En français : vieux, ou plutôt "pas nouveau". Comprendre : quelqu'un dans votre entourage, autant dire la terre entière, connaissait son existence. En deux mots, vous débarquez. En gros, vous êtes un raté. Quittez les internets, ils ne veulent pas de vous. O.L.D. : ces trois lettres vous collent désormais à la peau. "Merci pour ta vidéo de chat, mais j'étais déjà tombé dessus il y a dix minutes", traduction : "sale merde, comment oses-tu encore partager ce gif, tu découvres les ordinateurs ou quoi ?". Des gens sont morts pour moins que ça.

 

Fort heureusement, le mot "old" n'existe pas encore dans la vraie vie. Ou alors chez des gens dont on ignore encore l'existence. Le verbe existe, lui, "older" : je olde, tu oldes, Omar m’a older. Se faire older, c'est un peu comme se prendre un râteau par sa mère, à condition bien sûr qu'elle traîne sur Facebook et Twitter. Elle entrerait alors dans la typologie des tyrans du old.

 

 

 

Le journaliste web

Quand le journaliste web vous olde, il met un hashtag qu'il prononce à voix haute. Laissez-le faire, ça le rend heureux. À l'heure des réseaux sociaux, où la concurrence médiatique fait rage, older représente pour le journalisme web la chose la plus importante au monde. En vous oldant : le journaliste web se signifie à lui-même qu'il a vu quelque chose avant vous. C'est sa seule raison d'être.

 

 
 

Le nerd

Prononcer neurde, comme le groupe de rock/hip-hop. Le nerd est le mec de votre entourage qui possède un ordinateur. Vous le considérez comme un hipster parce qu'il porte la moustache et qu'il sent la transpi. Le nerd est différent de vous, il a un temps d'avance. Le nerd a quitté Facebook quand vous vous y êtes inscrit. Le nerd postait des liens Qobuz sur Diaspora quand vous appreniez à utiliser RadioBlogClub. Le nerd ne vous olde pas, il ignore votre existence.

 

 

 

Le hater obsessionnel

Il a été votre premier folllower sur environ tous les réseaux sociaux. Depuis, il commente presque tous vos statuts. Étrange, pour quelqu'un que vous ne croisez jamais. Vous pensiez qu'il était votre ami, c'est l'inverse. Comme son nom l'indique, le hater obsessionnel vous suit parce qu'il vous déteste. Quand il vous olde, il éjacule. Bizarre ? Non : le hater obsessionnel vote Marine le Pen et Jean-Luc Mélenchon.

 

 

 

Le revenchard

Dimitri n'a pas du tout apprécié, l'année dernière, quand vous lui avez fait remarquer que le "Top 10 des relous sur Twitter" avait déjà cinq ans. Il a vécu ça comme une humiliation. Depuis, Dimitri a la rage. Tapi derrière son écran d'ordinateur, il épie tous vos statuts en attendant que vous commettiez l'irréparable, en postant une vidéo de chien dansant la rumba contre une porte vitrée. Quand il vous oldera, Dimitri mettra plusieurs "o".

 

 

 

T.B.