tel1
C’est l’été dernier que j’ai réalisé que j’étais accro à mon téléphone. Je venais d’avoir un enfant, et j’étais en train de lui donner le sein, lovée dans le canapé du salon. C’était un instant privilégié, intime et gourmand — à l’exception d’un petit détail : mon fils me contemplait de ses grands yeux innocents… et moi, je scrollais fébrilement sur Twitter, absorbée dans un thread à dérouler recensant les 170 meilleurs Vines de chiens qui sont surpris par leurs propres pets. Soudain, j’ai vu la scène de l’extérieur, mon enfant qui me regarde, moi qui regarde mon écran — et j’ai pleuré.

Ce jour-là, j’ai décidé de rompre avec mon téléphone pour mieux vivre dans la vraie vie. Voici mes conseils en quelques steps simples pour, vous aussi, entériner votre rupture :

* Assainissez votre mindset et faites sortir le téléphone de votre environnement immédiat : rachetez-vous un réveille-matin, une montre à gousset, et bouchez toutes les prises électriques à la mousse de polyuréthane, de sorte à ne jamais pouvoir recharger votre appareil chez vous.
* Focusez-vous sur le décisionnel : est-ce que j’ai vraiment choisi de consulter mon téléphone à l’instant, ou est-ce que je l’ai fait parce que j’ai manqué d’amour dans mon enfance ?
* Chaque fois que vous consultez votre téléphone alors que ce n’est pas nécessaire, dites-vous : «Je suis une merde» ;-)
* Never forget : si c’est gratuit, c’est vous le produit ! Hé oui, les apps monétisent votre temps d’attention ; mais est-ce Candy Crush qui paiera les obsèques de bébé, noyé dans son bain pendant que vous tentiez de péter le niveau 1100 ?
* Opérez un reframing de votre relation. Privation de téléphone = privation de plaisir ? Pensez plutôt à tout ce temps retrouvé, par exemple pour vous consacrer à des amis et/ou des hobbies (randonue, crystal meth, bombes artisanales…)
* Faites jouer le trigger financier : par exemple, demandez à votre conjoint ou autre ami violent de détruire votre téléphone tous les soirs. Voilà qui devrait refroidir vos ardeurs…
* La force mentale est faillible : cherchez du soutien dans la foi. Bye-bye Snapchat, hello jihâd !
* Imposez-vous des handicaps ludiques : enveloppez votre appareil dans du chatterton (pas évident de taper un SMS !), crevez-vous les yeux (pas évident de lire un SMS !) etc.
* Téléchargez mon application Tasr (4,99$, dispo sur l’App Store et Google Play) pour vous aider à décrocher, et recevez gratuitement une décharge de 220 volts à chaque fois que vous essayerez de déverrouiller votre écran. Succès garanti !

tel2

++ Cet article est extrait du Brain papier qui est sorti cette semaine partout ou presque. Venez à la soirée de lancement à La Folie ce soir ici.

Illustrations : Olivier Laude.