est réédité aujourd'hui. Pas plus que si notre amie Camille Emmanuelle écrit autant. Ou que des petits bijoux comme la BD Sex Story cartonnent (pas assez, mais bon). Le sexe cool, libre va bientôt faire son retour. Nous sommes à l'ère des sans-revendication. Le parti des «occupe-toi de ton cul» sera bientôt majoritaire. Un côté libertaire dont la solidarité va pâtir, mais l'humanité a fait ses comptes : l'homme s'occupe surtout de son prochain pour l'emmerder. C'en est fini. Et comme toujours, le premier domaine où la révolution prend racine, c'est le sexe. Le sanctuaire de l'intime. Là où les convictions pointent leurs premiers bourgeons.

Vous avez aimé, vous aimerez
La conjuration des imbéciles de John Kennedy Toole, tout les Monty Python, Terry Gilliam, Karoo de Steve Tesich, Vixen de Russ Meyer, l'érotisme des 70's, Dirty Sexy Valley d'Olivier Bruneau, faire l'amour à un(e) inconnu(e), la série des Austin Powers...

++ Billy & Betty, de Twiggs Jameson, éd. Lenka Lente, 215 p., 14 €