De Marcel Proust ("Mon ravissement était devant les asperges, trempées d’outremer et de rose et dont l’épi, finement pignoché de mauve et d’azur, se dégrade insensiblement jusqu’au pied,-encore souillé pourtant du sol de leur plant,-par des irisations qui ne sont pas de la terre. Il me semblait que ces nuances célestes trahissaient les délicieuses créatures qui s’étaient amusées à se métamorphoser en légumes et qui, à travers le déguisement de leur chair comestible et ferme, laissaient apercevoir en ces couleurs naissantes d’aurore, en ces ébauches d’arc-en-ciel, en cette extinction de soirs bleus, cette essence précieuse que je reconnaissais encore quand, toute la nuit qui suivait un dîner où j’en avais mangé, elles jouaient, dans leurs farces poétiques et grossières comme une féerie de Shakespeare, à changer mon pot de chambre en un vase de parfum.", dans la concision comme toujours Marcel) à Benjamin Franklin ("A few Stems of Asparagus eaten, shall give our Urine a disagreable Odour"), nombreux sont les grands esprits à avoir noté les effets de l'asperge sur l'odeur de l'urine. Mais le vrai mystère est que certaines personnes ne sentent pas la différence. MinuteEarth vous donne un résumé de toute l'histoire, et vous pourrez faire le test à la maison après.