D’accord, il a laissé filer l'une des plus belles femmes du monde. D’accord, on lui doit le sample le plus infâme que la Terre ait jamais porté (interprété par le public lors d’une émission de Taratata). D’accord, il est le principal responsable à inculper pour tout ce qu'il s'agit de Justin Bieber. Mais malgré ces quelques déboires, Usher a su trouver l’intelligence de se remettre en question.

 

 

Finies les incartades eurodance tout juste bonnes à ambiancer une fête sur un yacht. Après un retour en fanfare avec le meilleur slow R'n'B de l’année 2012, le chanteur a eu la présence d’esprit de transformer l’essai avec Good Kisser. Usher y fait bon usage de sa voix de fausset avec brio, et les accents funky du titre rappellent une instrumentale de Rich Harrison, le maître incontesté du genre.

 

 

Mais tout le monde sait bien qu'Usher n'est pas qu'un bon chanteur, mais aussi un danseur hors pair. D’ailleurs, je vais vous avouer une chose : Michael Jackson n’est pas sur une île déserte en train de faire griller des chipolatas avec Tupac, Aaliyah et Elvis tout en planifiant leur retour prévu pour l’année 2023. Non, non, la vérité, c’est que Michael s’est réincarné dans le corps d’Usher.

 

 

D’un bout à l’autre du clip, Usher se meut sur la piste tel une Surya Bonaly au sommet de sa gloire. Et tout ça à 35 ans passés. Alors je ne veux plus vous entendre vous plaindre que «la vie s’arrête après trente ans», ou «moi, arrivé à la trentaine, il y a des choses que je ne me permets plus». A compter de demain, commencez par vous lever une demi-heure plus tôt chaque week-end, placardez un poster d’Usher sur la porte de votre frigo (peu importe lequel, mais je préconise celui-ci), et c’est parti pour l’entraînement physique quotidien en compagnie de Sandrine de Gym Direct.

 

Sinon, vous pouvez aussi rester bien sagement chez vous, à jouer ses anciens albums et décuver de la veille, personne ne vous en tiendra rigueur. Après tout, n’est pas Usher qui veut.

 

 


Thomas Rietzmann.