Evoquons tout d’abord la controverse qui entoure le nouveau single de Gwen. Baby Don’t Lie ne serait qu’un vaste pillage d’un morceau de l’artiste pop suédoise Ji Nilsson. Rien d’étonnant à cela puisque son producteur, Ryan Tedder, est déjà réputé pour régurgiter ses propres instrus.


Seulement voilà : au-delà de cette sombre histoire de plagiat, Baby Don’t Lie est tout simplement un non-événement, à l’instar du comeback de No Doubt il y a deux ans. Le titre est d’une platitude totale, proche de ce que Shakira serait capable de nous pondre, et si le refrain, répétitif au possible, rentre dans la tête après la première écoute, il n'est pas pour autant des plus agréables. C’est un peu le même processus que celui utilisé par cette guêpe qui injecte son venin dans un cafard pour en faire son esclave.

Pour compléter le tableau, le clip est tout aussi trépidant que le morceau.

 

Retraçons ensemble ses moments forts :

 


0:05 : Ah tiens, voilà Gwen.

 


0:54 : Tout de même, qu’est ce qu’elle vieillit bien (ah, pardon, il paraît qu’on n’a pas le droit de le dire depuis «l’affaire Renée Zellweger»).

 


1:03 :
«- Gwen, n’oublie pas qu’Apple™ a payé pour le clip...
- Ah oui, c’est vrai, attends, je sors le portable»

 


2:04 :
«- Gwen, n’oublie pas : qui dit Apple™ dit Beats by Dre™...
- Ah oui, c’est vrai, attends, je sors le casque»

 


2:54 Gwen fait la vague avec le bras.

 

Voilà.


Le clip est pourtant signé Sophie Muller, réalisatrice de renom dans le milieu, responsable entre autres de l’électrisant hommage à Blade pour les Sugababes, du sublime Try de Nelly Furtado et même des songeries servant d'illustration aux paroles de Simple Kind Of Life de No Doubt. L’inspiration de Sophie ce jour-là était semble-t-il aux abonnés absents, tout comme Gwen et Ryan en studio.



Oublier ce morceau aussi vite qu'on ne l'a écouté ne poserait aucun problème si l'on n’avait pas fondé autant d’espoirs sur le comeback de Gwen Stefani. Car il y a dix ans, Love Angel Music Baby, son premier album solo, avait marqué le paysage pop à sa façon et inspiré bon nombre de ses consoeurs qui ont tenté leur chance après elle, comme Fergie ou Katy Perry. Certains accusent même Lady Gaga de lui avoir tout pompé à ses débuts. J’en vois encore quelques-uns rouspéter au fond («non mais la pop, c’est pas de la vraie musique !», «à bas le commercial !», «c’est où les toilettes ?» etc), mais il s’agit là d’un fait, pur et simple.



Invitée il y a quelques jours à l'antenne de AMP Radio, Gwen a joué un extrait de son prochain single (produit par Pharrell), comme si elle aussi avait finalement réalisé que Baby Don’t Lie n’était qu’un pétard mouillé. Espérons qu’il ne s’agisse que d’un accident de parcours et qu’elle parviendra à redresser la barre, sinon on aura tôt fait de quitter le navire.

 

 


Thomas Rietzmann.

 

P.S. Brain : le vrai clip de la semaine, c'est celui de TIga