D’après le magazine Curiosity, la résolution de notre oeil atteindrait 7 mégapixels sur les 576 mégapixels de son potentiel complet. À cause de ses handicaps inhérents, l’oeil n’utiliserait que 1% de ses capacités. Avec les dessins dantesques de Geof Darrow, c’est comme si votre regard retrouvait 100% de son autonomie. Des rues crades d’un Los Angeles dystopique au Tokyo futuriste attaqué par un kaijū, chaque case est un chef-d’oeuvre de construction, impossible à retranscrire au cinéma, poussant à fond les capacités graphiques du support BD, forçant le lecteur à s’arrêter sur la peuplade d’une rue ou les débris d’un trottoir. Darrow est le descendant direct de Jean Giraud aka Moebius dont il fut l’élève et qui repoussa déjà dans la BD européenne les limites du détail absolu : ils travaillèrent tous deux sur le design du film Tron dans les années 80.

jodo-mc593b 

C’est en voyant son travail sur La Cité de Feu qu’Alejandro Jodorowsky lui dira : «Darrow, pourquoi veux-tu coucher avec ton père ?». Pionnier, le dessinateur américain poussera le vice jusqu’au bout lorsqu’il publiera ses travaux chez Dark Horse Comics aux États-Unis avec The Big Guy and Rusty the Boy Robot, ou Shaolin Cowboy. Outre l’univers anticonformiste et pulp de Miller, c’est avec les Wachowski que Darrow va connaître la renommée : ses croquis préparatoires ont influencé la quasi-totalité de la trilogie Matrix et ont permis aux Wachowski d’établir toute une charte graphique cohérente sur l'univers des films déclinés en comics et jeux vidéo.

 GeofDarrowMatrixArt3-(1)

Encore inconnu du grand public, Geof Darrow possède comme Moebius un héritage où de jeunes artistes reprennent son style. L’exemple le plus connu reste celui de Juan Jose Ryp sur le travail qu’il a fourni aux côtés de Warren Ellis sur les bandes dessinées Wolfskin, Black Summer et No Hero. Son art lui demandant énormément de temps et de préparation, Darrow se contente aujourd'hui de faire les covers des copains tels qu'Ellis ou Mark Millar. Ci-dessous, une cover de Juan Jose Ryp pour Frank Miller.

4208f4c9328fb75d310dd3ae970cdf4bTrêve de parlote. Le décor est planté : place à une petite galerie d’images d’un des plus grands peintres du neuvième art.

2c827cc31f70943e63e9ae386c872758HardBoiledHard_Boiled_1_0607695995-hard_boiled_3_0192077bba38297a09adcb5f32c2e142fb--un-robot-geof-darrowaHR0cDovL3d3dy5uZXdzYXJhbWEuY29tL2ltYWdlcy9pLzAwMC8xNDUvNTQzL2kwMi9CaWdHdXlmbGlwcGVkLmpwZw==hard-boiled-1-page-18-detail-september-19901402174ace8984cbe3bdfb97488990a8Transmetropolitan_1themartix07