Chez Brain, nous aimons Kanye West, aka Yeezy, aka Yeezus, aka Ye et nous ne sommes pas de ceux à lui jeter la pierre pour son ego disproportionné, ça non. Mais quand lui et son associée, la (très) problématique Vanessa Beecroft, se rendent resposables du malaise de plusieurs mannequins en pleine canicule new-yorkaise sans leur apporter de l'aide, on a envie de dire stop in the name of love.
Hier, c'était le lancement de Yeezy Season 4, la nouvelle ligne de vêtements lancée par Kanye West en partenariat avec Adidas. Un show était donc prévu à Roosevelt Island, en plein New York : les soeurs Kardashian-Jenner étaient là, Pharrell Williams était là, Carine Roitfeld était là, tout semblait se passer pour le mieux. Certes, une polémique avait déjà été déclenchée quand, samedi, sur l'annonce de casting, Kanye avait écrit : "nous voulons seulement des mannequins multiraciales". Mais ça n'aura été finalement qu'un détail face au désastre du défilé lui même : le retard de Kanye (deux heures) a forcé des dizaines de mannequins en sous-vêtements à se tenir immobiles, en plein soleil, pendant plusieurs heures, causant insolations et évanouissements. Si des assistantes ont fini par distribuer des bouteilles d'eau une fois le défilé commencé, ça n'a pas empêché le milieu de la mode de s'indigner d'un spectacle aussi cruel qu'incompétent.