patti

"Des objets dangereux et excitants, sur lesquels des ados débordants d'hormones sillonnent les rues - aucune colline n'est trop escarpée, aucun trottoir trop peuplé, aucun parking assez bien surveillé pour dissuader ces jeunes trompe-la-mort sur roulettes". C'est en ces termes que le magazine Life décrit les skateurs en 1965, dans un numéro dont la couverture affiche Patti McGee faisant le poirier sur sa planche. Patti fait partie de ces jeunes qui, sur la West Coast, se bricolent des planches à roulettes pour tromper l'ennui quand les vagues ne sont pas assez hautes pour surfer. C'est son petit frère qui lui fabrique sa première planche avec les roulettes de ses patins ; quelques années plus tard, en 1965, elle décroche le premier titre de "Woman's National Skateboard Champion". Tout s'enchaîne très vite : du jour au lendemain, elle signe un contrat avec la marque de skate Hobie en tant que première skateuse professionnelle, elle tourne à travers les Etats-Unis pour promouvoir la marque, elle passe dans le Tonight Show, tourne une pub pour un opérateur téléphonique et, consécration, atterrit en une de Life. Mais dans l'Amérique des années 60, une jeune fille se doit de correspondre à certains idéaux rassurants ; ainsi, dans le spot publicitaire pour lequel elle est engagée, on la fait apparaitre comme une bonne ménagère avant tout, soigneusement brushée et boutonnée jusqu'au cou, qui fait du skate à l'intérieur de son doux foyer bien tenu.
Un an plus tard, l'effervescence autour de Patti McGee s'éteint aussi vite qu'elle était née ; elle s'exile dans le Nevada pour devenir polisseuse de pierres précieuses, travaillera également le cuir pendant quelques années, avant de faire deux enfants puis de revenir enfin, loin de l'attention des médias, à sa première passion : le skate. En 2010, elle est entrée dans le Hall of Fame en tant que première femme skateuse.

patti2

patti3

patti4

patti5