Au-delà de leurs talents respectifs, en combinant Kanye West et Beethoven sur le même projet, vous réunissez deux égomaniaques. Est-ce que c'est une chance pour nous qu'il n'y ait pas de Twitter au XIXème siècle ?
Yuga Cohler : Probablement ! Bien que, comme vous le savez, il y a de célèbres citations de Beethoven qui ressemblent à cet égard beaucoup à Kanye. Pour nous, le concert ne portait pas vraiment sur leurs personnalités, mais sur les mesures qu'ils ont prises de manière créative pour essayer de faire avancer leurs genres respectifs. Mais cela aide sans doute : il y a de véritables preuves historiques de Beethoven ayant fondamentalement la même personnalité. Et puis certaines personnes du côté classique peuvent être un peu piquantes à propos de la personnalité de Kanye West aussi, donc bon…

Tout votre argument est : depuis Yeezus, Kanye construit sa musique comme celle des compositeurs classiques. Mais avec My Beautiful Dark Twisted Fantasy, West créait ses structures de manière radicale (unir les contraires, les silences et les bruits, la beauté et le laid), vous ne pensez pas ? Pour une chanson pop, Runaway durait 9 minutes.
Johan : Il y a certainement du vrai, et même dans 808s and Heartbreak, il devient déjà expérimental. Mais dans les domaines qui nous intéressaient plus particulièrement, et qui avaient plus à voir avec l'innovation formelle, loin des formats standards hip-hop et pop, Yeezus représente clairement un virage à 180° dans nos esprits. Yeezus a été certainement le moment où beaucoup de gens du classique ont commencé à prendre Kanye West au sérieux par rapport à ses compositions, et c’est la raison pour laquelle on a choisi cet album.

yeethov2Depuis votre première représentation, avez-vous encore des signes de rejet ou d'incompréhension concernant l'association de Beethoven et de Kanye West ?
Y. C. : Les personnes les plus ouvertes d'esprit de la communauté classique semblent fondamentalement d'accord avec ou au moins respecter la rigueur de notre argumentation. Les fans de Kanye West semblent certainement très enthousiastes à ce sujet, en particulier les fans qui sont restés sur leur faim concernant ses expériences musicales plus récentes. La seule résistance que nous avons vraiment reçue est celle des critiques de musique classique dans les commentaires sur les réseaux sociaux, qui pensent que nous «ruinons Beethoven», comme si une telle chose était possible. Il semble probable que beaucoup de ces personnes se soient largement désintéressées des innovations qui se sont produites au sein de la musique classique elle-même depuis une soixantaine d'années et sont probablement celles qui se couvrent les oreilles quand un orchestre joue quelque chose de contemporain. Certaines personnes ne veulent absolument pas que l'art puisse innover, et c'est un point de vue qui sera toujours présent dans tous les genres.
J. : Nous innovons aussi. Pour la deuxième représentation, nous sommes toujours en train de resserrer et d'améliorer les choses par rapport à la première de Yeethoven. Cela incluait de petits ajustements orchestraux, coupant certaines chansons et les remplaçant par celles qui correspondent le mieux à notre argumentation, et même reformulant certains aspects de nos idées en fonction de la réaction que nous avions reçue lors des précédents spectacles.

Avez-vous des projets autour d'autres artistes, comme avec le Flower Boy de Tyler The Creator par exemple ?
Y. C. : Nous sommes pleinement ouverts à d'autres projets qui amènent un souffle nouveau sur la musique classique destinée à des salles de concert. Nous n'avons aucun plan spécifique pour faire quoi que ce soit avec la musique de Tyler, mais nous voyons certainement pourquoi les gens ont posé des questions sur cet album. L'une des raisons pour lesquelles nous pensons que Kanye West est si inhabituel est l'ampleur de l’assise qu'il s'est bâtie dans la musique et dans la culture. Quand il prend une décision créative radicale, il a le pouvoir d'avoir une énorme influence sur la culture dans son ensemble, et c'est quelque chose que nous pensons très rare. Même dans la musique classique, il n'y a qu'une poignée de personnages qui ont vraiment acquis et utilisé ce type de pouvoir de manière efficace. 

Littéralement, votre projet essaie d'unir la musique de la rue avec la musique de chambre. Quel héritage voyez-vous à Yeethoven ? Comment regarderons-nous ce geste plus tard ?
J. : Nous n'avons pas de grands objectifs à accomplir avec Yeethoven. Nous voulions vraiment montrer une facette méconnue d’un artiste très populaire pour le bénéfice de ses fans, et du côté classique, nous voulions forcer les gens à réfléchir un peu plus sur les critères qui autorisent un certain de type de musique seulement à être jouée sur scène à un endroit comme le Lincoln Center. J'espère que nous avons fait ces deux choses. À l'avenir, nous poursuivrons chacun une poignée de projets visant à aider le grand public à se sentir ému par la musique classique en direct.

++ Retrouvez toutes les infos sur les projets et les prochaines dates de Yeethoven en cliquant ici.