Bonnie est rousse, Bonnie est belle, mais Bonnie est surtout une vétérane dans le milieu de la pop. Britney Spears, c'est elle. Christina Aguilera, c'est elle. Katy Perry, toujours elle. Ke$ha, c'est encore elle. Ces nombreuses années passées à confectionner des hits auprès des grands manitous de la pop (Dr Luke en tête) lui ont donné envie d'avoir sa part du gâteau. Bonnie est désormais en charge de sa propre carrière, et ses copines d'hier ne sont plus aujourd'hui que des rivales. Comme le dit l'adage : "Donne un poisson à un homme, il mangera un jour. Garde le poisson pour toi, et avec un peu de chance, il crèvera de faim."
 

Seulement voilà, dans le grand bain de la pop mainstream, les places se font chères. Et lorsque la piscine est pleine, deux solutions s'offre à vous : attendre sagement son tour, ou uriner dans l'eau pour éloigner les prétendantes aux alentours (méthode que nous ne cautionnons aucunement).

 

Fripes attitude.

American Girl, c'est une intro calquée sur Your Love Is My Drug, une instru similaire à Teenage Dream et un refrain digne de Karmin. Bref, une tambouille qui cale les petits creux mais pas franchement ragoûtante pour autant. Si Bonnie n'est qu'une american girl comme les autres, l'ironie du sort fait qu'elle semble avoir déjà brûlé toutes ses cartouches en écrivant pour celles qu'elle considère comme ses idoles. La mélodie accroche l'oreille mais la question demeure : pourquoi ne pas avoir confié ce morceau à Katy Perry ou du moins une marque plus connue ?
 

Ca va, pas la peine de vous la raconter parce que vous zonez à la Tête dans les Nuages, nous aussi on peut le faire.

Côté clip, on n'est pas vraiment mieux. Aidée par tous ses amis du show-biz, McKee avait publié un lip-dub promotionnel, aujourd'hui remplacé par une vidéo encore moins inspirée, pour la simple et bonne raison que Bonnie et ses copines y enfilent les clichés comme un collier de perle.

 

Leur périple démarre dans une supérette. Fringuées comme des mères de familles qui auraient piqué les fringues de leur fille pour avoir l'air cool, elles s'y dandinent joyeusement avant de flirter avec un mec torse nu qui répare une voiture non loin de là.

 

Attention les filles, selon la règle de Carly Rae Jepsen, ce garçon se révèlera potentiellement homosexuel.

Le reste du clip n'est que virée au drive-in et pool party, le tout flanqué d'objets typiquement américain (lunettes de soleil en forme de drapeau national, gobelets rouges...). On peut reprocher ce qu'on veut aux One Direction, mais leur dernier clip a au moins le mérite d'être plus divertissant.

Par contre Bonnie, si tu aspires vraiment à devenir une popstar, il va falloir fournir plus d'efforts que ça en terme de chorégraphie.

Si le souhait le plus cher de Bonnie est d'être une copie carbone de ses copines, alors soit.  L'avenir nous dira si elle saura se faire une place pour barboter dans l'eau auprès de ses dernières. Toutefois, qu'elle se rassure au cas où elle n'y parviendrait pas : sa chaise de maître-nageuse est toujours vacante... pour le moment.

 

 

Thomas Rietzmann.