Pascal Witaszek a eu son morceau de buzz ; c’était en 2012, et comme l’avait professé Andy Warhol ce fut torché en 15 minutes. À l’époque, il publie à titre personnel une série d’affiches de faux films très réussies et obtient une pelletée de parutions sur tous les médias branchés graphisme tels L’Express, Business Insider ou encore Brain. Ce coup de projecteur est une double récompense puisque Pascal Witaszek est repéré et recruté par l’agence Silenzio, maison spécialisée dans l’affiche de film. Depuis, il a réalisé des affiches pour des films de François Ozon, Julie Delpy, Frédéric Beigbeder ou encore Radu Mihaileanu. Donc, si vous prenez le bus, le métro, ou lisez les journaux, vous avez déjà vu son travail, forcément.

Est-ce qu’une affiche peut (encore) déterminer le sort d’un film ?
Pascal Witaszek :
Je sais qu’il y a une école qui dit que c’est la bande-annonce. Pour moi, ça a toujours été l’affiche. Si elle est trop cheap, c’est toute l’identité du film qui remonte à la surface.
paswit-52e641981660807

Ce support est aussi ancien que la publicité et le cinéma. Est-ce que tes références et influences datent d’un autre temps ?
Je peux te parler de Drew Struzan, l’un des principaux auteurs des affiches de Spielberg des années 80, ou de Stephen Frankfurt (Alien, Rosemary’s Baby, Emmanuelle), qui a un intérêt historique : il est l’un des premiers à passer de l’affiche dessinée à l’affiche photographique. On peut citer John Alvin aussi (E.T.), qui a un style plus doux à l’aérographe. Mais je te parlerais surtout de ces artistes des années 80 car ils étaient très clairement identifiés et les réalisateurs étaient en contact direct avec eux. Aujourd’hui il faut convaincre les producteurs, les distributeurs, les directeurs marketing, les D.A et tous leurs collaborateurs, et parfois même des acteurs […]. En agence, il y a beaucoup de petites mains. Comme je suis du métier, je reconnais les pattes de chacun sur les affiches françaises ; mais sur les américaines, on ne peut plus savoir qui fait quoi. 

Est-ce qu’il y a des écoles ?
On pourrait parler d’un style américain, mais il y a surtout des «codes» selon le genre du film. D’autant qu’on nous briefe comme ça, en nous disant «il faut que ça ressemble à une comédie». Par exemple, tu ne peux pas vendre un film d’auteur avec une affiche trop sophistiquée. Si un film est un peu brut, il faut que ça ressorte. Et malheureusement, il arrive qu’on soit plus briefé sur la forme que sur le fond.
paswit-53e52423181e122

Prenons un exemple : l’affiche façon Love Actually avec des photos de personnages sur un fond blanc, c’est le code «comédie romantique des années 2000» ?
Déjà, les carrés avec les personnages, ça veut dire que c’est un film choral où tous les comédiens sont au même niveau. Tu as deux choix : soit tu mets tout le monde, soit tu ne mets personne. Mais si tu ne mets aucun des acteurs, c’est une affiche, disons, conceptuelle. Et en ce moment, le fond blanc est assez synonyme de comédie, voire de comédie romantique. Depuis quelques années dans la comédie, il faut surtout que les acteurs sourient. Et que le ciel soit bleu. (Voici sa version de ces codes-là, ndlr)

Et les affiches qui cassent les codes ?
Ce sont celles qui se font remarquer. Xavier Dolan, par exemple. Il supervise lui-même ses affiches. On peut trouver à redire au niveau de l’exécution, mais il propose quelque chose.
paswit-546e66a7190bcfb

(Devant nous sur un kiosque, apparaît l’affiche d'Un Petit Boulot, ndlr) Comment décryptes-tu cette affiche ?
Dès que tu mets du noir et du rouge en aplat, tu penses aux références des années 60, mais c’est plus compliqué. Je ne connais pas, mais ça donne l’impression d’un petit film auquel on veut donner un ton auteur avec des comédiens connus. Il y a un mort au premier plan, ça raconte quelque chose tout de suite, mais on n’arrive pas bien à cerner si c’est grave. Policier ? Comique ?

Comment es-tu briefé sur une affiche ?
D’abord, on voit le film. Puis on a le brief du distributeur, qui nous indique ce qu’il voudrait qu’on perçoive du film. C’est en général plutôt raccord. La première contrainte : le matériel qu’on nous fournit. Aujourd’hui, on ne travaille qu’à partir de photos. Parfois, on n’a rien de plus que des photos de plateau, prises pendant les tournages, sans concept, et il faut tenter de tirer parti de ça. On peut tenter de faire un shoot, mais c’est très difficile de jongler avec des emplois du temps d’acteur. En dernier recours, il reste les photogrammes ; ça veut dire extraire une image du film. 
paswit-5455f25818dd772

Le titre peut aussi être un problème ?
Il peut donner une fausse piste au film ; on peut le signaler, mais c’est très compliqué car aujourd’hui, on parle des films en amont sur internet. Graphiquement, on admet que le titre a plutôt sa place en bas d’une affiche alors qu’il faut le mettre en haut d’un DVD. Peut-être que c’est plus pratique dans les bacs. 

Qu’est-ce qui fait une grande affiche ?
Je ne supporte pas les affiches qui se contentent d’un portrait du comédien. Le challenge, c’est de réussir à raconter le film en une image, de jouer avec l’arrière-plan, les détails. On a toujours des contraintes, c’est nécessaire pour travailler, mais si l'on croit à une idée, on la propose toujours. Même si je passe mon année à jeter des projets.
paswit-540e25371865e69

Quelle est l’étape qui te plaît le plus ?
La retouche photo des acteurs car d’un coup de Photoshop, tu peux vraiment transformer l’essai. À la différence du milieu de la mode où les retouches ne se voient pas, nous, on peut se permettre d’avoir la main lourde, ça fait partie de «la magie du cinéma». Attention, certains acteurs ne veulent pas être retouchés. 

Que penses-tu des arguments critiques sur les affiches ?
C’est un fléau. On va même jusqu’à la citation d’un Twittos. On va même jusqu’à la citation d’un Twittos qui n’a pas vu le film ! J’ai déjà lu «ça a l’air trop bien» ! Quelle est la caution ? Comment ne rien dire à ce point ? Les citations de média ne sont pas plus utiles en général : «étonnant», «sensationnel»… C’est un peu gênant de voir ça en premier lieu sur une affiche.
paswit-55f5b65e1b724a7

Tu travailles avec le réalisateur ?
En général à la toute fin, pour un petit réglage. Notre client, c’est le distributeur, et il ne peut pas traduire 100% de ce qu’il y a dans la tête d’un réalisateur. Orelsan est venu pour Comment c’est loin ou Klapisch pour Casse-tête chinois, par exemple. À propos d’une retouche, Isabelle Huppert n’arrivait pas à se faire comprendre, alors elle a dit «j’arrive». Et j’ai eu la joie de faire des retouches avec Isabelle Huppert à côté de moi. Des micro-détails.

Quand tu fais une affiche comme L’Idéal, tu as une réflexion particulière autour de la publicité avec FB (Frédéric Beigbeder, nda) ?
J’ai beaucoup aimé travailler sur cette affiche. Comme BF (Beigbeder Frédéric, nda) vient de la publicité - comme moi -, je savais qu’il aurait un vrai regard de publicitaire et qu’il voudrait quelque chose de provoc', d’autant que c’était le propos du film. (D'autres versions de l'affiche ci-dessous ici et , ndlr)

paswit-573c9a781d6d0d9On est crédité au générique ?
Non, en général le film est terminé et monté depuis un certain temps. On signe l’affiche par contre. 

L’affiche la plus marquante de l’année ?
Alors là… Je te le dirai plus tard.

Plus tard...

Pour compléter mes hésitations, les célèbres graphistes que je citais sont Drew Struzan, Stephen Frankfurt et John Alvin. Mais je pourrais aussi parler de Saul Bass, Richard Amsel ou Bob Peak. Dans les graphistes récents, j'adore Neil Kellerhouse, qui fait des choses toujours magnifiques pour le cinéma.
Pour l'affiche récente qui m'a procuré le plus d'émotion, c'est celle-ci pour Mad Max IV. Il faut dire que j'étais dans un état d'excitation extrême avant la sortie, et le fait que le film soit une telle réussite a contribué à maintenir cette affiche comme l'une de mes favorites (d'ailleurs toujours introuvables à l'achat). J'aurais juste viré l'accroche bleue, que je n'aime pas. Je sais que je devrais te donner une affiche vachement plus arty, pour faire genre, mais je mentirais. J'adore quand le beau rejoint le populaire.

mad-max-fury-road-poster

BONUS : SON TOP 2014

Affiches vues en France :Affiche France 1Affiche France 2Affiche France 3Affiche France 4Affiche France 5Affiche France 6Affiche France 7Affiche France 8Affiche France 9Affiche France 10

 

Affiches monde : 

Affiches Monde 1Affiches Monde 2Affiches Monde 3Affiches Monde 4Affiches Monde 5Affiches Monde 6Affiches Monde 7Affiches Monde 8

Affiches Monde 9Affiches Monde 10


++ Le site officiel de Pascal Witaszek, où vous pouvez retrouver toutes ses réalisations.