ARIANA GRANDE ET SA QUEUE DE CHEVAL "SIGNATURE"

 

 

Pourquoi ? Parce que ses cheveux sont devenus pourris après les 120 teintures rouges qu’elle a dû faire pour son personnage dans la série Disney Victorious.

 

 

Comment ? À l’aide d’un tissage acheté à Château d’Eau - mais attention, avec des vrais cheveux, comme son idole Jennifer Lopez.

 

 

Ce que ça cache : Une obsession pour le Cousin Machin dans La Famille Addams, et peut-être, une calvitie, voire une trichotillomanie. En plus de ça, Ariana a en horreur son profil droit et s’arrange toujours pour montrer son profil gauche aux caméras. Et ça... on ne sait pas trop ce que ça cache. Peut-être un poireau ou une soupe aux choux.

 

 

MARIAH CAREY ET LES PAPILLONS

 

 

Pourquoi ? Pour symboliser son envol suite à son divorce d’avec son mari et producteur Tommy Mottola, qui était méchant comme le mari méchant des téléfilms. Sauf qu’elle a carrément zappé les étapes précédentes, c’est-à-dire la chenille et la chrysalide. Parce qu’elle est comme ça, Mariah, elle a pas de temps à perdre.

 

 

Comment ? Partout. En titre d’album, en bagues, en strass, en cadre Ikea chez elle, voire même imprimé sur son papier toilette, dont elle a confectionné elle-même le rouleau.

 

 

Ce que ça cache : Une prédilection pour les tests de Rorschach, qui ressemblent tous plus ou moins à des papillons (nan ?). Mariah serait-elle une fine psychologue ?

 

 

LADY GAGA ET LES COQUILLAGES

 

 

Pourquoi ? Parce qu’elle est de la génération La Petite Sirène, comme tous les gens de la trentaine. Et qu’elle va beaucoup sur des tumblr seapunk (comme tous les gens de la vingtaine).

 

 

Comment ? Sous forme de coquillages sur les seins, sous forme d’OVNI. Pour la petite histoire, précisons que Lady Gaga a eu cette idée de génie un jour où elle accompagnait sa nièce à la plage et que cette dernière faisait des pâtés de sable. Non, on rigole. En vrai, Lady Gaga n’a pas de nièce. Mais tout le reste est vrai. Non, on rigole.

 

 

Ce que ça cache : C’est sa carapace. Et aussi sa passion pour la Vénus de Boticelli, qu’elle essaye de reproduire (mais ça marche pas trop).

 

 

MILEY ET LES DENTS POURRIES

 

 

Pourquoi ? Parce que ça la fait rire, peuchère ! Et que la nouvelle mode selon elle, c’est de s’habiller et trouver ses accessoires fashion chez les loueurs de déguisements et autres vendeurs de farces et attrapes.

 

 

Comment ? Par le biais de tout ce qui est dentier (vrai, faux, bonbons, tic-tac…)

 

 

Ce que ça cache : Une nostalgie pour les chicos tordus qui se cachent derrière ses facettes. Entre ça et sa langue pendue, on peut assurer sans aucun doute que Miley fait une fixation sur sa cavité buccale.

 

 

ANASTACIA ET LES LUNETTES

 

 

Pourquoi ? Ben parce qu’elle y voit pas bien ! Alors du coup, elle est obligée d’avoir des lunettes partout, tout le temps. La couleur, c’est parce que c’était la tendance actuelle lorsque sa carrière a explosé. Une tendance qui est toujours d’actualité si l’on s’en fie aux présentoirs à lunettes de chez Claire’s.

 

 

Comment ? Sous forme de lunettes fumées et rectangulaires, comme dans les années 98.

 

 

Ce que ça cache : Une myopie, un strabisme et un styliste inexistant.

 

 

PUFF DADDY ET SON CURE-DENT

 

 

Pourquoi ? Parce qu’un truc dans la dent est si vite arrivé.

 

 

Comment ? Via un cure-dent de luxe en or massif et diamants noirs savamment coincé entre les dents et les lèvres.

 

 

Ce que ça cache : Un truc dans la dent. Et la vieillesse aussi : comme les vieux qui cachent dans leurs manches un mouchoir en tissu ou un Laguiole en corne, il s’est pris d’affection pour cet objet unique qu’il désinfecte tous les soirs au Polydent et qui possède sa propre chambre et son propre garde du corps. Ou alors il trouve que les fumeurs de clopes ont la classe mais il n’ose pas commencer la cigarette, parce que «FUMER TUE». Alors il fait semblant, avec les moyens du bord.

 

 

NELLY ET SON PANSEMENT

 

 

Pourquoi ? Pour faire joli. Et occasionnellement pour cacher ses boutons de fièvre. Ou pour se faire un tatouage façon bronzage, qui sait.

 

 

Comment ? Avec un pansement immaculé en plein milieu de la joue.

 

 

Ce que ça cache : Une addiction aux autocollants datant de la petite enfance. Non, en vrai, c’est parce qu’un jour, il s’est écorché la joue sur le tournage d’un clip. Quelques jours après, tous les gamins ont suivi le mouvement, et il s’est dit qu’il fallait trouver une signification un peu plus sérieuse à cet accessoire ; du coup, il le porte en hommage à l'un de ses amis les plus proches qui était alors en prison. Après dix ans passés à le porter, aujourd’hui, il ne l’a plus. Espérons qu’il l’ait changé durant ces dix ans, sinon ça doit schlinguer vénère là-dessous.

 

 

GWEN STEFANI ET LES HARAJUKU GIRLS

 

 

Pourquoi ? Pour faire joli aussi.

 

 

Comment ? Lors de la sortie de son premier album, Gwen s’était entourée de quatre fashionistas japonaises qui la suivaient partout et faisaient la moue. Elle les avait même laissé se moquer d’elle dans l'un de ses clips, ce qui est un délire chelou, voire masochiste, mais cela ne nous regarde pas. Dans son single Rich Girl, elle dit les avoir baptisées «Love, Angel, Music, Baby», qui est aussi le nom de son premier album solo et de sa marque de fringues.

 

 

Ce que ça cache : Une névrose obsessionnelle ayant trait à tout ce qui concerne le Japon. Gwen est actuellement en studio et reviendra prochainement avec un tout nouveau single. On verra à ce moment-là si ce délire lui est passé ou non. En attendant, les Harajuku Girls sont très confortablement installées dans la cave de sa maison. Gwen est gentille, elle a même laissé trois mètres de lest au radiateur auquel elles sont enchaînées.

 

 

Anaïs Delcroix & Thomas Rietzmann.