FABRIC14.11.2015-1
Si nombre de discothèques ferment faute de clients, le fait d'en avoir trop peut également vous attirer la foudre d'élus locaux puritains se servant de lois anti-drogues absurdes. Tel est le cas de la Fabric, club londonien légendaire ouvert depuis 17 ans, qui se retrouve obligée de mettre la clé sous la porte suite au décès pour overdose de deux adolescents en août et juin dernier. Qu'un club techno pouvant accueillir 4000 personnes connaisse occasionellement des problèmes de drogue est en effet si choquant que le conseil local du district, Islington, en coopération avec la police, a décidé de révoquer sa licence, arguant que les contrôles à l'entrée n'étaient pas assez stricts et que certains des clients "suaient, avaient des yeux rouges et vitreux et regardaient dans le vague". Une pétition lancée pour sauver le club a récolté 150 000 signatures, et le maire de Londres, Sadiq Khan, a déclaré être opposé à la fermeture de la Fabric, dont la notoriété mondiale ramène un paquet de touristes clubbers dans la ville. Mais même l'indignation de la petite Arya Stark sur Twitter n'a pas suffi à faire révoquer cette triste décision.

Photos souvenirs du dédut des années 2000 :1-19--Founding-Team---Tubbs-West-Richard-Steve-Blonde-Nikki-Smith-James-Mac-Keith-ReillyLe co-foundateur Keith Reilly (tout à droite) et l'équipe promo

1goldieGoldie

1coxCarl Cox et Craig Richards

1crowdUne époque bénie où PERSONNE ne se droguait (LOL)