Jean-Baptiste Guillot
1 - Cheveu & Group Doueh (2017)
Sans doute le souvenir le plus intense vécu au cours de ces dernières années. Collaboration improbable et enregistrement à Dakhla (Sahara occidental) avec Group Doueh et Cheveu d’un album improbable.

1

 

2- Hunx (2010)
Une session photo pour la sortie de son album qui ne laissera personne de marbre.

2

 

3- Cheveu (2011)
À la mer morte lors d’une tournée mémorable en Israël.

3

 

4- Dorian Pimpernel (2013)
Le groupe en pleine balance pour le concert qu’ils donneront le soir dans le cadre des soirées On Ice que Born Bad a organisé pendant cinq ans en invitant la fine fleur des labels indé français.

4

 

5- Cheveu (2014)
À la Villa Medicis (Italie) avec Cheveu.

5

 

6- Wall Of Death (2012)
Pour la sortie du disque, une petite pub de 12 mètres de haut, en toute simplicité. Payée par Converse (de mémoire).

6

 

7- Cheveu (2015)
Tournée en Chine avec Cheveu au moment de la sortie de leur album Bum.

7

 

8- Frustration (2016)
Fabrice lors de la tournée au Japon en mode taverne de Munich… gros succès.

9

 

MARIETTA / The Feeling Of Love
Chaque fois que des gens viennent me parler du label Born Bad Records, ils pensent que derrière ce nom se cachent plusieurs personnes. Alors qu’en fait, c’est juste un mec. Et quand ils le rencontrent, ils flippent ou pensent qu’il est tordu.

La première fois que j’ai entendu parler de Born Bad, c’était parce que les membres du groupe Cheveu avaient reçu gratuitement des paires de pompes Le Coq Sportif. Apparemment, ils venaient de signer un contrat avec un label français qui avait lui-même passé un deal avec cette marque de sport. Je me suis demandé qu’est-ce que c’était que ces conneries et dans quel monde on vivait. Puis, quelques temps après, à Bruxelles à la fin d’un concert, un grand mec très gentil avec un regard un peu fou me propose de passer dans son atelier juste à côté. Il est graphiste, il s’appelle Elzo. Sur un flyer, il étale du speed de couleur jaune. Quand la poudre a disparu je peux lire les mots Cheveu, Frustration, Magnetix, Born Bad, Le Coq Sportif. Et merde. «C’est toi qui a fait ça ? C’est quoi ce truc, Born Bad ?» Elzo me dit : «ouais c’est moi. Born Bad, c’est un mec hyper-cool, il a déniché ce plan avec Le Coq Sportif pour sortir un 45-tours gratos. On s’en bat les couilles.» - Ok.

Des mois passent, des années. Et ce nom revient sans arrêt dans le paysage rock indé français. Comme un parasite. Un virus. Maintenant qu’il est là, il est bien décidé à y rester et à grossir, grossir. Après plusieurs tours de grand huit dans ma tête, je me décide à lui proposer un disque. On vient d’enregistrer un album avec The Feeling of Love dans un studio complètement analogique à Venise. J.-B. me dit : «j’adore vos morceaux mais le son est à chier. Alors vous allez me faire le plaisir de retourner en studio. Et arrêtez de chialer, de toute façon c’est moi qui paye.» Le plan en or. Le truc qui n’arrive que dans les films. Depuis, on aura bientôt fait quatre disques ensemble. J.-B. c’est un corps ; massif, large, des grosses mains pour t’aplatir la gueule et une voix nasillarde qui te vrille les tympans. Il bout sur place, se met à gueuler, à postillonner. Toujours en colère, contre la bêtise et le troupeau. On dirait qu’il va exploser. Et puis aussi soudainement qu’il était parti en vrille, il te regarde droit dans les yeux en plissant légèrement les paupières avec une tête de gamin espiègle, et te sourit de la manière la plus douce et chaleureuse qui soit.

The Feeling of Love

 

Cannibale
On est depuis peu dans la maison Born Bad, mais notre rencontre avec J.-B. s’est fait vraiment à la cool. On donnait un concert à Cherbourg au Ballon Rouge, dans un bar-galerie d’Art assez dingue, avec des animaux empaillés et des centaines de statues de Sainte-Thérèse, de l’enfant Jésus posées partout. Ce soir là, J.-B. devait venir nous voir, on n'arrêtait pas de se dire : «Nan, mais il va pas venir… On est à Cherbourg quand même !». À peine on venait de parler, le téléphone sonne : «Allô, c’est J.-B., comme un con de Parisien, je croyais que vous me parliez de Cabourg et pas de Cherbourg ! C’est quatre heures de route ! Ça va être chaud ! Bon… Allez, je décolle !». Et puis il s’est pointé avec sa femme et ça nous a grave porté pour le concert. Après, on a bu des bières ensemble. Plus tard, J.-B. est venu nous voir en moto chez nous dans l’Orne et il a fait un dérapage pour nous impressionner, on a mangé ensemble et puis il est reparti sur son fidèle destrier en nous disant derrière son casque : «en route pour la gloire !».

Cannibale

 

Cheveu
Fin 2009, nous étions en pleines sessions d'enregistrement dans notre local de Mains d'Oeuvres de ce qui allait devenir notre deuxième album, 1000. Nous avions tous l'envie d'apporter à ces ébauches de titres bien cradingues, dont les structures n'étaient pas encore vraiment définies, une petite touche de sophistication à l'aide d'arrangements de cordes. Seulement voilà - en termes d'arrangements, on n'y connaissait pas grand-chose, et nous n'avions pas vraiment de contact de joueurs de violon ou autres dans notre carnet d'adresses.

Un jour, par hasard, en consultant les spams de notre boîte mail, on s'aperçoit qu'un certain Ilan Volkov, proprio d'un club rock et expérimental de Tel-Aviv, nous avait écrit deux ou trois semaines auparavant pour nous proposer une tournée de trois ou quatre dates en Israël. On accepte direct le plan. Après avoir googlisé son nom, on apprend que le mec est en fait chef d'orchestre dans la vie et qu'il dirige des gros ensembles tels que les orchestres symphoniques d'Écosse ou d'Islande. La bonne occasion pour nous de lui demander d'éventuels plans sur Paris d'arrangeurs intéressés par notre univers «bricolo». Sa réponse : «ne vous inquiétez pas les gars, on va s'occuper de ça pendant les trois jours off de votre tournée». Deux mois plus tard, nous arrivons à Tel-Aviv avec J.-B. dans nos valises. Ilan nous présente une certaine Maya Dunietz, sa compagne à l'époque, jeune pianiste et arrangeuse au CV hallucinant. Elle nous propose dès notre arrivée d'écrire une partition pour cordes sur nos démos. Olivier (membre de Cheveu, ndlr) lui confie nos versions inachevées en .mp3 et Maya s'enferme dans sa cave (où se trouve un piano à queue) toute une nuit. Le lendemain, la partition est écrite tout en respectant fidèlement les quelques «pains» que l'on peut entendre sur nos morceaux.

Trois jours plus tard, on se retrouve tous un matin au studio Luna où Maya a sélectionné un ensemble à cordes de trois musiciens, dont le premier violon de l'Orchestre National du pays... rien que ça. En bon producteur, J.-B. a payé la session d'enregistrement. Mais au bout de trois heures de session, notre Eddie Barclay 2.0 se retrouve dans l'obligation d'arpenter en plein cagnard les rues de ce quartier résidentiel de Tel-Aviv pour trouver une tireuse à pognon, histoire de rallonger du cash pour continuer l'enregistrement. Mince affaire. De retour au studio, le T-shirt bien mouillé et la mèche collée au front, J.-B. pose les biffetons sur la table et la session peut continuer. Deux jours plus tard, nous rentrons à Paris avec près d'une centaine de pistes de cordes à mixer. Olivier a du pain sur la planche. Et depuis, Maya est sûrement devenue le quatrième Cheveu.

Cheveu

 

Violence Conjugale
Premièrement, on est fiers d'avoir réussi à berner J.-B. en faisant croire qu'on était un groupe underground belge des 80's. Il lui a fallu près d'un an en cherchant auprès de tous les collectionneurs et distributeurs d'Europe pour trouver comment nous contacter et, finalement, apprendre la vérité. Pas revanchard, il nous a proposé de sortir un disque !

Ensuite, une anecdote commune à tous les groupes Born Bad : il y a, dans chaque formation, une ou plusieurs personnes qui imitent très bien l'accent de loubard de banlieue de J.-B.

Violence Conjugale

 

JC Satan
C'était il y a presque dix ans, le 18 juin 2008. J'habitais encore à Turin, et avec une copine, on a pris le train pour monter à Paris et fêter son anniversaire. Comme cadeau d'anniversaire, je lui avais offert la place pour aller voir le concert des Cheveu, Magnetix et Frustration à la Maroquinerie. Cheveu et Magnetix, c'était entre autres mes groupes préférés au monde. Je les avais déjà vus et peut-être même organisé des concerts à Turin, mais ce soir-là, c'était vraiment spécial.

J'ai des souvenirs très flous des soirées, surtout si l'on remonte dix ans en arrière, mais je m'en souviens comme l'une des meilleures soirées de ma vie. Pour Frustration, la salle était si pleine et les gens si fous que j'ai dû sortir pour pouvoir boire ma bière tranquille. J'ai compris immédiatement que Born Bad, c'était le label le plus cool d'Europe car il sortait les meilleurs disques (A. Frames, Intelligence, Cheveu, Yussuf Jérusalem, Magnetix, Jack of Heart...) mais savait aussi organiser les meilleures soirées. Du coup, c'était pour moi un honneur à pleurer de joie quand J.-B. nous a contactés pour nous sortir un titre pour Mauvaise Graine en 2010, compil' qui contient l'un des meilleurs morceaux de JC Satan, in my humble opinion.

JC Satan

 

Forever Pavot
Mon premier contact avec J.-B., c'était il y a environ cinq ans. J'avais sorti un premier 45-tours, en autoproduction, au tirage limité de 50 exemplaires que nous offrions, ma copine et moi, à notre entourage. Il s'avère que ce disque lui est tombé entre les mains par l'intermédiaire d'un ami commun, Damien Lapeyre, vendeur de disques à La Rochelle, qui à cette époque était spécialisé dans le 45-tours pour collectionneurs. Bref, J.-B. est tombé dessus et il a pris contact avec moi. J'étais très excité à l'idée d'une collaboration car j'aimais bien le travail du bonhomme, j'appréciais les groupes du label ainsi que son travail de recherche/réédition d'artistes obscurs.

Dès les premiers échanges téléphoniques, j'ai senti quelqu'un d'animé, passionné, hyper-enthousiaste à l'idée de sortir mon disque ; nous parlions déjà de la sortie d'un album très rapidement, alors que finalement, nous n'avons collaboré que deux ou trois ans plus tard. Il était loin de se douter que le projet était au niveau zéro. Un peu optimiste, je lui envoyais pleins de morceaux mal aboutis, ça partait dans tous les sens alors que je n'avais même pas encore fait de concerts avec ce projet - bref, ce n'était pas le bon moment. Et je crois que le déclic, ce fut le jour où il nous vit en concert ; je ne dis pas que le concert était exceptionnel et qu'il avait pris une claque (J.-B. connaît par coeur toutes mes références, je crois que parfois même mes chansons lui passent au-dessus du cigare tellement il connaît ce qui m'influence), mais il nous a trouvés sympathiques. Je crois que J.-B. pourrait sortir des disques de groupes juste parce qu'il trouve les membres sympas, et ça, je trouve ça génial.

J'aime l'aspect humain de ce label. J'ai le souvenir du festival Binic il y a deux ans, on était tous ensemble avec nos copines, J.-B. avec sa famille, on se retrouvait autour d'un barbecue pour faire la fête et on allait voir des concerts tous ensemble dans un cadre parfait face à la mer.

Forever Pavot GREG_DEZECOT

 

Frustration
Il y a trois ans, après l'album Uncivilized, nous vient l'idée de sortir un 45-tours, avec en face A une compo en français nommée à l'époque Vieillir Ensemble (que nous avons transformée en Autour de Toi, Daniel Guichard ayant déjà une chanson à ce nom, oups), et, en face B, Victoires Prochaines, une reprise d'un groupe angevin 80's, Seconde Chambre. On se dit qu'après trois albums et un 45-tours, ce ne sera qu'une formalité de le sortir sur Born Bad Records, voire même un truc un peu exotique pour JB... Mon cul. Propos de l'intéressé : «Les gars !? Je sors pas ce skeud... La musique est bien, mais on dirait des paroles que chanteraient des vieux dans des cars, en route pour le parc d'attractions de Vulcania, dans le Puy-de-Dôme, chez Giscard.» Ça fait toujours plaisir. On l'a sorti comme des grands sur notre propre label, Blind Records. C'est ça aussi, Born Bad Records : tu veux, tant mieux. Tu veux pas, tant pis.

FRUSTRATION-©Blaise-ARNOLD

++ Retrouvez Born Bad Records sur leur site officiel, Facebook, Bandcamp, Soundcloud, YouTube et à leur anniversaire un peu partout en France.