Vous avez flashé pour le «vilain» d’Harry Potter, Drago Malefoy. Comment s’est passée votre rencontre avec son interprète, Tom Felton ?
Mathilde Doucet : À force de lire les romans et de regarder les films, je me suis intéressée à cet acteur. J’ai donc commencé à suivre son actualité sur les réseaux sociaux. J’ai appris ainsi qu’il était l’un des invités de la RingCon en Allemagne. C’était la première fois que je rencontrais une célébrité. J’étais impressionnée. Pour ne rien arranger, je n’étais pas très à l’aise en anglais. J’étais incapable de lui dire ce qu’il représentait pour moi. Je lui ai juste dit «merci». Notre conversation s’est rapidement écourtée. Après la séance photo, mes mains et mes jambes tremblaient. Je n’arrivais pas à descendre les escaliers, mon père a dû me porter. Une semaine plus tard, une autre convention accueillait Tom Felton, la FACTS en Belgique. J’y suis allée, j’avais pris de l’assurance entretemps. Il m’a reconnue. Notre rencontre s’est mieux passée que la précédente, nous avons plus parlé. Cette fois, j’ai su enfin lui expliquer la raison pour laquelle son personnage m’avait marqué. Tom était touché qu’une fan française se soit déplacée dans un autre pays pour le voir.

Tom Felton vous a-t-il fait une bonne impression ?
Sur les réseaux sociaux, il poste souvent des photographies avec son chien. Il est loin des paillettes, il est authentique. Il est comme ça dans les conventions. À la RingCon et à la FACTS, Tom avait toujours le sourire aux lèvres. Il remarquait quand les fans étaient impressionnés. Il cherchait vraiment à lancer un sujet de conversation. Tom me regardait aussi dans les yeux, ce que d’autres acteurs ne font pas toujours. Il était à l’écoute. J’étais très stressée. Ça se voit sur la photographie, mon sourire est crispé.

Tom Felton
Après ces deux conventions, vous n’avez plus su vous arrêter…
Avant d’aller à la RingCon, je me moquais des personnes qui y allaient. J’avais des a prioris. Je pensais que c’étaient des boutonneux à lunettes qui ne sortaient jamais de chez eux, à part pour ces «réunions». Une fois là-bas, j’ai réalisé que j’avais tort. Les conventions sont destinées à tous les publics, peu importe leur milieu social. Darren Criss (Blaine Anderson dans Glee, ndlr) dit souvent : «les fans ne sont pas des fans. Ce sont des amis qu’on n’a pas encore rencontrés». C’est un peu la même chose pour nous. À une convention, personne ne se connaît ni d’Ève ni d’Adam. Pourtant, nous parlons ensemble. Nous devenons des amis. Et pour ne rien gâcher, les stars sont très accessibles lors de ces événements. Il n’est pas rare d’en voir une au bar et d’échanger quelques mots avec elle.

Pouvez-vous me citer le nom de toutes les conventions où vous avez été ?
La liste est longue : RingCon en 2011, FACTS en 2011, RingCon en 2012, LeakyCon en 2013, Anim’Est en 2013, Sherlocked en 2014, G4 (Glee) en 2014, Time of Angels (Doctor Who) en 2014, PurCon en 2015, Paris Manga en 2015, FACTS en 2016, Asylum en 2016, PurCon en 2016, la Japan Expo en 2016 et Fan Expo Canada en 2016. Entre faire du shopping et aller à une convention, mon choix est vite fait ! Je voyage en même temps, en plus.

Quelle est votre convention préférée parmi toutes celles-là ?
J’hésite entre trois d’entre elles : LeakyCon, G4 et la première édition de PurCon. J’y ai passé des moments inoubliables. À LeakyCon, des acteurs secondaires d’Harry Potter étaient présents : Benedict Clarke (Severus Rogue adolescent), Robbie Jarvis (James Potter adolescent), Scarlett Byrne (Pansy Parkinson), Alfred Enoch (Dean Thomas), Evanna Lynch (Luna Lovegood), Chris Rankin (Percy Weasley) et la troupe StarKid. Tous les acteurs ont complimenté mon costume. J’étais déguisée en Harry gay. Joe Walker, qui joue le rôle de Voldemort dans la comédie musicale de StarKid, était perplexe à cause du drapeau gay autour de mes épaules. Je lui ai expliqué que j’étais le Harry du couple «Drarry». Il a trouvé l’idée formidable. 
À la convention de Glee, j’ai vu Darren Criss. C’est l’un de mes acteurs préférés. Il était assis à mes côtés. Nous avons parlé ensemble de tout et de rien : de sa nouvelle voiture, de H&M… Quant à la PurCon, c’est là que j’ai rencontré pour la première fois les acteurs de Supernatural. Je n’ai pas arrêté de pleurer de joie, j’ai dormi à peine. Donc, je choisis PurCon. C’était vraiment génial !

Drarry
Vous êtes allée à trois conventions de Supernatural. Avez-vous été déçue par l’une d’elles ?
Jamais ! Les acteurs sont très amicaux, ils forment une famille. L’un d’entre eux, Osric Chau, s’est même souvenu de moi. L’ambiance n’est pas la même dans les autres conventions. Et à chaque fois, j’ai envie de voir Ruth Connell.

Avez-vous eu l’opportunité de la rencontrer justement ?
À la PurCon de 2015, un acteur secondaire de Supernatural était au bar. Je lui ai parlé, je lui ai avoué que j’aimais Ruth Connell. Il m’a proposé de lui téléphoner. Je lui ai dit que je l’admirais, que j’avais un costume de Rowena (son personnage dans la série, ndlr). Elle était flattée. L’année suivante, à Asylum, je l’ai enfin vue. Elle se souvenait de moi. Elle était contente que je sois habillée en Rowena. Aux autographes, nous n’avons pas pu parler beaucoup. Par contre, à la soirée cocktail, j’ai eu tout le loisir de le faire. J’avais prévenu les autres fans de ma table que c’était mon actrice préférée. Nous avons discuté du fameux coup de fil que je lui avais passé. Mon projet au Québec, poursuivre mes études de droit à l’Université Laval, a aussi été abordé. Elle a rigolé quand nous avons parlé de l’accent québécois. Et pour la photographie, j’ai fait une pose spéciale. Je l’ai demandée en mariage. J’étais gênée, j’avais peur qu’elle refuse parce que j’étais une fille. Ruth a accepté et m’a fait un câlin après.

Ruth
Sur Twitter, elle me répond souvent. Une fois, je lui ai envoyé un gif d’une vache avec des cheveux. L’actrice voulait des tweets avec des animaux parce qu’elle était malade. Mon post l’a aidée apparemment.

Tweet
Misha Collins (Castiel dans Supernatural) est aussi un coup de cœur important pour vous apparemment. Est-ce que vous lui avez apporté un cadeau ?
À la première PurCon, je lui ai offert des produits lorrains, des bergamotes (des bonbons) et de la liqueur de mirabelle. Pendant la soirée cocktail, il a goûté l’alcool à même la bouteille. Je voulais juste lui en servir un petit verre. Il buvait ça comme de l’eau. Après, il a tiré la langue. Il m’a demandé si je voulais le tuer. Je l’ai rassuré avec les bergamotes. Je lui ai dit qu’il n’y avait pas d’alcool dedans. Il a rigolé.

mc
Jusqu’à présent, les acteurs sont sympathiques. Mais êtes-vous tombée sur des célébrités fermées à la discussion ?
Cela m’est arrivé deux fois, avec Benedict Cumberbatch (de Sherlock, photo en une de l'article) et Matt Cohen (Supernatural). À la décharge de Benedict Cumberbatch, Sherlocked a réuni environ 1000 participants. J’étais dans les derniers. Il était fatigué. Je voulais lui demander dans quelle maison d’Harry Potter il voyait Sherlock. Sur internet, il y a un débat entre les fans à ce sujet. Ils hésitent entre Serdaigle et Serpentard. Il n’a même pas levé la tête. À la séance photo, j’ai vu aussi qu’il n’avait pas envie de parler. Je me suis trop collée à lui, je me suis excusée. Il m’a répondu : «c’est adorable, ne t’inquiète pas !».
Matt Cohen, lui, m’a juste remerciée de lui avoir donné des lettres. J’avais récolté des messages de fans des quatre coins du globe. Tout le monde n’a pas la chance de rencontrer son idole. J’ai expliqué mon projet à Matt. Mais je suis sûre qu’il pense que les lettres sont de moi...

Les conventions demandent un investissement conséquent. Quel budget approximatif prévoyez-vous ?
Le pass le moins cher coûte 100 euros. Je prends généralement le petit pack. En revanche, pour Asylum, j’ai payé environ 80 euros pour la soirée cocktail et près de 500 euros pour les pass. Je suis une étudiante, je ne peux pas prendre des gros pass tout le temps. Je me fixe un montant à ne pas dépasser : 30 euros pour le déguisement par exemple. J’essaie toujours de trouver l’hôtel le moins cher possible et le plus près de la convention, entre 40 et 60 euros la nuit. Quand j’ai mes pass, je ne dépense pas plus de 200 euros.

Comment procédez-vous pour votre déguisement et votre maquillage ?
Je me maquille en fonction de mon déguisement. Pour Rowena, je me suis inspirée de l’une de ses tenues. J’ai zoomé sur son visage pour reproduire son maquillage le plus fidèlement possible. Je me suis entraînée plusieurs fois chez moi, pour le faire en cinq minutes sur place. D’un acteur à l’autre, je me change dans le couloir. J’ai mes déguisements et mon maquillage dans mon sac.

Ruth_2

Avez-vous été récemment à une convention ?
Début septembre, j’ai participé à la Fan Expo Canada. J’ai une photographie avec John Barrowman (Malcolm Merlyn dans Arrow). Je lui avais demandé de rendre mon copain jaloux. Et c’est là qu’il m’a proposé cette pose avec mes seins. J’ai accepté. Cela a fait rire beaucoup de gens.

John
Comptez-vous participer à une autre convention cette année ?
En octobre prochain, je vais à la New York Comic Con. L’année dernière, les invités me faisaient rêver : Elijah Wood, Katherine McNamara, Dominic Sherwood, Alberto Rosende, Emeraude Toubia ou encore Harry Shum, Jr. Je veux une photographie avec tous les acteurs de la série Shadowhunters. J’ai envie de montrer mon costume de Magnus à Harry et celui d’Isabelle à Emeraude. Et si j’ai l’occasion de voir Katherine, j’envisage de faire une autre réplique de la stèle de Clary pour qu’elle la signe. Dans cette série, il y a des personnages issus de tous les horizons : un couple d’homosexuels, des bisexuels et bien d’autres. Même si cette production est très critiquée, elle a tous les ingrédients pour être un succès.

Photos : captures d'écran du compte Facebook de Mathilde Doucet.