Je vais encore énerver celles et ceux qui disent que ça se faisait depuis toujours, mais faut arrêter de relativiser au niveau de l'histoire de l'Art : il y a encore vingt ans, ce n'était pas une pratique si commune. D'abord, les femmes ont toujours eu un petit problème avec une pratique sexuelle très soumise. Chez les hommes, ça se faisait chez les grosses salopes mais ce n'est sûrement pas quelque chose qu'on faisait dès le premier soir. Un mec qui te prenait la tête au bout de dix minutes pour te faire dégueuler avec une bite de 25cm qui arrivait jusqu'à l'estomac (j'exagèèèèèère), tu savais pas s'il fallait le garder pour toute la vie ou, au contraire, le foutre à la porte avec un Lexomil.

 

C'est pas que c'était trop violent, c'est juste qu'on était plus poli. C'est comme s'asseoir : on ne demandait pas à un mec de le faire dans la demi-heure. Aujourd'hui, le fait de sucer à fond est partout dans le porno, il y a des mecs et des filles qui sont les princesses de la pratique, et comme les scènes de fellation sont passées du stade de foreplay à celui de marathon technique de 35 minutes, on a des scrupules à se considérer comme un expert. Donc si la biffle énerve certaines, que dire du fait de sucer à fond?

 

T'es pas obligé, hein.

 

 

Le truc à ne pas faire, c'est de commencer immédiatement par ça. OK, dans le porno gay, ça devient un pré-requis dans les deux premières minutes. Le suceur veut montrer qu'il peut techniquement le faire, et celui qui se fait sucer va imposer sa domination tout de suite. Mais ce n'est sûrement pas parce que ça se fait dans le porno qu'il faut reproduire ça comme un crétin. D'abord parce qu'il faut s'habituer à la bite qu'on a devant son nez. Il y a plein de trucs qu'on peut faire avant. Et il y a des sexes qui sont faits pour être sucés à fond, et pas d'autres. Par exemple, ceux qui ont une bite courbée vers le bas, c'est mieux de les sucer à genoux, ça descend mieux dans la gorge. Ceux qui ont des bites courbées vers le haut, c'est mieux de le faire dans une position de 69.

 

T'es pas obligé, hein. (2)

 

Et puis la recette vient finalement du mec qui se fait sucer. Pour arriver à vaincre le gag reflex, y'en a qui s'entraînent avec des godemichés ou des concombres. Brrrr ! quoi ! Le meilleur moyen, c'est toujours de se faire aider par le mec qui vous dirige en vous tenant la tête. C'est là où le sens de "sucer à fond" prend sa vraie dimension. La salive du fond de la gorge est beaucoup plus lubrifiante. On commence à avoir les yeux qui pleurent, le champ de vision se résume à rien, on a le nez qui coule, on produit de l'ocytocine (je rigoooole), on pénètre dans une transe. Comme le dit si bien Marie Claire (MDR) : "Pratiquer la fellation suppose de s'y consacrer à 100%" afin d'échapper au Top 5 des pires scénarios pour une pipe. C'est peut-être ce 100% qui va trop loin, car il y a de plus en plus de gays, par exemple, qui avouent ne pas aimer sucer - et on a envie de leur dire que c'est assez antinomique avec leur identité, c'est un peu comme Loïc Prigent qui n'aimerait pas la mode, quoi, ou Charal qui ferait du veggie.

 

T'es pas obligé, hein. (3)

 

 

Pour y arriver, vous avez besoin d'être encouragé. Car à moins de vivre dans un sous-sol de bordel, ce n'est pas quelque chose que vous voulez faire tous les jours. Ou bien. Surtout, il y a vraiment des mecs qui savent vous diriger sans que ça devienne une séance de bourrage de crâne dans le vrai sens du mot. Le skull fuck est devenu l'un des fantasmes les plus importants de l'ère actuelle, et pour qu'il fonctionne bien, il doit être accompagné d'encouragements. Vocaux si possible - mais pas ceux de Full Metal Jacket, bien que certains DVD's sont déjà assez hardcore comme ça. Et surtout, ne soyez pas idiote : ne faites jamais ça avec une angine, sinon on vous poukave à la DGS.

 

 

Didier Lestrade // Visuel de Une : Scae, d'après Le Larousse.