ppr brain lafarge trump mur

On se demande bien à quoi le comité « éthique, intégrité et risques », constitué il y a moins de deux semaines, pouvait bien servir, à part à enfumer la presse et l'opinion publique. Déjà accusé de financer l'Etat islamique pour pouvoir faire du business tranquillou en Syrie, le cimentier LafargeHolcim se dit opé pour "fournir [ses] matériaux de construction pour tous types de projets d’infrastructures aux Etats-Unis", ce qui inclut le fameux mur de séparation entre Mexique et USA, projet si cher à Trump. Rappelé à l'ordre notamment par le ministre des affaires étrangères Jean-Marc Ayrault pour avoir envisagé l'offre du président américain sans sourciller, le PDG de l'entreprise franco-suisse a l'air de penser surtout à ses profits colossaux.