En 1993, James Plummer et David Mingay veulent créer le premier club virtuel en s'inspirant de la culture rave qui a contaminé l'Angleterre depuis le second Summer of Love. Leur idée ? Propulser la culture électro dans le cyberespace. Un peu comme si l'Hacienda rencontrait Tron. Le projet est ambitieux et titanesque : plus de 150 acteurs, danseurs et doubleurs sont engagés. Ils sont filmés devant des fonds bleus dans de véritables clubs pour ensuite être incrustés. Les labels Warp, Ninja Tune, R&S et Def Jam sont mis à contribution pour la bande son. Les Stereo Mcs et Redman sont de la partie. Herbie Hancock est même engagé pour composer une pièce de piano pour une scène clé. Dès 1994, un prototype du jeu est diffusé dans les clubs comme le Ministry of Sound ou au Lovebytes Festival. De Madrid à St Petersbourg, une telle tournée pour un jeu n'avait jamais été vue auparavant. Virtual Night Club, VNC de son petit nom, est vite adopté par la dance culture et contribue à son échelle à façonner l'imaginaire de l'époque.

Niveau gameplay, on est loin de l'immersion de la VR, on clique et on discute pour résoudre un mystérieux meurtre sur le dancefloor (coucou Sophie Ellis-Bextor).

Capture d’écran 2018-07-18 à 11.39.12

Le jeu connaîtra un succès d'estime à sa sortie en 1997 mais pas populaire à cause du nombre limité de copies (20.000 environ). Heureusement en 2013 puis 2016, des versions jouables ont refait surface et vous pourrez vous aussi, si vous fouinez un peu, vous régaler de ce concentré du meilleur des 90's totalement culte. 

(source)