Après Ray Charles, Stephen Hawking, Cloclo, Nelson Mandela, Steve Jobs, Mesrine ou Jésus himself, on commence sacrément à saturer des biopics. Un filon usé jusqu'à la moëlle qui permet des économies substantielles de scénario en pompant la vie des grands de ce monde. Mais si on vous dit que celui-ci est signé Gus Van Sant, qui s'était déjà essayé à l'exercice avec succès pour Harvey Milk, vous savez qu'il y aura ce supplément d'âme loin du glamour factice dans lequel tombe parfois le genre (du style Nicole Kidman en Grace de Monaco). Mais, au fait, de qui Don't Worry, He Won't Get Far On Foot retrace la vie ? Celle de John Callahan, dessinateur quadriplégique à l'humour plus acide qu'un glaviot de l'alien de Ridley Scott. C'est Joaquin Phoenix, très choupi en roux, qui campe le rôle de l'homme en quête de rédemption après la cuite de trop qui l'a cloué au sol. Et c'est peu de dire que ce nouveau trailer promet un film drôle à pleurer, violemment tendre et inspirant. Filant à toutes berzingues dans les rues de Portland sur son fauteuil électrique, provoquant le monde de son verbe et de son crayon pour y trouver sa place, Callahan va rencontrer sur sa route une galerie de freaks géniaux : Jonah Hill en coach de vie, sorte de croisement entre Tom Petty et le chanteur Bee Gees, Beth Ditto en alcoolique redneck ou un Jack Black plus moustachu et fanfaron que jamais. Ça va être dur de tenir jusqu'au 2 avril pour découvrir comment ils vont recoller leurs vies en mille morceaux.