Ce mardi 1 juin, Stuart Moxham, le leader, son frère Philip, et la chanteuse Alisson Statton seront sur la scène de la Villette Sonique. L’occasion de s’entretenir un peu avec le lapidaire, blasé et caustique Stuart.


Young Marble Giants, ça vient d’où ?
Stuart Moxham : D’un livre sur la sculpture classique.

Comment vous-êtes vous rencontrés ?
Stuart Moxham : J’ai rencontré mon frère Phil peu de temps après sa naissance, à la maison.

Qu’avais-tu en tête lorsque vous avez créé ce groupe ?
Stuart Moxham : Sauver ma peau, m’échapper de Cardiff, poursuivre la carrière que je voulais, repousser les frontières de la musique populaire, rien de plus.

Quels artistes/groupes vous ont le plus influencés ?
Stuart Moxham : Beatles, Rolling Stones, Cat Stevens, Cream, Joni Mitchell, Neil Young, Jimi Hendrix, Brian Eno, Roxy Music à ses débuts, Led Zeppelin, Bob Marley, hymnes et chants, The Who, Devo, Kraftwerk.

Colossal Youth, votre unique EP, a été enregistré en seulement quatre jours. Quels souvenirs gardes-tu de cette expérience ?
Stuart Moxham : La joie d’être pour la première fois en studio, apprendre comment enregistrer, mixer, etc. Le magnifique paysage et tout à coup, les vols en rase-motte de la Royal Air Force au-dessus de nos têtes. Un orage une nuit avec de la "foudre en boule" dans la cour du studio. Offrir à notre ingénieur/producteur, Dave Anderson, une bouteille de vin pour son anniversaire appelée "A little night music".

Les Young Marble Giants à la BBC, 1980


C’était l’un des premiers disques du label Rough Trade : comment vous sentiez-vous à l’idée d’être là au tout début ?
Stuart Moxham : Excités à chaque instant.

Ce style "lo-fi" : c’était par manque d’argent, ou par désir de faire quelque chose de vraiment différent ?
Stuart Moxham : Les deux, précisément.

Vous aviez genre 20 ans si je ne me trompe quand tout cela est arrivé. Comment as-tu géré ce genre de vie si jeune ?
Stuart Moxham : Justement, tu te trompes, j’avais 25 ans. Je le gérais très bien – jusqu’au moment où nous sommes devenus célèbres, chose que nous n’avions pas prévu.

Qu’étais-tu le plus : sexe, drogue ou rock’n’roll ?
Stuart Moxham : Dans l’ordre, malheureusement : rock’n’roll/drogue/sexe.

Quels étaient les groupes dont vous étiez proches à l’époque ?
Stuart Moxham : Si tu veux dire personnellement, The Raincoats étaient des amies et j’ai fini par partager un squat avec la plupart des ex-membres d’Essential Logic. On connaissait également Cabaret Voltaire, This Heat, Delta 5 – groupes avec lesquels on faisait des concerts.



Quelle était l’atmosphère entre tous ces différents groupes : amitié et fêtes ou compétition ?
Stuart Moxham : Les musiciens sont généralement amicaux, des gens sympas, mais parfois tu tombes sur un connard compétiteur.

Young Marble Giants a connu les toutes premières années Thatcher, comment les avez-vous vécues ?
Stuart Moxham : Reconnaissants de ne pas être au chômage – pour changer.

Maintenant tu peux nous le dire : n’avez vous pas kiffé quelques soirées disco dans les 70’s ?
Stuart Moxham : Bonne question – j’attends depuis les années 1970 qu’on me la pose – OUI, we did boogie!

Plus généralement, quelles étaient vos relations avec les autres genres musicaux ?
Stuart Moxham : Il n’y a que LA musique – pas de "genre". Le monde a besoin de moins d’étiquettes, pas de plus.

Pourquoi les Young Marble Giants se sont-ils séparés ?
Stuart Moxham : Oh non, pas encore cette question – lisez donc n’importe quelle interview des 30 dernières années.

Kurt Cobain a écrit que vous étiez l’un de ses groupes favoris, ça te fait quoi ?
Stuart Moxham : Exactement comme tu peux l’imaginer – c’est merveilleux.

Tu fais quoi maintenant ?
Stuart Moxham : J’avais écrit plusieurs morceaux avant YMG et j’ai continué depuis ; j’ai sorti plusieurs albums sous différents labels et je vais sortir mon premier disque sous mon propre label, hABIT, le 31 mai. C’est un sampler de tout ce que j’ai fait, appelé Personal Best.

Ton opinion sur la scène rock actuelle ?
Stuart Moxham : Tellement moins importante culturellement qu’avant, incroyablement compartimentée, et pourtant la musique est toujours vitale.

Tu écoutes quoi en ce moment ?
Stuart Moxham : J’écoute toujours de tout.

Tu connais Johnny Hallyday ? Tu imagines qu’il est considéré comme une rock star en France depuis 40 ans ?
Stuart Moxham : Oui.

Si tu devais ne garder qu’un album, ça serait lequel ?
Stuart Moxham : Le premier album de Roxy Music.

Pourquoi vous être reformés pour des concerts après un break de 30 ans ?
Stuart Moxham : Rough Trade nous a demandé de jouer pour leur 25e anniversaire mais ça a été annulé. Quand Domino Records a réédité l’ensemble de notre catalogue en 2007 nous avons décidé de fêter ça avec un concert de come back.

Qu’aimerais-tu dire aux jeunes ingrats qui ne vous connaissent pas encore ?
Stuart Moxham : Je ne sais pas s’ils sont "ingrats" mais n’importe qui avec un peu de goût arrivera à notre musique tôt ou tard ; tout est relié et notre musique est juste une pièce du puzzle.

Est-ce que tu regrettes tes Salad Days (titre de l’un de leurs morceaux qui parle de la jeunesse) ?
Stuart Moxham : "Hell no !"


Télécharger:

YMG - Final Days
YMG - Choci Loni
YMG - Brand New Life
YMG - Colossal Youth


Amandine Deguin // Photos: DR.