Dans le dernier numéro de son émission en ligne intitulée DVDASA (soit «Double vaginale, double anale, artiste sensible»), qu’il co-anime avec l’actrice et réalisatrice porno Asa Akira, Choe raconte qu’il a forcé une masseuse à avoir des rapports sexuels avec lui. Une après-midi, en proie à un titillement génital, le jeune homme se rend dans un salon de massage haut de gamme de Los Angeles, qui, précise-t-il, ne prodigue aucun service sexuel. Une fois en tête-à-tête avec une masseuse, David révèle ses intentions. Morceaux choisis du récit de sa «quête de l'érection» (Erection Quest).

 

Dans ma tête, je me dis «est-ce que ça te dérange si je me branle maintenant ?», et c’est tellement flippant que je me dis que je ne peux pas le dire à voix haute. (…) Alors je me rabats sur la méthode froide qui consiste à ne jamais demander avant de faire, passer à l’acte, me mettre dans le pétrin et en payer le prix plus tard. Et je commence à me branler. Doucement et de manière sexy… Et là, elle retire ses mains de ma jambe et s’arrête. Je la regarde, et elle a l’air de se dire «mais qu’est ce qu'il se passe ?» (…) Je lui demande si je peux toucher ses fesses et je les touche, mais elle me repousse. (…)

 

L'erection quest commence à 1:20:06

 

Alors qu'Asa Akira l’engueule mollement, Choe réplique : «je sais, je suis désolé. C’est dégueulasse. Ca m’excite rien que de raconter l’histoire».

 

Puis de poursuivre qu’il convainc la masseuse de lui renverser de l’huile sur le pénis et qu’il "l’aide" à le masturber.

 

Je lui demande de cracher dessus. Et elle dit «non, je ne veux pas faire ça». Et je lui dis «non, crache sur ma bite». Et elle répond «non… c’est fou.» - c’est comme si elle n’avait vraiment pas envie, mais qu’elle ne m’empêchait pas non plus. Je lui demande «embrasse-la un peu». Elle répond, «non, elle est pleine d’huile de massage». Je lui attrape alors l’arrière de la tête et la pousse sur ma bite, mais elle ne fait rien. Alors je lui dis, «ouvre la bouche, ouvre la bouche» et là elle le fait, et je commence à lui baiser le visage. Et je lui agrippe à nouveau le cul, mais elle ne veut toujours pas.

 

Après un orgasme dans la bouche de la jeune femme, il tente de la persuader d’avoir un rapport vaginal avec lui, ce qu’elle refuse. A l’audition de cette anecdote, Asa Akira se réveille et prononce le mot «viol». Mais Choe ne voit pas la situation sous cet angle. «C’est le frisson de risquer la prison qui fait que la quête de l'érection est réussie».

 

Il minimise son comportement en expliquant qu’«elle a dit oui avec les yeux» et ajoute : «je souhaite juste clarifier que j’admets que c’est un comportement proche du viol, mais que je ne suis pas un violeur».

 

Internautes et journalistes relaient l’anecdote sur la toile, fustigeant le présentateur américain et se demandant s’il s’agit d’une supercherie malsaine ou d’une réelle confession de viol. La réponse de l’intéressé ? C’est de l’Art, bien sûr. Peu surprenant de la part de celui qui tweete avec grande distinction la photo d’un anus de femme rempli de caviar. Blessé dans son petit cœur d’artiste incompris, David se justifie vaseusement sur son blog : «je n’aurais jamais cru qu’en me réveillant une après-midi, j’entendrais dire que je suis un violeur. Ca craint. Surtout parce que je n’en suis pas un. Je déteste les violeurs, je pense que les violeurs devraient être violés et assassinés. Je suis un artiste, je raconte des histoires et je vois l’émission DVDASA comme une extension de mon Art».

 

Vice nous avait habitué à son humour potache et phallique tendance éjaculation précoce, mais là, on n’est pas déçus. Choe a placé la barre très haut, Guillaume Pley et Rémi Gaillard n’ont qu’à bien se tenir. 

 

 

Éloïse Bouton // Crédit photo : David Choe par Estevan Oriol, 24 Hours on Reddit.