je parle de l'accumulation d'éléments propres à la chemise dans des proportions jusque là jamais atteintes : 25 boutons sur une même pièce3 cols,  ou bien un seul mais d'une hauteur telle qu'on ressemblerait à une girafe à le porter. Qu'en pense la Peltag ? Charles  Cher Charles,  Je vous aime et vous déteste à la fois : je vous aime parce que votre question témoigne d'une grande pertinence dans votre intuition d'une nouvelle tendance et de sa médiocrité  ; je vous déteste parce que vous m'obligez à parler de cette haïssable tendance qui m'inspire autant de répugnance que les manteaux Desigual d'Anne-Marie (non, je ne me lasse pas de vous renvoyer vers ce courrier d'une rare violence, mais vu l'hiver qu'on vient de passer, avec cinq rencontres hebdomadaires en moyenne de ce type d'horreur, vous avez manifestement besoin de matraquage en la matière). 
Quid, donc, de la chemise ultra-fantaisiste, telle que vous la nommez si bien ? 
La chemise ultra-fantaisiste est un non-sens esthétique et pratique.Si les boutons sont généralement ronds, c'est pour une bonne raison : parce que c'est plus pratique à fermer. Si un col fait généralement moins de 3,5 centimètres de haut, c'est pour une bonne raison : pour ne pas s'étouffer. Si on compte en général moins de 12 boutons sur une chemise (manchettes incluses), c'est pour deux bonnes raisons : 1. parce qu'on ne va pas passer 15 heures à fermer sa chemise. 2. parce que ça fait déjà 12 possibilités de perte et/ou recousage de boutons, ce qui est bien assez. 
La chemise ultra-fantaisiste est réservée aux tenues de mariage des no-looks.Ceux qui s'habillent toute l'année en jeans 501, avec un pull gris en col V à côtes et des chaussures de ville un peu casual quand même, mais qui se disent qu'en certaines grandes occasions, comme un mariage, on peut bien faire un tour chez Zara et s'acheter une belle chemise qui sort de l'ordinaire. Je vous rappelle que nous méprisons ces gens-là et que nous pouvons en aucun cas appliquer leur raisonnement à notre conduite vestimentaire. Cependant, nous devrions saluer l'effort de cette frange des no-looks qui franchira le cap de la chemise ultra fantaisiste, car ils devront supporter les critiques du reste de leur communauté, qui ne manquera pas de remarquer qu'ils portent une chemise de pédé. ha. ha. ha. 
La chemise ultra-fantaisiste est un DON'T.C'est la seule conclusion qui s'impose. Et la seule attitude à adopter face à un tel objet, qu'on vous l'offre ou qu'on le soumette à votre regard, est la destruction immédiate par le feu. Veillez toutefois avant de procéder à cette destruction à déshabiller la personne qui la porte, car de lourdes peines sont applicables en matière pénale pour ce que l'on pourrait prendre pour un homicide volontaire, là où il s'agit en fait - vous et moi le savons bien - de légitime défense. Défense contre le moche. 
Ne pouvant décemment pas utiliser l'image d'une de ces chemises racoleuses en illustration, j'ai préféré choisir celle d'un homme sans chemise. Messieurs hétérosexuels, ne vous plaignez pas qu'un courrier qui vous est adressé, une fois n'est pas coutume, soit illustré par une image plutôt destinée à Mesdames et Messieurs homosexuels :  nous savons tous que vous excellez déjà dans la recherche pornographique sur Internet, vous n'avez vraiment pas besoin de notre aide de ce point de vue là. 

shiningrubis***

 

La Peltag, police européenne du look, de la tendance et de l'avant-garde, répond à vos questions look tous les lundis dans Brain Magazine. Écrivez à votre agent de liaison à [email protected] : vous aurez peut-être la chance de voir votre courrier publié dans ces pages web ! Et prenez connaissance des avis et directives de la Peltag sur peltag.blogspot.com.