Au sein de la start-up nation qu’est devenue notre beau pays, regarder un TED Talk est peut-être l’une des meilleures préparations possibles pour gravir les échelons. En matant ces conférences, menées autant par des inconnus que des gourous de la Silicon Valley comme Elon Musk, on trouve tout le nécessaire pour faire le plein de disruption, de visions positives et de parcours inspirants. Pratique pour optimiser son potentiel de créativité, sa confiance en soi ou régler les plus gros problèmes environnementaux : les idées sont en général résumées en moins de 20 minutes, grâce à une bonne dose de storytelling et de slides PowerPoint. Le problème, c’est qu’avec la multiplication des conférences TED (le sigle signifie Technology, Entertainment and Design), certains génies ont poussé le concept un peu loin. Au choix, ces experts nous apprennent à bien faire nos lacets, utiliser du Sopalin, ou encore parfaire notre maîtrise du yo-yo. Sauf qu’avant ce genre d’escroqueries, à l’époque des premières confs dans les années 80, le propos tendait à être un poil plus radical :

« Skin is like paper ! »

Le spécialiste dans ce TED Talk, c’est GG Allin : un chanteur de punk hardcore bien taré. Et au fil de cette démonstration de 12 minutes, vous choperez toutes les clés pour devenir un kepon, un vrai. Pas de place pour les slides donc : l’Américain commence par se péter une bouteille sur la tête, balance le tesson dans le public – qui rigole trop selon lui –, et fout le feu à un article de journal qu’il juge « full of fucking bullshit ». Puis pour continuer la leçon, il provoque une meuf de l’audience à venir sur scène, qu’il tabasse avant de lui tirer les cheveux, et de finir lui-même au sol en ayant pris quelques gnons dans la bataille. C’est ici qu’arrive la plus brillante citation de GG : « Skin is like paper ! » Pour prouver ladite comparaison, l’expert explose aussitôt une fenêtre avec un coup de boule, se scarifie le bide avec une canette de bière pour enfin se matraquer la tête contre le sol. Le punk, qui vient de se prendre une chaise dans la tronche, lancée par un fan, est maintenant couvert de son propre sang. La peau, c’est comme du papier. CQFD.
Bon, évidemment la vidéo est un gros fake. Le montage ne sort pas du tout des archives de TED, mais réutilise en fait une performance (bien réelle) de GG Allin, apparemment dans une école d’art en 1989. TED Talk ou pas, qu’importe puisque le chanteur reste un modèle pour la jeunesse d’aujourd’hui : un mec sans talent ni originalité, qui est parvenu à attirer l’attention en exploitant à l’extrême l’idéologie et la mode du moment. A peine capable de gueuler dans son micro, GG jouait tout sur la provocation et la crasserie. Concrètement en concert, il se trimbalait la plupart du temps la teub à l’air, s’auto-mutilait, insultait et cognait son public. Décrit par ses proches soit comme bipolaire, soit comme carrément schizophrène, le performeur avait aussi un certain penchant pour la scatophilie. S’il prenait souvent des laxatifs avant de monter sur scène pour ensuite étaler ses matières fécales sur son visage, ou pour les déguster, le punk s’est même une fois enfoncé une banane en son for intérieur avant de la balancer dans la foule.

Cité comme modèle par Lil Uzi Vert

Et ses disques ont beau être médiocres, cela n’a pas empêché à l’homme de devenir complétement mégalo. Exemple avec cette interview télé assez surréaliste devant une foule de parents flippés, où GG a bien du mal à formuler un message construit, mis à part répéter qu’il nique la société, l’école et toute forme d’autorité, avec aussi ce genre de perles : « Quand tu viens à mon show, tu viens à une guerre. Vos gamins vont devenir mes gamins, ils vont faire tout ce que je dis. », « Je suis le roi, je suis le Messie, je domine le rock 'n' roll. », « Je reçois des lettres qui viennent du monde entier. Les gens me vénèrent. Quand ils viendront à mes shows, je violerai les filles, je violerai peut-être même les gars. », « Combien d’entre vous, à 35 ans, peut coucher avec des filles de 16, 12 ou 13 ans, des garçons, ou des animaux ? »
S’il a longtemps promis de se suicider en live, le rockeur est au final mort d’une overdose d’héroïne en 1993, à 36 ans. Selon son souhait, son corps fut glissé tel quel dans un cercueil (autrement dit, encore couvert de sang et de selles), exposé sans maquillage et vêtu d’une veste en cuir et d’un simple slibard. Lors de ses funérailles, ses amis organisèrent une fête autour de la dépouille qui commençait déjà à se décomposer, donnant même au cadavre quelques lampées de whisky à boire. Presque 25 ans après, Smokepurpp, l’une des stars montantes de la nouvelle génération du rap US, a repris les images de la cérémonie pour la pochette de sa première mixtape, et Lil Uzi Vert a même directement cité GG Allin comme modèle. Preuve donc que même sans avoir animé une seule conférence TED, ce punk a bizarrement réussi à influencer notre époque.