Saint-Maurille (Vème siècle), le schlagos
Évêque d’Angers au nom de champignon, il devait probablement se faire un peu chier car il décide de partir pour l’Angleterre sur un coup de tête. Il se casse, atteint un petit port, tague son blaze sur une pierre et subtilise un bateau de pêche. Au milieu de la mer, il s’aperçoit qu’il a emporté les clefs de l’église, il se dit «ohlala merde». Et comme ce n’est pas son jour, il fait tomber les clefs dans l’eau. Plus tard, un gros poisson les gobera, l’animal sera miraculeusement récupéré par les Angevins et tout est bien qui finit bien.

Sainte-Godeleine (XIème siècle), la miskina
Mariée très jeune à un Flamand, elle ne s’entend pas bien avec son mari, et encore moins avec sa belle-mère super raciste, qui la traite de corneille parce qu’elle a les cheveux noirs alors que tout le monde est à moitié roux. Du coup, elle repart vivre chez ses parents. Sur injonction de l’évêque de Tournai, son mari qui la déteste lui demande de revenir et la fait assassiner par deux valets qui l’étranglent avec un lacet. Aujourd’hui, elle est invoquée pour guérir les maux de gorge.  

Saint-Germain l’Écossais (Vème siècle), l’artiste de rue
Né en Écosse, il devient prêtre à 25 ans, mais il a envie de visiter la Gaule. Il traverse alors la Manche sur une roue de charrue géante. En approchant de Flamanville, il s’aperçoit qu’il y a un serpent à sept têtes qui mange les enfants. Toujours sur sa roue, il se dirige droit sur la côte, se jette dans la grotte du serpent et le tabasse à coups de crosse. La méchante bête se cristallise brusquement dans la pierre granitique, et cesse toute activité délictuelle.

Saint-Just de Beauvais (IIIème siècle), le mytho
À 9 ans, il se rend avec son père à Amiens depuis Auxerre pour aller rendre visite à son oncle qui est en prison. Là-bas, il réussit à le faire s’échapper. Mais, sur le chemin du retour, la petite bande est rattrapée par des soldats. Le père et l’oncle se cachent précipitamment tandis que l’enfant, bravache, affronte seul les militaires, qui le décapitent en deux minutes. Quand les deux autres sortent de leur cache, ils voient le corps de Just, tranquillement assis, sa tête sur ses genoux. La bouche se met carrément à parler et leur demande de rapporter la tête à sa mère.

Illustration : Caroline Laguerre.