triprepUne nouvelle tendance lourde émerge sur Youtube depuis plusieurs années : prendre des drogues, se filmer, tout montrer et tout raconter sans filtre. Phénomène majoritairement britannique, ces "trip reports", sorte de vlogs hallucinogènes, se multiplient et inquiètent les autorités publiques. Quand les Narcisse 2.0 nous exposent leur défonce solitaire, c'est encore plus triste que de voir une influenceuse poser à côté de son smoothie banane. C'est dire. Ci-dessous, vous pouvez par exemple observer veeoneye, bave aux lèvres, flipper sous LSD avec son chien.

Mais vous en avez pour tous les goûts et les produits du terroir. Ici, Drew Gilchrist sous MD dans sa piaule miteuse.

Ou, plus digne, Your Mate Tom qui nous décrit sa première fois avec les champignons. 

On alterne entre angoisse totale et ennui profond. Un mec qui raconte sa défonce, c'est chiant en soirée, c'est encore plus énervant en vidéo. Si Youtube ne supprime pas ces contenus, malgré l'indignation morale de l'opinion publique anglaise, c'est que la plateforme estime que ces images ont une valeur éducative : elles peuvent donner des infos utiles sur ce que font les drogues et dissuader d'en prendre. Certains "trip reports" sont en effet plutôt des avertissements, comme par exemple cette vidéo d'Anastasia May (aucun rapport avec Thérésa a priori) sur son mauvais trip à l'acide. 

C'est pourquoi Youtube tolère également les tutos pour prendre de l'héroïne : il s'agit de faciliter l'auto-support entre usagers de drogues. Les associations de parents, outrées de voir que des mioches de 12 ans puissent regarder ces images et les commenter, ne l'entendent pas de cette oreille. A suivre donc.

(source)