beethoven

Il aura fallu le temps, mais voilà qui pourrait enfin réhabiliter ce bon vieux Ludwig Van et sa 9ème Symphonie, assimilée depuis Burgess* et Kubrick aux extases d'Alex dans Orange Mécanique : dans l'ensemble, les psychopathes ne seraient pas particulièrement fans de musique classique, mais plutôt de rap. C'est du moins ce qui se dégage d'une étude menée par une équipe de chercheurs de la New York University, une étude en cours et donc pas encore publiée. 200 personnes ont été exposées à 260 chansons différentes, un échantillon très restreint qui devrait par la suite déboucher sur une étude de plus grande envergure. Pour l'instant, les résultats préliminaires révèlent que les sujets présentant les plus fortes tendances à la psychopathie sont également les plus grands fans de Lose Yourself (Eminem) et No Diggity (Blackstreet). Et ceux qui préfèrent My Sharona de The Knack et Titanium de Sia sont les moins susceptibles d'être des psychopathes. L'idée qu'ont derrière la tête ces chercheurs est de trouver un moyen de détecter la psychopathie par une seule analyse des goûts musicaux. Si la démarche peut sembler à premier abord discutable (perso, j'imagine un monde dans lequel on pourrait m'interner de force juste parce que ma bibliothèque contient Pipo le iench, Cuntfacel'intégrale de Rohff et des motets médiévaux, et je tremble), on ne peut pas nier qu'on a toujours cru à une corrélation entre santé psychique et chansons de prédilection, et d'ailleurs si cette équipe de chercheurs nous lit, coucou, est-ce que Baba marmonnant "chuis chaud" sur du Soprano à fond la caisse, le regard plus désincarné qu'un Mangemort, et qui rentre tout habillé dans une douche avant de montrer son caleçon à la caméra, est-ce que ce moment-là, à partir de 3:34 ci-dessous, ne représente pas un admirable cas d'école pour votre étude ?

*Est-ce que quelqu'un a jamais mieux parlé de la 9ème que Burgess dans ce passage ? La réponse est non : "Then, brothers, it came. Oh bliss, bliss and heaven. I lay all nagoy to the ceiling, my gulliver on my rookers on the pillow, glazzies closed, rot open in bliss, slooshying the sluice of lovely sounds. Oh, it was gorgeousness and gorgeosity made flesh. The trombones crunched redgold under my bed, and behind my gulliver the trumpets threewise silverflamed, and by the door the timps rolling through my guts and out again crunched like candy thunder. Oh, it was wonder of wonders. And then, a bird of like rarest spun heavenmetal, or like silvery wine flowing in a spaceship, gravity all nonsense now, came the violin solo above all the other strings, and those strings were like a cage around my bed. Then flute and oboe bored, like worms of like platinum, into the thick thick toffee gold and silver. I was in such bliss, my brothers."

(Source)