Rayon X : Aphex Twin, Syro
Malgré une rentrée littéraire pléthorique, les consommateurs intellectuels n’en désertent pas moins les rayons toasters, d’autant que - mesdames, messieurs - nous avons trouvé pour vous le produit miracle qui fera étinceler la brillance sur TOUTES les couches sociales / de graisse : Syro, dernier album d’Aphex Twin, entre du Zappa rouillé, du Jimi Tenor re-designé et du I:Cube en matériau brut. À l’usage, comme au bruit, Syro est pratique, discret et tient dans une poêle de taille normale.
 
 
Rayon Aphex Twin : Takami Nakamoto, Opacity
Premier produit d’une maison japonaise que nous découvrons en même temps que vous. Electronica grâcieuse, écologique, à la durée de vie garantie au moins 2 années, le style Nakamoto de ce premier EP est peut-être ampoulé, mais il diffuse lumière blanche et lumière noire à la fois. 
 
 
Le coup de cœur de Monique : Wampire, Bazaar
Monique travaille chez Darty depuis 30 ans. Elle colle les gommettes sur nos produits coups de cœur, elle est inflexible, c’est elle qui a ouvert le premier corner «woks et sauteuses» au Darty Montreuil en 2005. Et Monique a décidé, comme pour le précédent album de Wampire (Curiosity), de déclarer sa flamme à ce rond de polycarbonate importé de Portland. Même recette : MGMT crado (Too Stoned), pop-songs pour inviter les filles mineures dans sa voiture (Bad Attitude) et mélo tendres (Life of Luxury), Monique aime. 
 
 
Promotion : Octave Minds, Octave Minds
Deux pour le prix d’un. Les disques de Boys Noize nous sont d’habitude rapportés au SAV : les gens pensent qu’il y a un bruit qui déconne. Après nos lettres en AR au constructeur, nous sommes aujourd’hui en mesure de vous confirmer que ce «bruit», c’est Boys Noize. Ici, le producteur allemand associe ses machines au génial pianiste classique Chilly Gonzales - d’ordinaire moqueur quand il s’agit d’électro. Comme pour Tony Parker et Quick, la synergie des deux usines transforme ce premier album en un produit de gamme supérieure. Admirez les finitions.
 
 
B.O.F, Grand Bleu : The End, Music for an Imaginary Movie
Ce mois-ci, vous étiez encore nombreux à réclamer la bande-son du Grand Bleu, signée par Eric Serra en 1988. Vous étiez deux, donc rupture de stock. Rassurez-vous, nous avons quelque chose de complètement différent. Rétro-cool, dans le même bac que La Fine Équipe ou l’instrumental de Fuzati, le duo The End (SOX + De Andria) propose la B.O. d’un film à inventer chez soi, dans lequel vous pourrez mettre ce que bon vous semble, synthés de l’ère Princière, groove nu-disco et caetera. Livré avec un Livre dont vous êtes le héros
 
 
Rayon tronçonneuse : Dead Mantra, Nemure
Pour couper la haie, l’amant de sa femme, sa femme, son amant : The Dead Mantra. Nous avions déjà présenté dès sa sortie le vidéo-clip de Mxeico de ce groupe du Mans, annonçant un très beau produit. Confirmation avec Nemure, dont les titres à découvrir (spécialement Don't Call It Love, I See Your Eyes mais aussi Soulless), en plus de découper, font tomber le papier peint, comme si Jessica93 te violentait les oreilles sans capote pendant que ses copines de la chorale te tiennent par les menottes. Le bulldozer shoegaze de la rentrée. 
 
 
Corner Pitchfork : Lacuna, Childhood
En précommande, sur NME et Pitchfork. Les autres utilisateurs ont également acheté : Girls, Christopher Owens, Vivian Girls, Yuck, Mikal Cronin, ainsi que tout le pop-rock rosebif des rayons Yop fraise et Mister Freeze (de 1997). Déjà vu, mais charmant. 
 
 
Rayon Argus : Camera, Remember I Was Carbon Dioxide
Je suis certain que si votre femme achetait une voiture DIESEL vous rigoleriez bien, monsieur. Pareil si je vous proposais d’écouter un disque de jeunes kraut-rockers berlinois, n’est-ce pas ? Monsieur, permettez-moi de vous glisser que vous n’êtes qu’un plouc. Le nouveau Camera bourrine. Les titres Roehre et To The Inside roulent plus vite qu’une BMW M5 V8 510 bourrée de çéçé sur l’autoroute illimitée. Et si vous écoutiez plus souvent votre femme ? 
 
 
Produit non-testé : Ty Segall, Manipulator
Ty Segall sort tellement de disques, de side projects ou de collaborations que nous n’écoutons plus ses disques, nous les mettons directement en vente avec les iWatch. Mais super album, j’ai le même à la maison. 
 
 
Retour anticipé de marchandise : Johnny Marr, Playland
Notre époque est au cross-over : on pourrait, dans un appétit technologique incontrôlable, se dire que pourquoi pas, Scissor Sisters ferait un bon mélange avec des kilomètres de couvertures d’effets sur une voix qui chanterait faux, et on ferait un album entier avec ça, en glissant à la limite un bon morceau, au cas où les clients aiment encore la musique. Sauf que ça ne passe plus les test quali' ça, Johnny. Ça retourne direct en prod, chez les graphistes qui ont bossé ton album. 
 
 
Rayon surgelé et conserve : DJ Koze, Reincarnations - Part 2
Son dernier produit Amygdala (album, 2013) s’était retrouvé dans les offres spéciales avec les Granola caramel. Rien à voir avec la richesse de son Reincarnations - Part 1 (The Remix Chapter 2001-2009, Get Physical), ce nouvel opus de remix pour la plupart fourbus, voire peine-à-jouir, qui n’ont pas le goût de reviens-y attendu. Malgré ses belles performances d’autrefois, le Koze ne transporte plus. À (re)commander : le premier Reincarnations
 
 
 
Patrice Mouquette.