Jenn : Qu'est-ce que tu manges pour être beau pétard comme ça ?
Tido : Je mange des corn flakes le matin, et parfois des oeufs crus parce que ça donne la pêche. En période de tournée, deux oeufs crus battus dans un verre : power ! Sinon, je mange du colombo, un plat créole avec du curry, de la viande et plein de légumes. Un truc de renoi quoi.

Sfone : Le truc le plus étrange qui te soit arrivé dans ta vie d'artiste ?
Tido : Je sais pas… Quand t'as un mec qui est habillé comme toi, coiffé comme toi, qui parle comme toi, c'est assez étrange. Ou quand t'as des gens en bas de chez toi qui savent que t'habites là et qui t'appellent. Chez ma reum, ça arrivait fréquemment. Y avait des meufs en bas de chez moi qui se mettaient sur le banc d'en bas et qui, dès que je sortais, gueulaient mon nom. J'étais égaré. Ou des gens qui appelaient chez ma reum. Ça, c'est bizarre, ça fait limite peur. Je sais pas si j'ai envie d'être Michael Jackson…

Groupachié : A quel âge as-tu perdu ta virginité ?
Tido : Je suis encore vierge. Pas de sexe avant le mariage.

MtO : Quel membre de TTC se tape le plus de meufs ?
Tido : Arghhh… Question dossier… Heu… Orgasmic. Il arrive même à ce que les meufs aient des orgasmes sans les toucher.

Jey Are : Ce premier album solo, sera-t-il ‘lyricalement' original et hyper travaillé comme l'était Ceci n'est pas un Disque ou gardera-t-il le ton très pauvre, un peu sans intérêt et destiné plutôt à un public de pauvres riches comme 3615 TTC?
Tido : Cet album est super bien travaillé. Cet album a été une super prise de tête pour obtenir des trucs un peu construits, un peu cool, un peu imagés, tout en couleurs, tout en formes, sucrés. Maintenant, le truc, c'est que Ceci n'est pas un Disque était pas du tout travaillé, c'était des milliers de textes écrits à droite à gauche, sans thème. On s'est jamais dit : « on écrit sur tel sujet ». Sur Bâtards Sensibles, on était déjà un peu plus conscients, on avait compris plus de trucs. Et3615 pour moi, au niveau des textes, c'est quand même cool, même s'il y a un côté direct, droit au but. L'objectif de 3615, c'était d'être simple et de se faire comprendre directement, alors que sur Ceci n'est pas un Disque, on cherchait à écrire le texte le plus complexe de la terre, ce qui est en fait débile car au final, personne ne comprend jamais rien. Sur mon album solo, il y a des morceaux travaillés comme des morceaux super spontanés, écrits en studio, qui veulent absolument rien dire, mais qui sont basés sur la forme et leur façon de sonner.

Em from ATL Ton rôle le plus orgasmique : producteur ou MC ?
Tido : C'est bien d'être rappeur. Mais être producteur te permet de voir quelqu'un faire évoluer ton morceau. Quelqu'un qui écrit sur ta production, c'est quand même cool, surtout si ça te plaît à l'arrivée, même si toi-même tu aurais forcément pas écrit la même chose. Donc, au final, je dirais producteur.

Em from ATL : Quels sont les artistes qui t'ont influencé quand t'étais lil'Tido Berman ?
Tido : Des trucs des années 70, mais pas du tout du rap. C'était plus du ragga, de la funk ou de la P-Funk, comme Bootsy Collins. Vers 12/13 ans, j'ai commencé à vraiment kiffé ça. J'ai un oncle qui est guitariste et qui écoute plein de funk, qui a joué avec la planète entière, et qui avait toujours plein de disques avant qu'ils arrivent en France. A l'époque, je détestais le rap. Je détestais Public Enemy quand je suis arrivé de Guyane. Là-bas, c'était zouk, reggae ou ragga. Ensuite, quand je suis arrivé ici, j'ai commencé à aller voir mon oncle à ses concerts, et là, je me suis vraiment intéressé à la musique, mais essentiellement la funk fin 70's, début 80. Le rap, c'est venu dans les années 90. Au départ, je dansais pour impressionner les meufs, pour les pécho… Je dansais pas très bien, alors je me suis dit que j'allais rapper pour pouvoir danser sur les morceaux que j'aime, mais il a fallu choisir alors j'ai arrêté de danser. Ensuite, je me suis dit : « Les mecs qui font mes musiques, j'aime pas leur son, donc il faut que je fasse mes propres musiques pour pouvoir rapper dessus. Mais toujours dans le but de pécho des meufs... »

Em from ATL : Comment tu taffes ? Il faut que Mr Berman soit au calme et (à peine) mégalo comme un Diddy ou il faut que l'ambiance soit plutôt enfumée comme pour un Snoop ?
Tido : Plutôt aquarium à fumée. Et plutôt seul. Quoique, ça dépend. Y a pas vraiment de méthode, mais en tous cas, c'est plutôt le soir tard et rarement la journée.

GuiKan : Gagnes-tu bien ta vie ?
Tido : Je vis pas forcément confortablement. Enfin si, ça va… Disons que la musique me permet de vivre. C'est pas tout le temps facile, mais ça va, j'arrive à m'en sortir. J'ai pas encore de Rolls ni de jet privé, mais c'est pour bientôt.

Alice : Comment expliquez-vous qu'une énorme partie de votre "fan-club" soit des nénettes alors que vos paroles les rabaissent de long en large ?
Tido : Mais non, nos paroles, c'est de l'amour sincère et sensé. On dit ce qu'on pense en étant entier. Donc on rabaisse pas les filles, c'est totalement faux. Pour moi, les meufs sont limite pires que nous. Franchement. Ce que se racontent les meufs, c'est violent. Nous, les mecs, on parle plus d'un petit détail rapide, ou bien des grandes lignes, alors que vous, c'est carrément détaillé, précision totale, lumière d'ambiance, le son, la posture… Après, c'est vrai qu'on a un public de meufs, ce qui nous ramène des mecs. Je suis ravi, je préfère avoir plein de meufs euphoriques en face de moi plutôt que des cailleras qui bougent à peine la tête parce qu'ils veulent pas être pris pour des teubés parce qu'ils osent danser. On doit être le seul groupe de rap en France qui n'a jamais eu de bagarres à ses concerts. C'est déjà arrivé que des mecs s'embrouillent avec Cuiz, Tek ou moi à la fin d'un concert parce que leur meuf est un peu trop fan de l'un d'entre nous… C'est déjà arrivé qu'on ait à se battre, mais très rarement. Par contre, entre nous, les membres de TTC, on s'est tous battu au moins une fois les uns avec les autres. En tous cas, on s'est tous battus au moins une fois avec Mago (leur ancien tourneur et manager, ndlr).

Alex : Question indiscrète : es-tu déjà allé voir des putes ?
Tido : Quand je suis arrivé en France, j'hallucinais sur la rue Saint-Denis et sur ces femmes habillées légèrement qui vendaient leur corps. Mais j'ai jamais payé une femme pour faire du sexe ou discuter. Aller voir des putes, c'est quand même un concept… T'as aucun mérite. Séduire une fille, c'est tellement mieux.

Alex : Question underwear : dans votre crew, même les slips sont fluos?
Tido : Nos slips ne sont pas fluos. Et je crois que le fluo commence à tous nous fatiguer, et ça fait un moment d'ailleurs.

Alex : Qu'est-ce qui te fait gagner le plus de thune : les beaufs ou les hypes ?
Tido : (Rires). Je sais pas. Qui consomme le plus notre musique ? Je sais pas du tout, j'en ai aucune idée. A Paris, c'est peut-être la hype, en Province, peut-être la hype, ou bien les beaufs. Franchement, je sais pas du tout. On a quand même un côté hype, mais j'ai déjà été dans des gouffres, où y a des gens atroces qui nous adorent, des gros fraggles, des rastas blancs. Horrible.

Alex : Est-ce que ta grand-mère et tes parents connaissent ton son ?
Tido : Mes parents ne comprennent pas, mais ils sont déjà venus à mes concerts plusieurs fois. Comme mes oncles et mes tantes. Ma grand-mère est venue une fois à un concert, elle comprenait rien mais elle était ravie de voir plein de monde crier notre nom. Elle accrochait tous les gens qui passaient à côté d'elle en disant : « c'est mon petit-fils ». C'est la mamie du Cosby Show ma grand-mère, elle est chanmé, avec ses grosses lunettes en or. D'ailleurs, je porte souvent des lunettes à elle parce qu'elle en a une collection impressionnante, genre 300 ou 400 paires.

WWKitty : Si tu étais abandonné sur une île déserte jusqu'à la fin de tes jours avec un des membres de TTC, ce serait lequel ?
Tido : Ce serait Cuizinier parce qu'il fait aussi bien à manger que moi.

WWKitty : Combien de temps tu mets à te coiffer le matin ?
Tido : Zéro seconde parce que je me coiffe pas. Je n'aime pas me coiffer. Et je déteste qu'on me touche les cheveux, ça me rend ouf.

Epilogues : Comptes-tu faire une tournée pour ton album solo ? Avec quel DJ ?
Tido : Oui. Avec Orgasmic ou bien DJ Fab. Ou peut-être sans DJ. Il est possible que je fasse une tournée avec des musiciens. C'est beaucoup de travail, mais j'y réfléchis et j'y travaille. Si tout se passe bien, elle aurait lieu cet hiver.

La nouvelle égérie des polos Fred Perry : Est-ce que c'est ambiance baisodrome pendant les tournées ?
Tido : (Eclat de rire). Tu veux que je me fasse couper la tête ? Non. Ça peut être baisodrome dans certaines chambres, mais pas dans la mienne. Dans ma chambre, c'est X-Box, Wii, chaînes câblées et drogue. C'est pas coke et putes, c'est weed et consoles de jeux.

Lola : Est-ce que t'aurais une anecdote de tournée à raconter ?
Tido : Oui, des meufs qui viennent devant la porte de mon hôtel et qui chantent mes textes pendant une demi-heure, jusqu'à ce que j'en puisse plus et que j'appelle le mec de la réception pour qu'il les vire. Ou alors des meufs qui montrent leurs seins ou leurs fesses sur scène. Ça, c'est fou. C'est cool.

Lola : Est-ce qu'avec cet album tu veux faire quelque chose de différent de ce que tu fais avec TTC ? Et si oui, pourquoi ?
Tido : Je trouve ça important de pas faire la même musique que ton groupe sinon, ça sert à rien. Les gens n'auraient aucune surprise et ce serait tomber dans la facilité. C'est pas intéressant ni pour toi, ni pour le public. Avec TTC, on a vraiment un son, une couleur qui appartient au groupe, et c'est bien que ça reste au groupe, et non pas à nous lorsqu'on est en solo. J'avais fait quelques morceaux booty techno, mais au final, je les ai pas utilisés.

Claire aka Miss Q : Cette envie de sortir un album solo est-elle ancrée au fond de toi-même depuis longtemps ?
Tido : Oui. Depuis la nuit des temps. Mais là, ça tombait bien puisqu'avec TTC, on s'est dit qu'on faisait un petit break -et là je te donne une info- avant de faire un album avec Modeselektor. Je pense que c'est important pour un groupe que ses membres fassent des albums solo. Ça a été le cas pour tous les plus grands : les Beatles, Wu-Tang, Parliament… C'est logique et ça remet de l'huile dans le moteur du groupe.

Claire aka Miss Q : Qu'est-ce que t'as pensé des projets solo de Teki et Cuiz ?
Tido : J'ai pas tout aimé, mais en majeur partie, j'aime bien. Sur les trucs de Cuiz, la reprise de I Like To Move It est pour moi mythique ; ce morceau italien, c'est juste fou. Sur l'album de Tek, il y a deux, trois trucs qui déboîtent même si j'aime pas tout et que je préfère vraiment les trucs de Cuiz, c'est plus mon délire. Pareil pour eux, ils ont aimé certains trucs dans mon album, d'autres moins. C'est normal, on a pas la même culture. Mais je pense que Cuiz et Orgasmic ont plus aimé que Tek. Tek est plus parti dans un autre délire. En ce moment, il kiffe la techno trance, et moi je déteste ça. Je peux écouter un ou deux morceaux, mais pas en tournée pendant des heures à fond dans la caisse.

Claire aka Miss Q : Est-ce que cet album solo n'est pas pour toi l'opportunité d'enfin montrer ce que tu sais faire et de davantage faire entendre ta vision de la production?
Tido : Tout à fait. C'est super important que les gens se disent que je suis capable de produire un album entier. C'était d'ailleurs un peu le but : pouvoir vendre des morceaux après, et éventuellement être ghostwriter. Non, mais oui, c'était important de me prouver que je pouvais arriver à produire un album entier. Composer un morceau c'est plus de travail et de temps qu'écrire un morceau.

Claire aka Miss Q : Ça va bientôt faire 10 ans que TTC existe, est-ce que cette étape solo marque le début de la fin ou à peine la fin du début ?
Tido : La fin du début. Avec TTC, on va être comme les Rolling Stones, on va chanter à vie, il faut que les gens se disent ça. On fera peut-être pas du rap, mais on fera toujours de la musique. Pour moi, c'est évident que je ferai toujours de la musique, sinon je vais faire quoi ? Des braquages, comme les Postiches ?

Only_Tido (Fan Page) : Selon toi, quel est le meilleur track de TTC ?
Tido : Dancing Box, le morceau avec Modeselektor, est pour moi juste fabuleux. C'est une question dure… Pour moi, il y a plusieurs titres qui défoncent : Dans le Club, la première fois que j'ai écouté le son chez Para, il fallait que je rappe dessus tout de suite. Strip pour Moi, je l'adore ce morceau, le morceau de zouk (Cé Pou Vou, ndlr), quoiqu'on en dise, je le trouve chanmé parce que c'était inattendu pour nous de faire ça.

Only_Tido (Fan Page): Rare de te voir sans casquette. T'en as combien au juste ?
Tido : Une quinzaine ou une vingtaine.

Only_Tido (Fan Page): Comment réagis-tu aux compliments de toutes les fans de TTC qui craquent pour toi ?
Tido : Très très bien (Eclat de rire). Non, mais les compliments, c'est ce qui te fait continuer parce que c'est pas évident… Ça arrive souvent de se faire incendier par le public ou les journalistes, alors quand quelqu'un te dit que c'est bien ce que tu fais, ça te donne la force de continuer, parce que tu te dis que t'es pas totalement fou ou demeuré. J'ai souvent pensé à arrêter la musique pour faire un métier un peu plus normal…



Propos recueillis par A.C // Illustration: Tido // Photo: Thejudge.