Non, La fête est finie n’est pas que l’album d’Orelsan qui a tout raflé aux Victoires de la Musique, y a pas que la variété française dans la vie. C’est aussi le titre du prometteur premier film de Marie Garel-Weiss qui nous fait entrer dans le monde clos d'un centre de désintox’. Deux jeunes femmes, Sihem (Zita Hanrot, César du meilleur espoir 2016 pour Fatima) et Céleste (Clémence Boisnard), vont bousculer l’institution totalitaire par leur amitié, au point d’en être virées. « Si vous restez ensemble, vous allez rechuter » les prévient un psy, oiseau de mauvaise augure. La cinéaste, qui avait déjà réalisé deux courts avec l’écrivain Vincent Ravalec (L’amour dans les saunas hétérosexuels et La vie de garçon) et a co-écrit Atomik Circus ou Goal of the Dead, nous propulse dans une drôle de course en tandem pour la survie et la liberté. Après Thelma & Louise et Baise-moi, enfin un nouveau duo féminin qui s'annonce excitant. Et même si ça parle de drogues dures et de désespoir, c'est drôle aussi, promis. A découvrir dans des salles obscures le  28 février.