Depuis 2006, suite aux naissances successives de Suri Cruise et de Shiloh Jolie Pitt, une nouvelle race de people est apparue dans les pages des magazines : les enfants de stars. A la différence des “enfants star”, les “enfants de stars” ne se font pas exploiter 18 heures par jour sur un plateau de cinéma ou dans un studio d'enregistrement. Non non, ceux-ci n'en foutent pas une, ils ne font qu'enchaîner les tournées chez FAO Schwartz et Baby Dior, se faire prendre en photo et se faire torcher avec du PQ à fil d'or.

 

En 2008, soit à l'âge de 2 ans, Suri Cruise figurait à la première place du “Hollywood's power kids list”. Etablie par le très sérieux magazine Forbes, cette liste est dressée en fonction de la couverture médiatique, presse et Internet, de l'enfant. Et en ce qui concerne Suri on en est à 1300 articles pour cette année-là, rien que ça. Et pour quoi ? Que dalle. Même si tout le monde ne pense pas comme ça, puisque d'après la rédactrice en chef “Entertainment” de US Weekly, Dina Sansing : “les articles sur Suri ont la faculté de détendre les gens et de favoriser l'image publique de Tom Cruise et Katie Holmes” . On comprend mieux pourquoi on se fade “Suri en talons”, “Suri en tutu”, “Suri et son iPad”, “Suri fait une descente chez Sephora”. Les aventures de Suri font d'elle la nouvelle Martine, version BILF. La gamine a tellement d'influence que même la célèbre association Peta lui adresse des lettres pour qu'elle ne mette pas de fourrure. Helllllloooo, elle sait pas lire la pisseuse. Et si quelques mères de l'Arkansas s'offusquent que la gamine porte des talons à 3 ans, sa BILF attitude ne choque personne d'autre.

 

En revanche, celle qui défraie la chronique à cause de son look c'est sa rivale numéro 1, son ennemie jurée, Shiloh Jolie Pitt, fille de Brad et Angelina.

“Shiloh manipulated by her mom”, “Brangelina dressing Shiloh boyish”, “Why is Angelina turning Shiloh into a boy ?”, de la presse gay jusqu'au Huffington Post, tout le monde s'en mêle, c'est le festival de gros titres pour savoir si oui ou non Brangelina sont de bons parents.

Et oui, Shiloh se prend pour un garçon, aime se faire appeler John, et préfère manifestement les baggys aux robes à smock, elle est la parfaite antithèse de Suri. Alors, deviendront-elles les nouvelles Blair et Serena ? Fêteront-elles leurs “sweet 16” en rehab ensemble ? Shiloh tombera-t-elle amoureuse de Suri ? Toutes ces questions hantent les esprits des BILF lovers.

 

En tout cas, selon Roger Hitts, reporter au Star, journal qui fait tout son C.A sur le dos de ces minicréatures hollywoodiennes, les parents, à savoir TomKat, Brangelina and co, ne sont en rien responsables de cette nouvelle tendance : “Shiloh et Suri ne sont pas exploitées commercialement par leurs parents, elles sont encore trop jeunes pour cela. Angelina et Brad ont bien été payés 5 millions de dollars par People Magazine pour les photos de Shiloh à sa naissance mais ils ont tout reversé à une oeuvre de charité. En ce qui concerne Suri, elle a fait la couverture de Vanity Fair à sa naissance mais Tom Cruise et Katie Holmes n'ont pas été rémunérés pour cela, même s'il est vrai que la session photo a tout de même servi à faire la promo du blockbuster de Tom Cruise à l'époque.”

 

WHAT ??? Toutes les photos qu'on voit dans les magazines ne sont donc pas le fruit d'un habile et maléfique stratagème de stars hollywoodiennes toujours plus avides de reconnaissance ? Apparemment non, ce ne serait que le résultat d'une nouvelle mode médiatique aussi inutile que celle qui consiste à prendre en photos les stars au supermarché. Waouh Katy Perry aime les baked beans, waouh Suri a le dernier sac Balenciaga, trop coooool.

 

Et le cauchemar n'est pas près de s'arrêter, les enfants stars se reproduisant comme des Gremlins. Surtout, une nouvelle race a fait son apparition il a y quelques années, bien plus dangereuse, avec des névroses multipliées par trois : les “enfants stars de stars” ou comment faire de l'extra money sur le dos de tes mioches quand ton dernier film a fait un bide.

On ne le sait pas assez, mais le père de Miley Cyrus est lui aussi “musicien”, il a cependant eu la bonne idée de s'arrêter quand il a compris que le rock capillaire ne marchait pas des masses (extrait) et a ensuite préféré capitaliser sur sa fille. Bien lui en a pris, la petite est en 13e place du Forbes “Top 100 celebrity list”, avec pour l'année 2010 des revenus estimés à 48 millions de dollars.

En l'espace de quatre ans, depuis ses débuts mielleux, au sein de l'écurie Disney avec la série Hannah Montana, jusqu'à 2010 où elle se roule en boule dans des cuissardes en cuir, Miley a engrangé des centaines de  millions de dollars. Billy Ray Cyrus a d'ailleurs écrit un ouvrage à l'usage de tous les papas qui veulent faire du business avec leur fille How to get rich with your daughter : the bigger the boobs, the lesser the clothes, ou comment adapter son plan marketing en fonction de l'évolution de la puberté de votre enfant.

La petite soeur de Miley, Noah, 10 ans, a elle aussi une carrière bien remplie pour son jeune âge, mais elle ne semble cependant pas décoller comme Billy Ray le souhaiterait. En effet Noah, qui n'est pas dotée d'un physique facile, a vu le dernier film dans lequel elle a joué sortir directement en DVD sans passer par la case cinéma. Un coup dur pour le papa chanteur country qui a décidé de remédier à ce problème en envoyant sa fille à la BILF Academy (voir la vidéo). 

 

Mais malgré sa bonne volonté, Miley, majeure depuis quelques semaines, doit cependant céder sa place sur le trône souillé des enfants star de stars, car une petite filoute l'a désormais devancée dans le coeur des bambins et des pédophiles. L'heureuse élue n'est autre que Willow Smith, la fille du Prince de Bel Air Will Smith et de Jada Pinkett, actrice ratée qui a elle aussi tâté de la chanson, avec notamment Bleed All Over Me, qui relate une histoire assez sordide à base de Tampax… Ou presque… Notre coeur saigne néanmoins à l'écoute de ce morceau.

Willow n'a que 9 ans, mais elle a déjà fait son entrée dans le show biz avec son tube Whip My Hair (plus de 7 millions de vues sur YouTube pour la vidéo officielle, et 30 millions de recherches Google sur son nom, le monde va bien, merci), morceau qui peut provoquer, au choix, une crise d'épilepsie ou une soudaine envie de foutre la gamine au congélo, après bien sûr l'avoir envoyée en séjour linguistique dans une cave en Belgique.

Elle a d'ailleurs signé sur le label de Jay Z, le parcours normal pour tout artiste débutant. Mais comme Willow l'a affirmé à la presse américaine, ce n'est dû qu'à son talent (maman Pinkett lui a peut-être aussi appris comment bien déglutir ?)

L'entreprise familiale Smith-Pinkett n'a définitivement pas de soucis à se faire, le couple ayant déjà mis un morveux sur le marché, Jaden, 12 ans, qui a récemment cartonné dans le remake de Karaté Kid, avec Jackie Chan et qui sait d'ores et déjà parfaitement exécuter la promo de son film comme un robot “I mean it was a dream working with Jackie, he's such a great professionnal, he's my hero, you know ?!”

Avec son look de l'au-delà, ses postures improbables et ses cheveux fous, on donne un trimestre à la Rihanna des bacs à sable pour qu'elle rencontre son Chris Brown à elle.

Pour info, lors des dernières fêtes d'Halloween, Willow Smith s'est déguisée en Willow Smith…. Un amour de petite fille.

Pour mettre un terme à cet axe du mal, Brain lance une pétition pour qu'Emile Louis soit extradé à Hollywood. On compte sur vous.

 

Sarah Dahan // Illu: melodyleblond.