Les gosses ricains des années 80 ne connaissent pas son nom, mais se souviennent encore de sa figure moustachue et de sa diction inimitable. John Moschitta Jr. aka “Motormouth”, a squatté le petit écran durant toute la décennie de Michel Sardou, du lycra et de la cocaïne grâce à un don unique : c’était l’homme qui parlait le plus vite au monde (onze mots par seconde).
Grâce à cette vélocité inouïe, il a remporté un record dans le Guinness et a bâti une carrière dans le showbiz : on peut l’entendre faire la voix de Blurr dans les premiers animés
Transformers, l’apercevoir dans plus d'une centaine de pubs, ou encore interpréter le rôle récurrent du professeur George Testaverde dans Sauvé par le Gong. Il a fait des démonstrations de son talent devant huit présidents et la Reine d’Angleterre, et les laboratoires Bell l’auraient même contacté afin de mener des tests sur son cerveau. Dans la vidéo ci-dessus, le type revient sur son parcours hors normes. On vous met au défi de suivre son débit précipité.