"Un festival de musique immersif — Sur une île déserte privée dans les Exumas — Jadis propriété de Pablo Escobar — Le meilleur du food, de l'art et de l'aventure — Aux frontières de l'impossible — Fyre est une expérience aussi bien qu'un festival — Une injonction — À repousser les limites". Sur fond de mer turquoise, Bella Hadid sirote un cocktail laiteux avec un clin d'oeil qui dit "eh non, c'est pas du lait" avant d'aller pourchasser des animaux marins en jet-ski avec ses copines. Le paradis. Ce paradis, c'est celui du Fyre Festival, une idée de Ja Rule, donc forcément une idée grandiose : deux weekends de fête de luxe dans les Bahamas, avec jets privés, dômes géodésiques éco-friendly, Blink 182 et massages dispensés par Emily Ratajkowski pour tous, moyennant des tickets entre 1000 et 12000$, 250000$ pour le pack VIP. 
Mais c'est à une toute autre réalité que se sont heurtés les pauvres festivaliers en arrivant sur le site hier : en lieu et place de dômes géodésiques, c'est un concept d'hébergement visiblement inspiré de la jungle de Calais qui s'étale sous leurs yeux. Tentes branlantes, boue, détritus, chiens errants, bus scolaire en guise de navette — des conditions de festival tout ce qu'il y a de plus normales, pour le trois-centuple du prix d'un festival normal. Alors forcément, les gens sont un peu chiffon. Et y a-t-il plus beau sentiment au monde que la schadenfreude de voir des nantis à qui les aléas de la vie ont retiré leur joujou ? La réponse est non, voici donc l'étendue du désastre :

Douze mille dollars.

Douze mille dollars.

miam

Douze mille dollars.

miam2

Douze mille dollars.

Douze mille dollars.

Douze mille dollars.

Douze mille dollars.

(Source)