Signalement : Ellie Goulding a la chance d'être dotée d'un grain de voix reconnaissable entre mille, un atout considérable pour quiconque veut se faire une place au soleil dans le milieu. Le succès de Burn à l'échelle internationale finira de consolider son statut de valeur sûre de la scène musicale anglaise.
Modus operandi : Une pop mâtinée de folk qui s'est doucement mais sûrement muée en pure électro-pop.
Nature du délit :

Observations : Elle est sortie avec Skrillex, ce qui a un temps influencé ses choix capillaires.
Complice (artiste dans le même genre) : Marina & The Diamonds. Son premier album était une sorte de terrain d'expérimentation pour des titres pop délurés et clips peu conventionnels. Mais dès le second, Dr. Luke et Stargate (Beyoncé, Rihanna) ont été appelés en renfort.

 

 


Signalement : Katy B, c'est un joli grain de voix maîtrisé avec brio et un don certain pour rendre la musique électronique plus accessible à un public pop. Son amitié avec le créateur de la station de radio underground Rinse FM lui permet de publier ses premiers singles sur le label du même nom. Son premier album crée la surprise, aussi bien au niveau de la critique que du grand public. L'ascension récente de son deuxième album jusqu'à la 1ère place des ventes en Angleterre finit de transformer l'essai.
Modus operandi : Dance, house, dubstep, tout le jargon de la musique électronique pourrait être employé pour décrire l'oeuvre de Katy B.
Nature du délit :

Observations : Katy B est diplômée de la BRIT School, une école d'Art très sélective qui compte parmi ses autres titulaires Adele, Amy WInehouse et Jessie J.
Complice : Jessie Ware. Ce n'est d'ailleurs pas par hasard que le meilleur morceau des deux artistes n'est autre que leur collaboration, Aaliyah.

 

 

 

Signalement : Jessie J commence sa carrière en écrivant des morceaux pour les autres (Party In The USA, d'une certaine Miley Cyrus). Jessie J a explosé sur YouTube, où son interprétation du titre Mama Knows Best cartonne. On y voit une Jessie J coupe au carré, assise par terre dans sa chambre, enregistrer sa chanson face à son MacBook, dévoiler moult acrobaties vocales et une puissance vocale à faire pâlir Christina Aguilera.

Modus operandi : 100% pop.
Nature du délit :

Observations : Peu après s'être cassé le pied en 2011, Jessie J a déclaré "ça remet les choses en perspective, j'ai désormais une toute autre forme de respect pour les gens qui n'ont plus de jambes", faisant d'elle la risée du web, du Guardian à Vice, en passant par des compilations de pires citations de célébrités.
Complice : Rita Ora, alias la plus américaine des anglaises : signée par Jay-Z, produite par la dream team de Rihanna, copine de Beyoncé, ex-petite amie d'un rejeton Kardashian

 

 

 

Signalement : On ne présente plus Adele. De votre grande-tante jusqu'au chien de votre orthodontiste, tout le monde a déjà fredonné l'air d'un de ses morceaux. En 2010, elle enfile son casque de chantier et déboule en bulldozer dans les classements du monde entier. Au bout du compte, ce sont plus de 28 millions de copies de son deuxième album qui s'écoulent dans le monde entier, et une nouvelle icône de la soul britannique qui voit le jour.
Modus operandi : De la pop bluesy et d'immenses ballades.
Nature du délit :

Observations : Adele chante en live dans le clip de sa reprise de Make You Feel My Love (d'où la différence avec la version album).
Complice : Duffy, que l'on avait annoncée comme la plus grande rivale d'Adele lors de la sortie quasi-simultanée de leurs albums. Malheureusement, Duffy a préféré jeter l'éponge après l'échec de son 2ème album et a mis un terme à sa carrière. Qu'elle se rassure tout de même, chaque semaine, sa retraite à taux-plein est assurée par les multiples reprises de Mercy dans toutes les versions de The Voice (en Hollande, en Russie, et même en Indonésie). Ce qui fait d'elle l'une des chansons les plus reprises lors de télé-crochets tout comme… Rolling In The Deep, d'Adele.

 

 

 

Signalement : Lily Allen est l'archétype de l'anti-popstar : sans filtre, prompte à dire ce qu'elle pense, consciente du milieu dans lequel elle évolue sans pourtant être avare en critiques à son égard. Elle sait toutefois s'entourer, ce qui lui a permis jusqu'à présent de mener sa barque sans aucun remous.

Modus operandi : Une pop moderne, avec un soin tout particulier accordé à la production, sur laquelle la gouaille irrésistible d'Allen fait des merveilles.
Nature du délit :

Observations : Son côté vachard lui donnera l'occasion d'animer son propre talk-show, qui ne durera qu'une seule saison.
Complice : Kate Nash, l'alter-ego "indé" de Lily.

 

 

 

Signalement : L'ancienne ambassadrice du hip-hop à l'anglaise n'est certes plus une aussi grosse vendeuse qu'autrefois, mais son aura fédère toujours autant qu'avant : pas moins de 5 featurings sur les deux dernières années (dont un avec Katy B, et un autre avec Yasmin, toutes deux également mentionnées dans l'article).

Modus operandi : Hip-hop.
Nature du délit :

Observations : Son plus gros tube rappellera sûrement aux gamers parmi vous de nombreuses heures passées dans les menus de Fifa 2003.
Complice : Shystie qui, malgré ses 10 ans de carrière, doit encore se contenter d'assurer la première partie de Kendrick Lamar.

 

 

 

Signalement : Après une carrière fructueuse au sein des Girls Aloud, Cheryl Cole, la coqueluche des anglais, décide de se lancer en solo. S'ensuivront trois albums de qualité moyenne, avec quelques bons singles à l'occasion. Son problème majeur ? Avoir confié les rênes de sa carrière à Will.i.am. Quelle idée. Orlando, voilà quelqu'un qui aurait pu faire d'elle une icône internationale.

Modus operandi : Une pop des plus banales, calquée sur tout ce qui est en vogue. Eurodance à base de "allez allez, j'veux voir tout le monde les mains en l'air" un jour, Calvin Harris le lendemain.
Nature du délit :

Observations : On peut se moquer de Katy Perry aux NRJ Music Awards, mais Cheryl a déjà eu un accident de playback encore plus humiliant.
Complice : Son ancienne collègue Nicola Roberts a préféré le doux chant de Diplo et de Metronomy à celui de Will.i.am. Bref, une musique à des années-lumière de ce que propose Cheryl, et dont on attend le second album pour plus tard cette année.

 

 

 

Signalement : Six ans déjà que les Saturdays abreuvent le peuple britannique de singles en tout genre, tentant d'émuler avec plus ou moins de succès la recette des Spice Girls à l'époque. Une de leurs idées : le code couleur. Ca pourrait être une idée pratique pour les distinguer, sauf que ces bécasses en changent tout le temps.

Modus operandi : Plus pop que ça, tu meurs. Ou alors, c'est que vous êtes un Pringles.
Nature du délit :

Observations : Les Saturdays ont tenté de s'exporter aux Etats-Unis par le biais d'une télé-réalité suivant leurs mésaventures outre-Atlantique. Malheureusement, l'émission a fait un four et elles ont été forcées de reprendre cinq billets retour en classe éco. Et en plus de ça, leur purée était froide.
Complice : Les Little Mix qui, avec leurs singles accrocheurs, semblent d'ores et déjà prêtes à prendre la relève. Et avec trois de leurs membres devenues mamans sur ces deux dernières années, il s'agit peut-être du signe que la fin des Saturdays est imminente.




 

Signalement : Yasmin est une DJette récemment reconvertie en popstar. Ses quelques singles classés dans les charts anglais n'auguraient que du bon, mais elle semble à l'heure actuelle avoir mis sa carrière de côté. Son album prévu pour mi-2012 n'aura finalement pas vu le jour. On a repris espoir en apprenant qu'elle assurerait la première partie de la tournée anglaise d'Ellie Goulding, mais son warm-up ne s'est avéré être qu'un DJ-set, sans aucune trace de sa propre musique. Wait and see.

Modus operandi : Plutôt R'n'B, avec quelques incursions réussies dans la house music ça et .
Nature du délit :

Observations : Elle est actuellement animatrice sur Rinse FM.
Complice : En attendant que les choses se mettent en mouvement chez Yasmin, on peut toujours rabattre notre enthousiasme sur Charli XCX qui, du haut de ses platform shoes qu'elle ne quitte jamais, a déjà écrit l'un des plus gros tubes de l'année dernière.

 

 

 

Signalement : Cher Lloyd est peut-être arrivée en demi-finale de The X Factor en 2010, mais le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle agace ses compatriotes au point de recevoir des bouteilles d'urine lors de sa prestation au V Festival. Il faut aussi dire qu'elle l'a bien cherché en sortant une chose pareille en guise de premier single. Mais qu'à cela ne tienne, la jeune britannique a trouvé refuge aux Etats-Unis, où son single Want U Back a rencontré un énorme succès. Son deuxième album sera intégralement produit par de grands noms américains.

Modus Operandi : Bubblegum pop.
Nature du délit :

Observations : L'un des morceaux de son premier album sample la musique du premier volet des Sims en mode Achat. Idée fûtée pour séduire la génération Y.
Complice : Pixie Lott, l'une des popstars les plus insipides qui puissent exister, exception faite d'un titre.

 

 

 

Signalement : Après la sortie de son premier single Stuck On Repeat produit par Joe Goddard des Hot Chip, Little Boots devient l'une des artistes les plus blogguées de 2008. Très vite, Little Boots est encensée par la critique. Son deuxième album Nocturnes réunit la crème de la musique électronique et donne naissance au meilleur titre de sa carrière à ce jour.

Modus Operandi : Electro-disco-house-pop.
Nature du délit :

Observations : Elle dispose d'une maîtrise impressionnante du Tenori On, l'instrument du XXIème siècle.
Complice : Sophie-Ellis Bextor qui, si elle ne connaît plus le succès d'autrefois, poursuit son petit bonhomme de chemin sans trop se poser de questions.

 

 

 

Signalement : Le Royaume-Uni est connu pour ses black cabs, ses fish & chips, mais aussi son excédent de girls bands. C'est bien simple, on croirait que chaque rendez-vous chez le conseiller d'orientation en 3ème se termine par un "Elizabeth, les réponses à ton questionnaire t'orientent vers une carrière de chanteuse dans un trio. Pour y parvenir, tu peux faire un CAP Spice Girl ou passer le casting du X Factor". Sur ces dix dernières années, plus d'une douzaine ont vu le jour, avant d'abdiquer au bout de deux singles (en moyenne). Souhaitons un autre destin aux M.O qui, après quatre singles très prometteurs, n'ont pas encore eu l'occasion de sortir leur album. Leur nouveau single a le potentiel pour changer la donne.

Modus operandi : Une pop urbaine, influencée par les années 90 et adoubée par Radio 1Xtra, filiale hype de la BBC.
Nature du délit :

Observations : Frankee (la fille aux cheveux frisés) a fait partie des Mini Viva, duo quasiment mort-né qui a à peine eu le temps de loger un titre dans le top 10 des charts anglais avant de disparaître peu après.
Complice : Elles risquent bien de se faire voler la vedette par les Neon Jungle, qui ont déjà le public "lol tp swag ton selfie!!!!" dans la poche.

 

 

 

Signalement : Sorte de it-girl à l'anglaise, Florrie est avant tout connue pour ses activités extra-scolaires : égérie d'un parfum de Nina Ricci, batteuse de formation. Après s'être découvert un certain intérêt pour la chanson, elle sort un single chez Kitsuné et une série d'EP's produits par Xenomania (responsable entre autres de la carrière des Girls Aloud).

Modus operandi : Xenomania, un genre à part entière.
Nature du délit :

Observations : Elle aime bien le nom de notre site.
Complice : Qu'elle prenne garde, car ce n'est pas la seule jolie blonde que les génies de la pop anglaise ont pris sous leur aile : le récent succès d'Amelia Lily pourrait bien lui faire de l'ombre.

 

 

 

Signalement : Vous ne la connaissez pas encore, mais l'avez peut-être entendue sur cet immense tube de Zedd. On ne sait pas grand-chose de Foxes, si ce n'est que sa voix et les remixes auxquels donnent lieu ses morceaux font de son album l'un des plus attendus de 2014.

Modus operandi : Synthpop.
Nature du délit :

Observations : Elle est déjà titulaire d'un Grammy pour sa collaboration avec Zedd. Une bonne entrée en la matière, ou "double six !", comme on dit dans le milieu du jeu de société.
Complice : Dans la famille cheveux bruns et eye-liner, il y a Natalia Kills, qui avait commencé sa carrière dans le sillage de Lady Gaga (signée par Akon, produite par les mêmes noms). Elle poursuit aujourd'hui une carrière plus axée dark-pop que cette dernière. Bon à savoir : en 2007, Natalia se faisait appeler Verbz et rappait aux côtés de M. Pokora. Ben oui, dans la vie, on ne part pas tous avec les mêmes avantages.

 

 

 

Signalement : Trois membres d'un ancien girls band se reforment sous un nouveau nom. Ce n'est pas le thème d'une émission spéciale de Tellement Vrai, mais l'histoire de Mutya Keisha Siobhan, ex-Sugababes. L'ironie du sort veut que MKS étaient autrefois des méga-stars dans toute l'Europe, mais se retrouvent désormais rétrogradées au rang de "jeunes premières".

Modus operandi : Une pop sophistiquée, revendiquant plusieurs influences, principalement la soul, avec des harmonies qui n'ont rien à envier aux Supremes.

Nature du délit :

Dernière inculpation: Il y a quelques jours, aux NME Awards, où elles ont interprété le nouveau single de Metronomy, Love Letters, en compagnie du groupe.
Complice : Malgré leur enchaînement récent de flops, les (nouvelles) Sugababes sont toujours en activité et refusent d'admettre leur dissolution, peut-être par peur d'avouer l'échec.

 

 

 

Signalement : Dido est l'ancêtre d'Adele. Méga-star du début des années 2000 - ses deux premiers albums se sont écoulés à près de 30 millions d'exemplaires -, nul ne pouvait lui échapper : ni les fans de hip-hop, ni les fidèles de la trilogie du samedi, ni même les aficionados de coiffure ou les amateurs de barres céréalières. Aujourd'hui, Dido peine à renouer avec le succès, la faute à des albums un peu trop lisses. Même une pépite produite par Greg Kurstin (Lily Allen, Kylie, Santigold) ne parvient à la sauver du naufrage.

Modus operandi : Pop, folk, acoustique. Des trucs qui donnent envie de marcher pieds nus dans le sable en se demandant "pk la vie?". 

Nature du délit :

Dernière inculpation : Elle vient de sortir un best-of, idée pratique pour marquer une pause tout en amassant un certain pécule. Le best-of, c'est l'équivalent des congés payés chez les popstars.
Complice : Natasha Bedingfield. On ignore ce qu'elle fait - sûrement en train de confectionner un herbier, tiens.

 

 

 

Signalement : Leona Lewis est avant tout une "chanteuse à voix". Loin d'être une redoutable machine créative, elle se complaît à sortir des notes techniques tout en affichant un charisme proche de zéro. Une recette qui n'a marché qu'un temps : si les ventes de son premier album cumulaient plus de 3 millions de copies rien qu'en Angleterre, le dernier n'a plus séduit que 60 000 acheteurs. A noter que We Found Love et Burn, tubes respectifs de Rihanna et Ellie Goulding, lui avaient d'abord été proposés. Elle a refusé d'enregistrer les deux, peut-être à regret.

Modus operandi : Grosses ballades pour la plupart sûrement rejetées par Mariah Carey. 

Nature du délit :

Dernière inculpation : Elle a sorti un album de chants de Noël cet hiver.
Complice : Une autre gagnante du X Factor, Alexandra Burke. Personne ne tombera des nues en apprenant qu'il est souvent ardu de maintenir une carrière à flots en émanant d'un télé-crochet.

 

 

 

 

 

Signalement : La princesse du R'n'B en Angleterre a rencontré un certain succès pendant près de dix ans, grâce, entre autres, au morceau que tout le monde semble avoir eu honte d'écouter à l'époque (entre nous, je ne vois pas pourquoi). Jamelia a mis sa carrière en pause en 2007. Peut-être ne s'est-elle jamais remise de son duo avec Singuila. Elle en porte encore aujourd'hui la cicatrice, comme après une vilaine crise d'appendicite.

Nature du délit : 

Aperçue pour la dernière fois : On a pu la voir dans le jury de la version irlandaise de The Voice, rôle qu'elle exerce depuis déjà deux saisons. Une façon confortable d'arrondir ses fins de mois.
Complice : La rappeuse des Mis-Teeq, j'ai nommé Alesha Dixon, qui est quant à elle passée de jurée dans la version anglaise de Danse Avec Les Stars à jurée dans la version anglaise d'Incroyable Talent.

 

 

 

 

Signalement : On connaît avant tout Shola pour sa reprise de You Might Need Somebody, mais il ne faut pas oublier qu'elle régnait également en maître sur la scène urbaine anglaise dans le début des années 2000. En coulisses, une terrible addiction à la cocaïne (qui lui coûtait à l'époque plus de 1 200 livres par semaine) finit par prendre le dessus sur sa carrière.
Nature du délit :

Aperçue pour la dernière fois : Sur plusieurs titres du DJ Toddla T, de véritables hommages en bonne et due forme à la musique garage des années 90.
Complice : Beverley Knight. Hé oui, tout ça ne nous rajeunit pas.

 

 

 

Signalement : Tulisa a commencé au sein du groupe N-Dubz, l'équivalent britannique des Black Eyed Peas. Le trio connaîtra une période faste entre 2008 et 2011, année de sa dissolution. Au sortir du groupe, Tulisa se traîne une étiquette de chav qu'il lui est difficile de retirer. Un poste de jurée dans la version anglaise du X Factor et un single fabriqué dans le même moule que celui de Rihanna l'aideront à faire peau neuve. Hélas, sa réputation la rattrape. En juin 2013, un journaliste de tabloïd lui demande "en off" si elle pourrait se procurer de la cocaïne pour lui. Tulisa mord à l'hameçon et la voilà désormais soupçonnée d'avoir fourni 14 grammes au reporter infiltré. Nous ne sommes ici plus dans la métaphore criminelle comme depuis le début de cet article, mais carrément dans l'infraction pure et dure. 

Nature du délit :


Aperçue pour la dernière fois :
En attendant son procès fixé au 14 juin, elle se fait discrète et prépare son autobiographie (qui sera vendue avec des pailles marque-pages).
Complice : Neon Hitch, ancienne colocataire d'Amy Winehouse qui revendique son mode de vie bohème et aime tourner ses vidéos dans des bouis-bouis et des frigos. On pensait que son featuring sur un single des Gym Class Heroes annonçait des choses intéressantes à venir, mais à part une mixtape de reprises, rien de bien folichon à se mettre sous la dent.

 

 

 

 

Nature du délit :

 

 

 

Texte et images : Thomas Rietzmann // Visuel de Une : Scae.