Recherche

Portfolio

Travis Lampe

Samedi, 15 Décembre 2007

 
Quel type d'enfance as-tu connu ?
Travis Lampe : J'ai grandi dans une petite ville d'environ 5000 habitants au Texas. A part croire qu'on risquait d'être détruit par une attaque nucléaire, mon enfance s'est déroulée sans soucis majeur. La criminalité était quasiment inexistante à l'époque. Mon grand-père était un artiste local du style Bob Ross, qui peignait des paysages ruraux : moulins, arbres, vieilles granges... Il m'a appris quelques techniques artistiques basiques que j'utilise encore aujourd'hui pour faire mes fonds. Ceci étant, c'est un prof de lycée qui m'a donné envie de suivre des études d'art, et c'est sur ses conseils que je me suis inscrit en Graphic Design à l'université.

Quelles sont tes influences ?

Travis Lampe : Des vieux cartoons essentiellement j'imagine. Quand j'avais 13 ans, j'étais tout particulièrement inspiré par les « bras en spaghetti » du vieux dessin animé Mickey, Steamboat Willie. J'étais fasciné par ces bras, et plus globalement par les postures dramatiques du style années 30. J'ai également été inspiré par Dr. Seuss, les films de kung fu, la gravure alchimique des XVIIe et XVIIIe siècles, les mauvais dessins animés Spider Man des années 60, les fresques sur les plafonds du Uffizi à Florence, Duccio (pour l'étrange perspective de l'architecture), la culture « hick » (cul-terreux, ndlr)...

Quand est-ce que tu peins le plus?

Travis Lampe : Je suis une personne du matin (je me lève vers 5h30 ou 6h), mais je peins tout le temps. Et je travaille plutôt vite, même si ça dépend du tableau. Parfois, je finis une toile en à peine plus d'un jour, parfois ça prend plus de temps. Lorsque je manque d'inspiration, je me force à faire les parties les plus automatiques, comme les fonds, et j'y reviens plus tard.

Tes personnages sont à la fois mignons et inquiétants. Quel message doit-on voir derrière ton travail ?

Travis Lampe : Le côté mignon est ironique - l'humour est pour moi une façon d'évoquer la folie de la condition humaine actuelle. Oui, mon travail a une signification, voire même un message, mais le révéler serait le gâcher. L'une des raisons pour lesquelles j'aime l'art c'est que ce n'est jamais clair comme de l'eau de roche - ce sont les sentiments qui prévalent.

Quels jeunes artistes actuels apprécies-tu ?

Travis Lampe : Ryan Heshka, Fred Stonehouse, Lori Earley, Gary Baseman, Travis Louie, Andrew Brandou, Mark Ryden, Camille Rose Garcia, Christian Northeast, James Jean... Il y en a tellement.

Quel est ta plus grande peur?

Travis Lampe : Etre seul et vieux.


++ www.myspace.com/trablits.
++ www.travislampe.com.


 

  • Propos recueillis par A.C.


Articles relatifs :

Une peinture de prestige : l'art de la séduction de George Costanza

Mickey sous acide

1Shtar


Commentaires

Les commentaires sont modérés.

Nom :

Email :

Titre :

Message :

Êtes-vous un robot ?

(vérification: oui ou non)

derniers articles archives