Recherche

Reportage

Princology - Guide Subjectif de la Discographie de Prince

Mercredi, 29 Juin 2011

Prince Rogers Nelson. Né le 7 juin 1958 à Minneapolis. 1m58 grand maximum. Origines noires américaines, indiennes américaines et italiennes. Baptisé ainsi par son père John L. Nelson en hommage au trio de Jazz "Prince Rogers". Maman Mattie Shaw chanteuse de jazz locale. Multi-instrumentiste génial et précoce, signé par Warner à 19 ans. Problème : une discographie prolifique et quasi immaîtrisable.

 


Sauf peut-être après avoir lu ce petit guide. Répétition avec le concert de ce soir au Stade de France.

 

La discographie de Prince est l'une des plus complexes, riches et variées, allant du chef d'oeuvre au tout à fait dispensable. Son style musical est aussi divers que ses influences : Sly and the Family Stone, Funkadelic, Parliament, James Brown, Jimi Hendrix, Joni Mitchell, Charlie Parker et Miles Davis entre autres. Des influences non seulement évidentes mais revendiquées par Prince lui-même. Ses deux thèmes favoris sont le sexe et la religion. Il joue à fond sur l'ambiguïté sexuelle autant dans ses tenues que dans ses paroles. "I'm not a woman, i'm not a man. I am something you'll never understand". Entre Liberace et Little Richards. Une des particularités de sa discographie est qu'en plus des albums officiels, les faces B de ses singles, les morceaux inédits ou ceux produits pour d'autres artistes sont tout aussi importants. Tout cela méritait bien un guide tout à fait subjectif, au risque de contrarier les puristes mais d'intéresser les profanes, ceux qui voudraient mieux connaître son oeuvre au delà des hits Purple Rain, When Doves Cry, Kiss ou Cream.
 
 
4 CHEFS D'OEUVRE INCONTOURNABLES

Dirty Mind (1980)

Exit la disco de ses deux premiers albums. Prince se réinvente. Entre rock, post-disco, post-punk, new wave et expérimentations électroniques, l'album est un succès critique et underground. Avant-gardiste, il va influencer les contemporains de l'artiste. On retrouvera l'intro et le break central au synthé de Dirty Mind sur le Sweet Dreams d'Eurythmics et Cyndi Lauper reprendra When You Were Mine sur son premier album.
Les paroles sont explicitement sexuelles (Dirty Mind, Do It All Night), il y a une ode à la fellation (Head), un morceau sur l'inceste (Sister) et un autre où il évoque l'homophobie et le racisme (Uptown).
Niveau look Prince ne fait pas dans la demie mesure : string, bandana autour du cou, porte-jarretelles et talons (pour compenser sa petite taille) ainsi qu'un manteau ouvert avec un badge "Rude boy" inscrit dessus composent en tout et pour tout la tenue qu'il porte sur la pochette mais aussi sur scène pendant la tournée qui passera par le Palace de Paris.



Purple Rain (1984)

Après le succès de 1999, album qui l'a installé dans le paysage musical, Prince obtient de la Warner les fonds nécessaires pour tourner Purple Rain, un film semi-autobiographique qui le met en scène. Le film et sa bande originale feront de Prince une star internationale. Si le film est dispensable (comme tous les autres films de Prince... Purple Rain étant le meilleur, en partie grâce à cette scène de danse à la fin qui marquera la pop culture de l'époque), l'album qui l'accompagne est une oeuvre à part entière.
I Would Die 4 U, Baby I'm a Star et Purple Rain ont été enregistrés live en public au 1st Avenue pendant l'été 1983 puis mixés en studio. Let's Go Crazy et Computer Blue sont quant à eux enregistrés dans les conditions du live sans public. Ces titres sont une véritable collaboration entre Prince et The Revolution, le groupe de musiciens dont Prince à commencé à s'entourer depuis Dirty Mind et dorénavant composé de Lisa Coleman et sa girlfriend Wendy Melvoin (elles feront leur coming-out en 2009), Bobby Z, Matt "Dr." Fink et Brown Mark.
The Beautiful Ones, Darling Nikki et When Doves Cry ont par contre été écrites, composées, produites et arrangées par Prince tout seul. When Doves Cry, morceau pop sans basse, a été ajoutée à la dernière minute pendant le mixage de l'album à Los Angeles, devient le premier single de Prince à être n°1 des charts. Darling Nikki avec ses paroles explicites est (avec Like A Virgin de Madonna) la raison pour laquelle le sticker "Parental Advisory Explicit lyrics" a été créé à l'initiative de Tipper Gore (l'épouse d'Al Gore).



Parade (1986)

Grâce au succès de Purple Rain, Prince a fait construire à Minneapolis son propre complexe high tech: Paisley Park, qui comprend des studios d'enregistrement, des salles de concert ainsi que des studios de cinéma. Il a dorénavant tout loisir d'enregistrer à sa guise et multiplie les projets personnels ainsi que la production d'albums pour les artistes de son label. Il prépare également la sortie du film Under The Cherry Moon, tourné à Nice en France et dont Parade est la bande originale. Le film est un énorme bide (Kristin Scott Thomas y fait sa première apparition à l'écran dans le rôle féminin principal).
Parade est un album mélodique incroyable qui emprunte au jazz, ce qui déroute le public et les critiques au moment de sa sortie. Mais Kiss lui vaut toutefois son troisième numéro 1 dans les charts américains.
Pendant le Parade Tour, des conflits éclatent entre Prince, son management et les membres de The Revolution. La production du nouvel album Dream Factory est arrêtée. Les musiciens de The Revolution seront finalement tous virés, à l'exception de Matt Fink. Parade est donc l'album final de Prince and the Revolution mais aussi leur plus élégant et somptueux.



Sign 'O' The Times (1987)

Après la dissolution de The Revolution, Prince se lance dans deux projets personnels parallèles. Un triple album Crystal Ball comprenant les enregistrements de Dream Factory ainsi que de nouveaux titres et un album sous le nom de Camille, son alter ego féminin. C'est finalement Sign 'O' The Times qui sort, un album dont la cohérence étonne puisque il est composé de titres issus des sessions des trois différents projets.
Prince y explore tous les genres musicaux. La chanson Sign 'O' The Times traite des thèmes de société et aborde le sujet du sida sans le nommer "In France a skinny man died of a big disease with a little name". Housequake, U Got The Look en duo avec Sheena Easton, Strange Relationship et If I Was Your Girlfriend sont créditées sous le nom de Camille. Cet album riche et varié est considéré à juste titre comme le dernier grand chef d'oeuvre de Prince.




4 ALBUMS INDISPENSABLES

Prince (1979)

La pochette est culte. Prince cheveux longs, moustache et poils au torse posant sur fond bleu, est un sommet du Kitsch qui n'a d'égal que la photo au verso où on le retrouve nu sur un cheval blanc ailé dans un flou très David Hamiltonien. L'influence du disco est encore présente mais l'album a beaucoup mieux résisté au temps que le premier, For You.
A retenir : I Wanna Be Your Lover - Why You Wanna Treat Me So Bad ? - Sexy DancerWhen We're Dancing Close and Slow - Bambi - Still Waiting - I Feel For You (reprise et popularisée par Chaka Khan en 1984) - It's Gonna Be Lonely

Controversy (1981)

"Am i black or white, am i straight or gay ?". Sur la pochette, Prince porte le même manteau que sur celle de Dirty Mind mais il s'est rhabillé. Chemise col haut et cravate, s'il continue de parler de sexe sur Sexuality ou Jack U Off (sur le plaisir de la masturbation réciproque), Prince se veut plus politique en parlant de la guerre froide (Ronnie Talk 2 Russia) et de la nécessité de réglementer le port d'arme (Annie Christian). Sur le morceau Controversy il s'adresse à ses critiques et aux polémiques provoquées par l'album précédent. Controversy est une sorte d'extension de Dirty Mind en moins abouti.
A retenir :  Controversy - Sexuality - Private Joy (repris limite en japonais par Latoya Jackson) - Let's Work - Jack You Off

1999 (1982)

Premier succès commercial  grace aux hits 1999 et Little Red Corvette. S'il ne figure pas parmi les chefs-d'oeuvre absolus c'est parce que les titres Free ou International Lover en particulier synthétisent tout ce dont Prince aurait pu se passer: des ballades sirupeuses et des paroles à la limite de la misogynie. L'autre problème de 1999 est la longueur des morceaux, les versions edits disponibles sur les singles en face A ou B leur donnent plus de puissance. Le son est plus pop électronique avec des expérimentations house qui vont influencer toute la scène pop à venir.
A retenir : 1999 (edit) - Little Red Corvette (edit) - Delirious (edit) - Automatic (single) - Something in the Water does not Compute - Lady Cab Driver (edit) - All the Critics Love You in New York (edit) - D.M.S.R (edit) - Let's Pretend We're Married (edit)


Around the World in a Day (1985)

Prince a créé son propre label, Paisley Park Records. Around the World in a Day en est le premier album. C'est encore un changement de direction musicale pour Prince qui laisse de plus en plus de place à The Revolution dans l'élaboration de cet album de pop psychédélique. La pochette est une peinture de Doug Henders et reflète le besoin d'anonymat que l'artiste a ressenti après la folie Purple Rain (il faut chercher Prince parmi les personnages). Assez inégal, il contient cependant des indispensables.
A retenir : Around the World in a Day - Paisley Park - Condition of the Heart - Raspberry Beret - America - Pop Life.
 

Le Best du Reste

Les albums suivants sont plus inégaux, mais ont leurs moments forts.

For You (1978)

Premier album qu'il écrit, compose, produit et sur lequel il joue 23 instruments. L'album aux sonorités disco datées est anecdotique. Néanmoins deux titres sont à retenir : le funky Soft and Wet et la balade acoustique Crazy You.

The Black Album (1987)

Prince change d'avis à la dernière minute et arrête la production de l'album déjà en impression. Les quelques exemplaires rescapés seront longtemps convoités par les fans avant la sortie officielle de l'album en 1994. C'est une jam session funk pompeuse dont on peut néanmoins retenir : Bob George (un titre électro précurseur) et Superfunkycalifragisexy.

Lovesexy (1988)

C'est Lovesexy qui sortira à la place du Black Album. Il pose nu sur la pochette, un cliché de Jean-Baptiste Mondino qui réalisera aussi le clip du single I Wish U Heaven, une des très rares vidéos du chanteur à ne pas être insignifiante. Les titres sont enchainés en une seule séquence et la qualité de la majorité des morceaux est discutable. C'est le premier album de Prince où Dieu est aussi présent et invoqué.
Il y a toutefois quelques titres à retenir (si on n'est pas allergique à la religion): Anna Stesia ("Have u ever felt so lonely that u felt u were the only one in this world ? Have u ever wanted 2 play with someone u'd take anyone boy or girl ?") - Dance On - I Wish U Heaven - Alphabet ST. (EDIT no rap) - Glam Slam (Edit) - Positivity - When 2 R in Love.

Batman Soundtrack (1989)

Une commande de Warner productrice du premier volet de la saga réalisée par Tim Burton. Prince est seul aux commandes et laisse libre cours à son inspiration en utilisant la technique encore jeune du sampling.
A retenir : The Future - Electric Chair - Scandalous (co-écrit avec son père John L. Nelson). Les remixes de The Future et Electric Chair par le duo Mark "S'express" Moore et William Orbit sont une réussite.

Graffiti Bridge (1990)

Film catastrophique s'il en est, Graffiti Bridge (la suite de Purple Rain) bénéficie d'une bande originale de qualité notamment parce qu'elle est majoritairement composée de titres anciens, écrits et non commercialisés pendant les années les plus créatives de sa carrière, et qui ont été réenregistrés pour l'occasion. Les singles Thieves in the Temple et New Power Generation sont les seules compositions originales.
A retenir : Can't Stop This Feeling I Got  - The Question of U - We Can Funk ( en duo avec George Clinton) - Joy in Repetition  - The Latest Fashion (en duo avec The Time) - Thieves in the Temple - New Power Generation.

Diamonds and Pearls (1991)

Le début de la fin.
A retenir : Gett Off (version single) - Cream - Strollin - Money don't Matter Tonight
A noter le "Thrust Mix" de Gett Off par Steve "Silk" Hurley et le "Housebanger" remix de Cream par Junior Vasquez.


The B-Sides

The Hits - The B-sides (1993)


Première compilation de Prince sortie par Warner dont l'intérêt principal est l'édition digitale des Faces B légendaires jusqu'alors uniquement disponibles sur les singles ainsi que quelques inédits.
A retenir : Pink Cashmere (1988) - Peach (1993) - Horny Toad (1983) - Erotic City (1984) - 17 Days (1984) - She's Always in my Hair (1985) - How Come You Don't Call Me Anymore (1983) - Irresistible Bitch (1983) - Scarlet Pussy (1988. Hommage appuyé à l'Atomic Dog de George Clinton sous l'alter ego féminin de Prince, Camille) - 4 The Tears in Your Eyes (1985 inédit pour la compilation We Are The World) - Power Fantastic (inédit extrait des sessions Dream Factory en 1986)

The Vault


Ce sont les titres inédits de Prince, dont certains ne sont jamais sortis officiellement et d'autres uniquement sur la compilation Crystal Ball. Ils sont le témoignage de la créativité d'un artiste pouvant se permettre de considérer quantité négligeable ce qui serait pour d'autres artistes le summum de leurs carrières discographiques. Prince lui-même aurait permis à ces titres de filtrer, on attribue aussi l'origine de la fuite à d'anciens collaborateurs de l'artiste.
A retenir: You 1979 (la chanson sera enregistrée par Paula Abdul dans les années 90) - I Miss You, balade à la guitare acoustique datant de 1978 - Tick Tick Bang 1981 (réenregistrée pour la B.O de Graffiti Bridge, la version originale bien supérieure dans la mouture de Dirty Mind est un must have) - Hard to Get 1981 - Cold Coffee and Cocaine 1983 (délire au piano digne de Screaming Jay Hawkins) - Purple Music 1982 (Incroyable morceau electro de 10:02 dans la veine de All the Critics Love You in New York) - Possessed 1983 - The Dance Electric 1984 - Roadhouse Garden 1984 - Crystal Ball 1986 - Empty Room 1992 - All My Dreams 1986 - The Sex of it 1986 - Heaven 1986 - Beautiful Strange 1998 - Wonderfyl Ass 1986 - RIipopgodazippa 1995 (Pour la B.O de Showgirls) - Old Friends 4 Sale" 1985  - Chatounette Control 1995 (Versace Experience) - Come (alternate version) 1994
 

If I Had A Harem

Prince va également produire des artistes... en majorité féminines.

Nasty Girl de Vanity 6 1982, Sex Shooter d'Appolonia 6 en 1984, The Glamourous Life de Sheila E. 1984, Il produit aussi tout un album pour "The Family", le groupe de sa girlfriend Wendy Melvoin et St. Paul, ex membre du groupe The Time. C'est sur cet album qui figure Nothing Compares 2 U, qui deviendra un énorme tube international en 1990 lorsqu'il sera repris par Sinead O'Connor et produit par Nellee Hooper. Suite au succès de cette reprise, Prince intégrera le morceau à tous ses sets live. En 1986 il offre aux Bangles leur premier numéro 1 avec Manic monday. Il faut ajouter à cette liste le magnifique Mia Bocca de Jill Jones en 1987 qui bénéficie en plus d'une des plus belles vidéos de Jean-Baptiste Mondino. Enfin en 1991, il offre un tube à la chanteuse Martika avec Love Thy Will Be Done. Mais c'est en 1992 que Prince va obtenir la plus grande consécration de TOUTE sa carrière en offrant l'extraordinaire With This Tear à Céline Dion.
 


 

Les collaborations notables

Si Bad, que Michael Jackson avait envisagé en duo avec Prince, ne s'est finalement pas fait pour les raisons invoquées par Prince sur cette vidéo, sa collaboration avec Madonna a en revanche vu le jour. Les deux stars se sont rencontrées aux American Music Awards de 1985, cérémonie pendant laquelle Madonna lui a remis un prix. C'est Prince qui a créé la tenue qu'elle portait sur scène au Live Aid. Ils écrivent alors ensemble plusieurs démos qu'ils ne finaliseront pas. En 1988, Prince ressort By Alien Means et Love Song et propose à Madonna de poursuivre leur travail dessus. Seule Love song sera retenue et retravaillée par correspondance téléphonique et échanges de Fedex. Madonna ajoute une mélodie (elle joue du synthé sur le morceau) et un couplet puis Prince ajoute des paroles et des arrangements. Il s'agit d'un hommage au Je t'aime moi non plus de Gainsbourg d'où les interventions en français. C'est aussi une inside joke entre les deux artistes, Madonna ayant clairement stipulé qu'elle ne voulait pas qu'ils écrivent une "love song". Le duo sortira sur l'album Like a Prayer mais Warner mettra son véto à sa sortie en single alors que Mondino avait déjà été approché pour tourner le clip.
En plus de Love Song, Prince joue de la guitare sur la version single de Like a Prayer ainsi que sur Keep it Together et Act of Contrition. En 1985 Prince avait sorti un duo avec Sheila E, A Love Bizzare dont la rumeur disait qu'il y parlait de ses "relations particulières" avec Madonna dans sa limousine.  
 


 

Prince a beau aller d'album insignifiant en album insignifiant depuis plus d'une décennie, comme le disait Felix da Housecat en 2009 ils veulent tous être Prince. Mais comme l'affirme Prince lui-même sur l'un de ses derniers albums, et ce en toute modestie: "THERE WILL NEVER B ANOTHER 1 LIKE ME".

 

Philippe Doux Laplace.



Articles du même auteur


Articles relatifs :

Blue Monday

Le Son de Minneapolis III - André Cymone, Kelly's Eyes

Guide de la ScÚne Club New-Yorkaise des Années 80


Commentaires

Les commentaires sont modérés.
  • David LoPan - Lundi, 21 Mai 2012

    Et Partyman sur la BO de Batman ??

  • npg2000 - Mercredi, 07 Décembre 2011

    "from the heart of Minnesota, here come the Purple Yoda" Prince - Laydown - 20Ten

  • npg2000 - Mercredi, 07 Décembre 2011

    the Rainbow Children est un chef d'oeuvre absolu !

  • R1 - Mardi, 26 Juillet 2011

    Sur planetnearth en 2007, il y a un tube incroyable et incontournable Chelsea rodgers A faire danser un cul de jatte!

  • Robino - Mercredi, 06 Juillet 2011

    Je trouve Ă©trange que Musicology ne soit jamais mentionnĂ© dans les retours sur la discographie de Prince. C'est l'album qui m'a introduit au bonhomme lors de sa sortie et c'est de loin son meilleur sur sa fin de carriĂšre bien chiche en coups de gĂ©nie. Sans ĂȘtre un chef d'oeuvre parce que plus prĂ©curseur il renouvelle bien l'esprit pop-funk d'antan et les titres Illusion, Pimp..., Cinnamon Girl ou le dyptique The Marrying Kind/If eye Was the Man in Your Life sont loin d'ĂȘtre anecdotiques. Dans le champ de la pop (il est vrai pa Ă  l'honneur sur la dĂ©cennie) un des mes albums prĂ©fĂ©rĂ©s des 2000. TrĂšs chouette article en tout cas, qui arrive Ă  rendre sa carriĂšre moins flou.

  • no comment - Jeudi, 30 Juin 2011

    pourquoi?

  • good taste - Jeudi, 30 Juin 2011

    bon goût

Nom :

Email :

Titre :

Message :

Êtes-vous un robot ?

(vérification: oui ou non)

derniers articles archives