J’avais 9 ans lorsqu’Ocarina of Time est sorti chez nous. C’était en 1998. La France avait été sacrée championne du monde de football cet été-là, mais ça m’était égal, je n’accordais pas d’intérêt au football. J’étais à quelques mois de mettre un terme à mes années de primaire et entrer au collège, dans la cour des moyens-grands. Mais peu m’importait. Tout ce qui comptait, c’était la sortie d’Ocarina Of Time — et maintenir un certain niveau de notes pour passer en 6ème.

Mettre la console sous tension et observer un Link en 3D galoper à travers la plaine d’Hyrule à dos d’Epona bercé par les notes de Koji Kondo avait provoqué en moi un certain émoi, qu’il m’est parfois possible de ressentir subrepticement en allant regarder ce passage sur YouTube. Jusqu’alors, je n’avais goûté aux aventures de Link qu’à travers Link’s Awakening, titre phare de la Game Boy que j’empruntais à mon frère pour y jouer encore et encore. 


Nous sommes aujourd’hui en 2017, et Nintendo vient de sortir sa septième console de salon. La Switch est une machine hybride : en la connectant au dock fourni avec la console, on peut y jouer de façon classique, c'est-à-dire sur un écran de télévision. Il suffit ensuite de disloquer la manette et de greffer les deux Joy-Con à la tablette pour poursuivre l’aventure n’importe où, de façon nomade.

switchCela faisait longtemps que l'idée d’exploiter l’interactivité entre ses systèmes portables et ses consoles de salon avait effleuré l'esprit de la firme japonaise. En 1994, le Super Game Boy permettait d’afficher les jeux de Game Boy sur la télévision et en l'an 2000, le Transfer Pak nous laissait transférer nos petits Pokémon en 2D pour des duels épiques en 3D sur la Nintendo 64. La Switch représente ainsi l’aboutissement de bon nombre d’expérimentations de Nintendo dans ce domaine.

zelda5Et quoi de mieux pour accompagner cet aboutissement que The Legend of Zelda : Breath of The Wild, un jeu qui lui aussi surpasse toutes nos attentes pour se réaliser complètement. Dans la plus grande tradition des jeux en open-world de ce siècle, Link est ici livré à lui-même, doit user des ressources offertes par la faune et la flore pour se sustenter, progresse à tâtons sans qu’on lui dise quoi faire et établit des stratégies avant de s’attaquer aux ennemis qu’il croise sur sa route.

Insuffler un goût de liberté dans la tête du joueur avait déjà été expérimenté dans Majora’s Mask qui, malgré la certaine linéarité de sa quête principale, proposait une multitude de quêtes annexes à ceux qui auraient envie d’explorer le monde oppressant de Termina jusque dans ses moindres recoins. Plus récemment, A Link Between Worlds sur 3DS nous proposait de s’attaquer aux donjons du jeu dans l’ordre que l’on souhaitait.

zelda3La technologie ayant progressé depuis la douce époque de la Nintendo 64, Nintendo n’est plus restreint par aucune limite. Les murs invisibles ont été démolis, le cycle jour/nuit s’est étoffé d’une large variété de climats et tout ce qui croise notre chemin peut rejoindre notre inventaire. Le joueur n’est pas pour autant parachuté dans un univers totalement inconnu. Breath of the Wild joue en effet sur la familiarité que quiconque peut avoir avec la saga : on traverse des lieux emblématiques et rencontre des personnages iconiques présentés sous un nouveau jour, en conservant toutefois l'aspect cel-shading employé par Wind Waker avant lui.

zelda4

En intégrant Link à un open-world riche et étendu, Nintendo vient de franchir un cap à marquer d’une pierre blanche dans sa chronologie. Je n’ai plus la candeur et l’insouciance d’un enfant de 9 ans, mais en touchant la manette, j’ai eu l’impression d’embarquer avec un vieil ami. Sauf qu’au lieu d’imaginer avec lui que nous sommes des spéléologues grâce à une cabane réalisée avec des draps dans ma chambre, nous avons pris un billet pour aller explorer les vraies cavernes du Nevada. Il est impossible de capturer à nouveau les sensations ressenties en entamant Ocarina of Time pour la première fois. Breath of the Wild existe dans l'intention de nous en procurer de nouvelles.

++ The Legend of Zelda : Breath of the Wild, disponible sur Wii U et Nintendo Switch.