Reine de coeur

Symbolise l’amour, le romantisme, le désir.

 

 

Qui ? Mindy Kaling.

Série : The Mindy Project (Fox)

Saisons : 2 (renouvelée pour une 3ème)

Le pitch : Le quotidien d’une gynécologue-obstétricienne, éternelle romantique dans l’âme, et celui de ses collègues, qui semblent passer plus de temps à envahir sa vie qu'à gérer la leur.

Similaire à : Bridget Jones et les chroniques de Nora Hamzawi sur France Inter.

 

 

Le grand public a fait la connaissance de Mindy Kaling à travers son rôle d'employée de bureau futile et obsessionnelle qu'elle occupait dans The Office, pour lequel elle officiait également en tant qu'auteur. Aussi débordante d’énergie que son personnage à l'écran, Mindy a beaucoup de choses à dire : sa personnalité prolixe et ses tweets caustiques l’ont d’ailleurs conduite à écrire une autobiographie pleine d'espièglerie et de cruels souvenirs de jeunesse tournés en dérision. A la rentrée 2012, Mindy Kaling quitte NBC pour rejoindre la Fox, qui décide de lui faire confiance en diffusant sa propre sitcom.

 

 

The Mindy Project narre les aventures d'une gynécologue et de son incapacité chronique à maintenir une vie sentimentale digne de ce nom, ce qui ne manque pas d'évoquer une Bridget Jones des temps modernes (ce n'est pas un hasard, puisque l'héroïne est justement fan de comédies romantiques). A l'instar de Grey's Anatomy, où l'on passe plus de temps à s'épancher sur ses problèmes relationnels qu'à soigner les patients, le cadre hospitalier n'est ici qu'un prétexte pour accueillir Mindy et ses collègues, dont Adam Pally (Happy Endings) ou Ike Barinholtz (qui a fait ses preuves au sein du cast de MADtv).

 

Si la perspective d'un personnage passant son temps à se plaindre vous angoisse d'avance, ne fuyez pas tout de suite : malgré ses déboires, Mindy fait toujours preuve d'un optimisme naïf parfois presque touchant, car il est hors de question pour elle de finir sa vie seule et aigrie, entourée de chats - bien au contraire.

 

 

Attention à ne pas juger uniquement le talent de Mindy Kaling sur sa série : The Mindy Project succombe hélas souvent à des ressorts "sitcomesques" maintes fois utilisés par le passé. Si on adhère, c'est pour le charme irrésistible de son héroïne et les guest-stars qui se bousculent au portillon (James Franco, Chloé Sévigny, Seth Rogen, Skylar de Breaking Bad Anna Gunn...). Et parce que nous aussi, éternels optimistes que nous sommes, croyons en sa réussite.

 

 

Reine de carreau

Symbolise l’énergie, l’audace, l’optimisme.

 

 

Qui ? Julia Louis-Dreyfus.

Série : Veep (HBO)

Saisons : 3 (renouvelée pour une 4ème)

Le pitch : Les tribulations de la vice-présidente des Etats-Unis et son équipe de bras cassés, entre déconvenues, frustrations et autres maladresses.

Similaire à : The Thick of It, la version anglaise dont elle est l'adaptation plus ou moins directe, signée du même créateur. The West Wing, en moins sérieux.

 

 

Il serait terriblement malhonnête de proclamer que Julia Louis-Dreyfus est une "nouvelle" reine de l’humour à l’américaine. JLD a fait ses premières armes au Saturday Night Live dans les années 80, avant de véritablement exploser sur les écrans du monde entier en incarnant le rôle de la sérieusement névrosée Elaine Benes dans la série Seinfeld (diffusée en France sur Canal+).

 

A vrai dire, ce n’est même pas la première fois que Julia est aux commandes de sa propre sitcom, la série The New Adventures of Old Christine (toujours diffusée sur Canal+ de par chez nous). En revanche, il est tout à fait approprié d’ériger l’actrice vétéran en valeur sûre de la scène humoristique américaine actuelle, dans ce qu'il s'agit sans aucun doute de son plus grand rôle.

 

 

Il serait également malvenu d’attribuer tout le succès de Veep à une seule personne. Veep est avant tout une satire mordante de la politique américaine soutenue par un casting de personnages hauts en couleurs. Néanmoins, Julia Louis-Dreyfus représente la pièce maîtresse de cette comédie d’ensemble, à travers sa palette d’expressions faciales qui ne semble connaître aucune limite et grâce à l’énergie débordante caractérisant les nombreuses crises de nerfs de son personnage, ce qui fait d’elle l’actrice la plus GIFable de la télévision américaine. HBO l’a bien compris, en consacrant un tumblr officiel au programme.

 


Le rythme effréné auquel s’enchaînent les répliques cinglantes requièrent de chaque visionnage d’un épisode de Veep une attention toute particulière, mais la rétribution en est d’autant plus satisfaisante. La critique ne s’y est d'ailleurs pas trompée : la série accumule les distinctions en tout genre, permettant au passage à Julia de décrocher un nouvel Emmy Award deux années de suite. Avec une troisième saison plus efficace que jamais à son actif, il n’est pas impossible qu’elle remporte un énième trophée cette année. De quoi asseoir pour de bon sa suprématie au Panthéon des comédiennes américaines de talent.

 

 

Reine de pique

Symbolise le malaise, la vérité, le pouvoir de l'action.

 

 

Qui ? Amy Schumer.

Série : Inside Amy Schumer (Comedy Central)

Saisons : 2 (renouvelée pour une 3ème)

Le pitch : Une série de saynètes interprétées et co-écrites par Amy Schumer, à laquelle s’ajoutent des extraits de stand-up ainsi que des micro-trottoirs.

Similaire à : Louie pour le fond, le Saturday Night Live et MADtv pour la forme.

 

 

Humoriste de stand-up de formation, Amy Schumer est la personnalité la plus clivante de cette liste. Sous les vidéos à son sujet, elle éveille même chez certains des pulsions particulièrement charmantes : les commentaires sexistes abondent, affirmant de façon péremptoire que «les femmes ne sont pas dotées d’humour», «elle n’est pas drôle mais quelle sacrée paire de jambes», ou usant encore et toujours de la fameuse blague éculée attribuant la place d’une femme en cuisine et nulle part ailleurs.

 

 

Loin de se laisser décourager, Amy tord le cou aux préjugés misogynes qui l’entourent et s’en sert pour alimenter le contenu de sa série. Amy Schumer est une humoriste résolument féministe, ne manquant pas de souligner la cruauté dont les femmes peuvent faire usage envers elles-mêmes ou de fustiger cette horrible frange de la gent masculine qui porte des fedoras et s'attend à ce qu'une femme leur tombe dans les bras juste parce qu'ils feignent de la respecter. Amy n'est pas non plus tendre avec sa propre personne, dans la mesure où elle passe le plus clair de son temps à pratiquer l'autodérision. Comme dans toute compilation de sketches, il y a boire et à manger au menu de chaque épisode. Parfois, la nourriture servie y est avariée. Mais lorsque le sketch vise juste, le téléspectateur se régale.

 

Comme Sarah Silverman avant elle, la scène est le lieu où Amy excelle le plus, jonglant avec aise entre la caricature raciale, les petits tracas de la contraception du lendemain mais surtout, le sexe (ce n’est pas pour rien que son spectacle s’intitule Mostly Sex Stuff). Elle est comme cette amie trop ivre et sans filtre que l'on se languit de retrouver après une soirée passée avec des gens sérieux : une bouffée d'oxygène dans un monde parfois trop étouffant, une pression d'Air Wick dans les toilettes.
 

 

Le panache de la jeune comédienne a convaincu Judd Apatow qui l'a pris sous son aile (vous l’avez d’ailleurs peut-être déjà aperçue dans Girls, la série à succès co-produite par ce dernier). Car s'il est probable que l’humour trop cru d’Amy ne traverse jamais les frontières pour être diffusé chez nous, Miss Schumer se fera certainement bientôt connaître avec son premier film, Trainwreck, écrit par ses soins, réalisé par Apatow, et incluant Tilda Swinton, Method Man et elle-même au casting. Tout un programme.

 

 

Reines de trèfle

Symbolisent l’argent, la prospérité, l’hospitalité.

 

 

Qui ? Abbi Jacobson et Ilana Glazer.

Série : Broad City (Comedy Central)

Saisons : 1 (renouvelée pour une 2ème)

Le pitch : Les péripéties new-yorkaises de deux amies inséparables.

Similaire à : 2 Broke Girls, mais en drôle.

 

 

A la vie comme à l'écran, Abbi Jacobson et Ilana Glazer sont meilleures amies. Après avoir pris leurs marques dans une troupe d'improvisation, elles décident de joindre leurs forces pour réaliser une websérie qui connaîtra un petit succès sur YouTube. Le bouche à oreille aidant, plusieurs chaînes de télévisions finissent par se tirer la bourre pour soutenir le projet des deux comédiennes. D'abord prévue sur FX, Broad City voit finalement le jour sur Comedy Central au début de l'année 2014.
 

 

Ilana et Abbi sont deux jeunes New-Yorkaises sans le sou, mais avec une joie de vivre inébranlable et une relation plus que fusionnelle, à la limite de la co-dépendance. Ilana, procrastineuse hors-catégorie, ne vit que selon l'adage carpe diem, là où Abbi, elle, est la voie de la sagesse, tentant d'acquérier au fil des épisodes un certain sens de la décontraction. Toutes les deux gèrent du mieux qu'elles peuvent leur quotidien au sein de la ville qui ne dort jamais, entre grosses cuites, plans culs et galères financières, avec une seule certitude au bout : la présence indéfectible de l'autre.

 

Produite par l'une des grandes prêtresses de la comédie américaine, Amy Poehler, la série Broad City est issue du même moule que les meilleurs stoner movies existants : les situations burlesques et absurdes affluent et les références culturelles pullulent (un élément qui était déjà prédominant dans leur websérie). Nos protagonistes peuvent aussi bien passer une scène entière à chercher la ressemblance entre Judith Light et un chien, parodier des clips de rap, ou se demander qui de Michael Bublé ou Janet Jackson ferait le meilleur cunilingus. On ne reste jamais sur notre faim.

 

 

En attendant la saison 2 prévue pour l'année prochaine, les interprètes de Broad City comptent déjà le New Yorker, Lena Dunham ou encore Lady Gaga parmi leurs fans : une véritable consécration pour ces deux mordues de pop culture.

 

 

Thomas Rietzmann.