Formes géométriques simples délicatement superposées, bichromie en noir et rouge - de loin, on supputait l'oeuvre de quelque constructiviste russe. Et puis, en approchant, c'est avec surprise qu'on avait découvert au bas de l'affiche les nom de Cheveu, du Point FMR, et une date, quelque part en 2011. L'auteur : Arrache-Toi Un Oeil. Sous ce nom, deux illustrateurs (mais pas que), Gaspard Le Quiniou et Emy Rojas, passionnés de sérigraphie depuis une dizaine d'années, et qui conçoivent sans aucun doute parmi les plus belles des affiches de concerts qu'il nous ait été donné de voir.

affiche_cosmic_dead_660pix

affiche_Frustration_660pix

affiche_LoriGoldston_660pix

affiche_Mogwai_660pix

affiche_QueensOfTheStoneAge_660pix

affiche_TheSoftMoon_660pix

affiche_RatsBlood_660pix

affiche_TheSonics_660pix

Racontez-nous votre parcours artistique.
Emy :
Bonjour, j’ai fait 3 ans au Beaux-Arts de Paris spécialisé en multimédia, et j’ai toujours eu un intérêt particulier pour le dessin. Je m’y suis remis par le biais de flyers pour des concerts sur Paris.
Gaspard : De mon côté, j’aimais dessiner aussi depuis tout petit, puis après des hésitations (en étude de chimie), j’ai rejoins une école de communication visuelle en 3 ans sur Paris. C’est à cette période-là qu’on s’est rencontré avec Emy (fin 2003) et quelques années après on découvrait ensemble la sérigraphie en rejoignant un atelier collectif débutant du côté de Bondy (93).
S’en sont suivi quelques années d’apprentissage, d’expérimentations…et maintenant, ça occupe une bonne partie de notre temps.

Comment définiriez-vous votre style ? Quelles sont vos influences ?
Gaspard :
Je suis attiré par l’univers du collage depuis longtemps (mouvements dada, punk, bahaus…le constructivisme russe), j’aime bien l’idée d’association d’images, de construction/déconstruction, se réapproprier des images existantes (afin de leur donner une nouvelle vie. Mais aussi par les affiches et pochettes psyché des années 60/70, l’art brut pour son côté spontané et authentique, l’architecture et les caractères/typos en général.
En quelque sorte, par beaucoup d’imageries contestataires ou il se dégage une force particulière.
Emy : J’aime tout ce qui est très travaillé, le dessin/ gravure détaillé, les univers symboliques, complexes, mystiques. Dans les influences, elles sont assez diverses, allant de Durer, Bosch, Mucha, les estampes japonaises, Eugène Grasset, Aubrey Beardsley, les primitifs flamands, les préraphaélites….aux dessins narratifs (mangas, comics us, Charles Burns, Lynd Ward….), les tatouages.Je me nourris aussi pas mal de tout ce que je vois.
Après tout l’univers psychédélique des années 60/70, les «gig posters» et le travail de la typographie manuelle (enseignes à la main, logos, calligraphie…) m’ont pas mal influencé dans mes débuts en création d’affiches.

Pourquoi avoir choisi de vous consacrer quasi-exclusivement à la sérigraphie d’affiches et de pochettes pour des groupes de musique ?
Ça s’est fait naturellement, ce n’était pas un souhait particulier au départ. Le fait d’organiser des concerts sur Paris et de devoir faire des flyers et affiches pour la promo a certainement était le déclencheur, et c’est sur que la musique a une très grande place dans notre vie (tant dans l’écoute  que dans les concerts), et le fait d’en jouer.

dessin_original_660pix

Comment avez-vous découvert l’univers des squats ? Êtes-vous toujours actifs dans ces sphères ?
On trainait dans un milieu punk/hardcore où les concerts avaient lieu souvent dans des squats (Malte, le 13, Montrouge, La Cerise…), et petit à petit, par les flyers, fanzine, rencontres…C’est un univers où l’on se sentait bien, (assez) ouvert à tout(e)s, où l’on vivait des moments forts, on découvrait des groupes d’un peu partout assez facilement.

Qu’est-ce qui vous a inspiré dans ce milieu ?
Il y avait un côté convivial / familial (malgré des embrouilles bien sûr de temps en temps), à un âge ou on a besoin de se construire, ça nous parlait, il y avait quelque chose de sincère, loin des valeurs propre au capitalisme. Le côté DIY (do it yourself / ou plutôt do it together) avec la débrouillardise, le côté collectif, l’entraide… C’est une période de notre vie qui a été forte, et qui nous a certainement marqué et influencé (encore aujourd’hui).

Qu’est-ce qui vous plaît dans la technique de la sérigraphie ? Par quels médiums êtes-vous passés avant de vous arrêter sur celui-ci ?
On aime bien l’idée de tout faire soi-même, l’autonomie que ça nous donne. C’est une belle addiction, et l’on apprend toujours. Plus précisément, le travail et la richesse des couleurs, les superpositions, les transparence, la matière. On aime bien aussi le côté série, qui du coup permet de mieux diffuser nos images, et garder un côté accessible à tous.
On a pas mal utilisé la photocopie (flyers), et Emy a expérimenté les tirages argentiques pour ses photos.

LP_PetThePreacher_660pix

Vos univers graphiques sont assez différents ; comment vous êtes-vous rencontrés et pourquoi avez-vous décidé de travailler ensemble ?
On s’est rencontré dans les concerts, on avait un ami en commun. Ça s’est fait assez naturellement, on partageait les mêmes goûts pour la musique énervée et les images, du coup, on a commencé à organiser des concerts ensemble, puis faire les visuels pour les promouvoir.

Quels sont les artistes qui vous inspirent en ce moment, aussi bien visuellement que musicalement ?
Emy :
Souvent les dernières expositions que je vois, là notamment l’exposition « Fantastique ! » et les estampes de Kuniyoshi, les cabinets de curiosités m’intéressent aussi de plus en plus.
Musicalement, j’écoute autant du black métal que du doom ou même du punk rock, ça dépend des périodes, de l’humeur et du genre de dessin que je fais.
Gaspard : Musicalement parlant, les derniers albums de Royal Headache, Misþyrming, Big Brave et Sonic Jesus, m’ont bien marqués. Et visuellement je me nourris pas mal de ce que je vois autour de moi, autant de la photo, des architectures de villes visitées et de la cuisine locale.

Quels sont vos projets à venir ?
L’année 2015 a été bien intense, avec beaucoup de déplacements, de nouvelles affiches ainsi que des installations 3D en sérigraphie. On a pas mal développé ces créations en 3D ces derniers mois, il s’agit d’un vrai travail de composition et de création à deux, chose qu’on ne fait pas en temps normal dans nos visuels (par contre les impressions se font à deux).
On en a d’ailleurs quelques installations de prévues au printemps : à Manchester (uk) en mars, à Austin (usa) en avril, ainsi que des participations aux festivals (Desertfest London en avril et Hellfest en juin) ou encore au salon de micro-édition (Central Vapeur à Strasbourg en mars).
Sur Paris, on exposera en septembre prochain à la Galerie l’Œil Ouvert de République.
Pas mal de belles choses en perspectives !
Merci à toi pour tes questions. 

installation_bruxelles_2015_660pix

installation_color_blind_2013_660pix

installation_nuitblanche_2015_660pix

installation_secret_moon_2015_660pix

++ Le site officiel et la page Facebook d'Arrache-Toi Un Oeil.