Mettons-nous d’accord sur une chose, Break The Rules n’est pas la chanson de l’année, et certainement pas ce à quoi quelqu’un ayant écouté le précédent album de la chanteuse était en droit de s’attendre. La mélodie du refrain est simplissime au possible, dénominateur de ces  Pour vous prouver à quel point elle est facile, rendez vous dans le compositeur d’un vieux Nokia 3310 et tapez 3 3 3 5 2 2 2 0 2 2 2 3 1 1 1. J’ai testé, ça casse les oreilles, mais ça marche :



 

Pourtant, en grattant un peu, on s'aperçoit que Charli a très bien potassé son sujet. Indeed (Apple Pie niveau 5ème LV1), le clip de Break The Rules est un véritablement testament de toute la culture que Charli aime, qui vient de là, qui vient du blues.

 

Le clip évoque The Craft pour les plans dans le bus, là où le montage dans la boutique rappelle Thirteen (sans la descente aux enfers). Deux énormes clins d’oeil à Jawbreaker et Carrie viennent parfaire le tableau, avec Rose Mc Gowan dans le rôle du chaperon de la boum, un autre à Carrie avec le seau de peinture rose déversé sur la tête de Charli à la fin du clip, respectivement.

 

 

Si chanson comme clip ne diffèrent pas vraiment d’un single d’Avril Lavigne, impossible de nier le potentiel succès que pourrait rencontrer le titre. Pas idiote pour deux sous, Charli sait à la fois séduire les élèves qui sont franchement trop saoulés de reprendre les cours, et les éternelles rebelles en quête d’hymne à scander sur le dancefloor, comme par exemple les candidates de Bad Girls Club.

 

Et si après tout, c'était elles qui avaient raison ? Venez, on sèche les cours pour aller danser.
 

 

Thomas Rietzmann.