7. Phil Collins : juste pour la descente de toms dans In the air tonight. Quand il va à la batterie à 3'58 avec son micro de telemarketing, tu sais que ça va être le roulement de ta vie. Pour les connoisseurs : si la drum "sonne 80" comme tu dis bouffon, c'est qu'il y a une reverb gate.


6. Mocky jouait de tout mieux que tout le monde, et surtout de la batterie, pour lui ou pour Gonzales. Sur une batterie jouet au Grand Rex en 2007, en première partie de Feist, il enfonçait Tommy Lee et son matos de fête foraine. Pourquoi il s'est mis à faire du jazz à la con ? Pourquoi y a plus que FIP qui parle de lui ?


5. Don Henley bien sûr. Pour que ça ressemble un peu quand même aux 172 autres tops web des batteurs-chanteurs, et parce que je suis sûr que sa barbe à un "warm smell of colitas".


4. Caro des Corrs. C'est ça marre toi, mais essaye donc de faire des triolets de grosse caisse en escarpins, et après tu reviens.


3. Stevie Wonder : un des meilleurs batteurs de tous les temps. Pourquoi ? Parce qu'encore davantage que Keith Moon des Who, John Bonham de Led Zep, Dave Grohl de Nirvana ou Zazie des Plasticines, sa frappe est une des plus reconnaissable, tellement il joue bizarrement. La charley et la caisse claire de "Superstition" ne sont pas seulement un rythme, il s'agit d'un riff distinctif à part entière.


2. Bruno Mars. Seul dans le stade, le mec fait un solo de batterie. Sur du dubstep. Soit, a priori le pire du 20e siècle + le pire du 21eme. Mais c'est pas vraiment un solo, juste 3/4 rythmes comme rampe de lancement pour 15 minutes de show de malade. Simple, sans esbrouffe, classe en Drum Workshop vert fluo, avec une aisance totale et une énorme puissance à la frappe malgré ses 1 mètre 50. Ce qui compte chez un batteur c'est d'abord la qualité de la frappe, pas la technique. Comment il fait sortir le son du bois. C'est d'ailleurs le seul truc à peu près bien compris dans le remake de "Full Metal Jacket" en conservatoire nommé "Whiplash". Et juste en 2 roulements tu sens que Bruno c'est le gars sûr, précis, über facile, il fait ce qu'il veut quand il veut. En plus lui il jouait vraiment, pas comme les Red Hot Chili Grand Pères.



1. Anderson Paak.  Les vidéos live lui rendent pas justice, va en concert tu verras : le gars joue tellement en place avec un son tellement cool et bien produit que tu arrives pas à savoir des fois si c'est une boucle qui passe ou si c'est lui qui joue.  Les entrées et sorties de batterie sonnent hyper naturelles et inspirées, alors que souvent dans cette config séquences + une vraie batterie, ça le fait pas trop, le son est souvent trop "boisé" par exemple. Là avec son ingé "drum tech" perso et l'énorme son du club de la Bellevilloise, Paak colle tout le monde au mur - et avec une exctinction de voix en plus. Checke mon Anderson en bonnet et en marcel, jamais dans l'ego de zikos ni démonstratif, qui passe pépouze plein de breaks de dingue, tout en draguant d'un oeil les meufs du premier rang :



Allez Pharrell fais un tube pour Anderson Paak, man. Qu'il devienne dans la seconde la plus grosse star du monde.

Tiens d'ailleurs à propos de Pharrell, mention spéciale

Oscars 2012, une nuit d'infâmie : la honte Dujardin, et plein de jingles de transition ultra pourris composés par Hans Zimmer et Pharrell (ils feront mieux ensemble plus tard sur les cordes pompées à Curtis Mayfield du meilleur morceau de Pharrell, "Gust of wind"). Certes Pharrell joue  assez mal de la batterie, en terme de technique, mais OSEF car c'est un génie du rythme, contrairement à Steve Gadd, Dave Lombardo ou n'importe quel autre virtuose casse couille pour les puceaux encore abonnés à Batteur magazine. Là aux Oscars pareil, il chante pas, il est sur balconnet en smoking comme un con à côté d'une percussioniste insupportable qui enchaîne les pains sur ses  timbales surmixées, mais il plane au dessus du lot. On lui pardonne même de reprendre du Beatles avec Sting et Dave Mathews :



Non classés : Prince (super batteur mais n'en joue quasi jamais en live) ; Dave Grohl (ne fait quasi jamais les deux en même temps, chante mal) ; Moe Tucker du Velvet (chante mal, ne sait pas jouer de batterie) ; Josh Homme des Eagles of Death Metal (joue mal de la batterie) ; Meg White des White Stripes (ne sait pas jouer de batterie) ; Ringo Starr (chante mal, ne sait pas jouer de batterie,  est forcé par McCartney à jouer sur le playback de son batteur à lui aux Grammy 2014 - écoute le roulement à 0'45).