Dans la capitale teutonne "pauvre mais sexy", être plus underground que son voisin est devenu une sorte de sport local officieux. Qui a la plus grande collection de vinyles de connoisseurs ?  Qui ne s’est jamais fait recaler par Sven, le cerbère du Berghain ? Qui a passé le plus de temps à se la coller dans les darkrooms du club mythique avec un exta sur le bout la langue et une Doc Martens enfoncée dans l'anus ? Mais pourtant, n’en déplaise aux tristes sires tout de noir vêtu, le titre ô combien prestigieux de Président de l'Underground berlinois est déjà détenu par quelqu’un : Chilly GonzalesAvant de devenir la star internationale que l’on connaît, le Canadien a passé le début des noughties à remuer les milieux hipsters de la capitale allemande avec ses concerts de rap pétés, ses premiers albums solo au piano et ses collab’ avec la jeune Peaches. Dans une vidéo parodique datée de 2000 (ci-dessus), un fringuant Gonzales tout de rose vêtu explique pourquoi il est le candidat idéal pour pourvoir le job de Premier Homme de la Vie Alternative berlinoise, arguments à l’appui. Votez Chilly.

(Source)