À l'occasion de la sortie cette année du dernier livre de la journaliste d'investigation Annie Jacobsen Phenomena: The Secret History of the U.S. Government's Investigations into Extrasensory Perception and Psychokinesis (finaliste pour le Prix Pulitzer 2017), qui est un succès de librairie annoncé puisqu'il parle de trucs genre MK Ultra (tout ce que les Américains adorent, donc), il nous a semblé judicieux de revenir sur la théorie qui l'avait propulsée star des enquêteurs à succès, c'est à dire ceux qui cherchent des trucs, et ensuite font des best-sellers avec les trucs qu'ils ont trouvés. Ce préambule introductif pour préciser - face à l'énormité de ce qui suit - qu'Annie Jacobsen est a priori loin d'être une illuminée qui prend Obama pour un reptilien et Trump pour un illuminato (ça devrait se dire comme ça au singulier, non ?), puisque les au-delà-de-tout-soupçon Washington Post, Los Angeles Times et New York Times ont plusieurs fois loué le sérieux de ses recherches et son opiniâtreté méthodologique, même si plusieurs critiques se sont élevés contre son travail, le jugeant "bâclé", "mal sourcé" et "perclus d'erreurs factuelles" (ce n'est pas à nous de trancher). Ainsi dans Area 51: An Uncensored History of America's Top Secret Military Base, paru en 2011, traduit en six langues et trustant pendant treize semaines consécutives la best-seller list dudit New York Times, Annie Jacobsen balance sur Roswell, le fameux alien de la Zone 51 ; et pourtant, ce qu'elle y révèle n'avait pas eu d'écho majeur en France, alors même qu'elle avait suscité une vague de OMYGAWD !!!! I CAN'T EVEN !!! et autres WTF ?!! horrifiés outre-Atlantique. 
abc_ntl_area51b_110526_wgCette idée (ça y est, on a bien putacliqué l'intro, venons-en au coeur du sujet), c'est celle que l'homme de Roswell, dont on connaît les célèbres photos visibles un peu partout sur internet et dont il est plus ou moins admis qu'elles ne sont pas des fakes (quoique le saura-t-on jamais ?), n'était évidemment pas un Martien. Mais la réalité qu'elle propose à la place est à peu-près aussi ragoûtante que regarder The Human Centipede 2 en mangeant du boudin d'araignées : au lieu de petits hommes verts, il s'agirait d'enfants de douze ans mutilés jusqu'à l'irreconnaissable par des scientifiques nazis, mis au service du régime soviétique dans l'immédiat après-guerre. Dans son deuxième* ouvrage, Area 51..., c'est en se basant sur des interviews très fouillées de scientifiques de tous horizons qu'elle avance que le fameux homme de Roswell, avec sa tête atroce de gamin hydrocéphale souffrant de mal-nutrition, ne serait en réalité que ça : un gamin mutilé par les soins d'un expert en la matière, le Dr. Mengele en personne, pour lui donner l'apparence d'un extraterrestre. Le (ou les ?) gosse(s) aurai(en)t été embarqué(s) dans une sorte d'aéronef pas vraiment super-bien foutu mais équipé d'une carlingue en forme de soucoupe "pour faire alien", télécommandé vers les États-Unis depuis Moscou, et qui se serait malencontreusement crashé dans le désert aux États-Unis parce que bon, n'oublions pas qu'on reste sur de la technologie communiste de 1947. L'idée du Kremlin aurait apparemment été de créer la panique dans la population US en faisant se poser l'engin téléguidé, et de faire débarquer sur le sol yankee lesdits enfants physiquement transformés en pseudo-extraterrestres. Mais même tout pété au sol, l'effet s'est avéré presque le même qu'escompté - sauf que l'armée a vite mis la main sur le truc, histoire de le cacher aux yeux de tous pour les cinquante années suivantes (on sait ce que ça a donné : 31 500 000 résultats Google pour les mots-clefs "Roswell" et 66 600 000 pour "Area 51"... pas très efficace votre complot secret, les gars). Du coup, tout le monde aurait gobé le truc : des extraterrestres ! Alors que le(s ?) corps retrouvé(s) sur place seraient ceux de gamins morts écrabouillés dans leurs soucoupes-drones. Une super idée de tonton Staline, allié aux meilleurs cerveaux d'Auschwitz - dont le pire de tous - pour foutre un dawa sans précédent dans le bloc de l'Ouest. Idée qu'il aurait eue après avoir écouté La Guerre des Mondes narrée par Orson Welles. Hé bé. Si ça c'est pas champion. 

"Ce n'étaient pas des extraterrestres, pas plus que ce n'étaient des pilotes volontaires ; c'étaient des cobayes humains, et en l'occurrence des enfants."
- Annie Jacobsen

En tout cas, c'est ce qu'elle avance, la dame.
Et cette nuit, n'oubliez pas de faire de beaux rêves d'enfants torturés par des nazis dans des goulags secrets, les copin.o.u.s. 

* Le premier étant au sujet du 11 Septembre, publié en 2005.