Il est 9h30 du matin. Sur les petites routes de montagne, nous fonçons en direction du Puy-en-Velay, capitale de la Haute-Loire. Les paysages sont d'une beauté apocalyptique et nous affrontons successivement une pluie battante, un brouillard épais et des chutes de neige. Mais aussi sûr que l'Homme n'a jamais marché sur la Lune et qu'Elisabeth II est la boss des Reptiliens, rien ne nous empêchera de percer les mystères de la Burle. Nous avons d'ailleurs mis toutes les chances de notre côté. La nuit a été blanche, notre pharmacie de campagne est pleine, et devant l'impossibilité de louer une voiture avec nos cartes d'interdits bancaires, nous nous sommes fait prêter in extremis un bolide de compétition à Clermont-Ferrand. 

BURLE_BRUT_JK-6Un vieux Monospace Citroën Évasion. De fabrication anglaise. Avec la conduite à droite, évidemment. Au volant de ce cercueil mobile, le photographe Jacob Khrist enchaîne les virages. Pendant que moi, je co-pilote les dents serrées et passe en revue mes notes prises sur En quête du Triangle de la Burle, l'ouvrage de référence de Renaud Benoist :

Burle. Zone comprise entre le Puy-en-Velay, le Mont Mézenc et le massif du Pilat. Région déjà décrite comme « Locus Horribilis » pendant l'Antiquité. Nombreux contes et légendes à son propos. 75 crashs d'avion depuis 1945, record national. Certains complètement inexpliqués. Parmi les plus emblématiques : le 13 mai 1948, crash de l'avion privé de Kathleen Kennedy Cavendish, sœur de John Fitzgerald Kennedy ; le 21 janvier 1971, crash de l'avion militaire transportant tous les cerveaux de la recherche atomique française ; 6 septembre 1980, « ghost crash » d'un appareil koweïtien. On ne retrouvera jamais les corps ni les débris de l'appareil... Fréquentes observations d'OVNI depuis l'an 1420. Matérialisation de boules roses et bleues. 

BURLE_BRUT_JK-4

Le ballet déglingué des essuie-glaces laisse entrevoir au loin les premières maisons de la préfecture haute-ligérienne. Le voyage s'est plutôt bien passé. Nous n'avons failli nous tuer qu'une seule fois. Arrivés sur place, nous installons notre camp de base dans notre AirBnB, rue de l'Ancienne Comédie. D'un commun accord, nous décidons Jacob et moi de recueillir au plus vite le maximum de données sur le terrain. Dans les rues désertes, nous nous fondons dans la foule et écumons les PMU. Première constatation : les piliers de bar du coin se foutent totalement du Triangle de la Burle et préfèrent nous parler de la sexualité de Laurent Wauquiez, leur député-maire, ou de la quantité de neige inhabituelle pour un 15 mai. Ce semi-échec ne nous empêche pas de boire avec eux des pintes une bonne partie de l'après-midi. 

Monsieur X et le mage blanc

17h42. Mon téléphone sonne. Je crois reconnaître le numéro de Jean-Pierre, 72 ans, spécialiste en ésotérisme et chercheur de vérité émérite. J'avais essayé de le joindre quelques jours auparavant pour avoir des tuyaux sur cette mission. Il ne m'avait jamais répondu. Je décroche.

  • Jean-Pierre ?
  • Oui, c'est bien Jean-Pierre. C'est vous le journaliste qui vouliez me parler de la Burle ?
  • Oui, c'est moi. Voulez-vous que je vous appelle Monsieur X pour des raisons évidentes d'anonymat et de sécurité ?
  • Tout à fait.
  • Monsieur X, nous y sommes. Enfin, nous sommes pour l'instant dans les troquets du Puy, mais nous partons explorer le Triangle demain.
  • Très bien. Avez-vous rencontré jusqu'ici des difficultés ? Des choses qui marchent à l'envers ?
  • À peu près tout, oui.
  • C'est normal, vous n'êtes pas connectés énergétiquement. Ils ne vous ont pas encore ouvert la porte.
  • Qui, « ils » ?
  • Le Triangle de la Burle cache une base extraterrestre souterraine. Elle est protégée par un champ électro-magnétique. C'est ça qui dérègle tous les appareils et qui produit des accidents. Je pense que ce sont des Petits-Gris (extraterrestres retrouvés lors du crash de Roswell, ndlr), mais des Petits-Gris gentils, car on n'a pas retrouvé de carcasses de vaches dans le coin.
  • Comment faire pour les contacter ?
  • Il faut ouvrir son cœur pour ouvrir la porte. C'est tout pour aujourd'hui. Rappelez-moi quand vous en reviendrez. Au revoir.
  • Merci, Monsieur X.
  • De rien.

BURLE_BRUT_JK-90 (1)

Happy hour. La jeunesse dreadeuse et punk à chiens s'est réunie à la Main au Fût, un bar à bière artisanale. Je les rejoins en ouvrant mon cœur. Peut-être y a-t-il parmi ces poulpes une entité venue de l'espace ? Installé sur une petite table au fond de la terrasse, un mec ni jeune ni vieux nous fait des grands sourires. Il ressemble à une hybridation entre un écureuil et Laurent Romejko, et lit Le yoga au bout des doigts de Gertrud Hirschi. Détail important : il est le seul à ne pas boire de boisson alcoolisée. Je me dirige vers lui. 

  • Bonjour. Peut-on s'assoir à ta table ?
  • Oui, amis. Vous êtes les bienvenus. Je m'appelle Nicolas.
  • Nicolas, es-tu un extraterrestre ?
  • Non, j'ai longtemps été dépressif. Maintenant, je suis médium, apprenti-druide et mage blanc. Vous n'êtes pas du coin, qu'est-ce vous amène ici ?
  • Nous allons demain sillonner le Triangle de la Burle.
  • Oh la la. Oui, je connais très bien. Il y a des phénomènes très forts là-bas. Des tourbillons d'énergie. Des vortex. Ils ont des couleurs et des fréquences différentes. C'est en revenant du pèlerinage de Compostelle que j'ai commencé à les voir.
  • Comment tu expliques cela ?
  • C'est de la géo-biologie. La Terre est un organisme vivant, la Burle est tout simplement l'un de ses centres d'énergie, l'un de ses chakras.
  • Et les OVNI ?
  • Le Triangle de la Burle se situe sur d'autres plans vibratoires. Pour moi, les OVNI ne sont que les apparitions d'entités venues d'autres dimensions.
  • Quels sont les endroits où tu nous conseilles d'aller ?
  • Les Dents du Diable, c'est très costaud niveau énergétique. La pierre magnétique de Chazornes, aussi. Et puis Mézilhac, là où les atomistes se sont crashés.
  • OK. Il y a beaucoup de mages blancs comme toi dans la région ?
  • Non, je suis le seul à ma connaissance. Sinon, il y a un mage noir qui tient ici une herboristerie. N'allez pas le voir. Je vois que vous êtes très fatigués. Il faut vous reposer, car la Burle risque de vous jouer des tours... 

BURLE_BRUT_JK-68

De la théorie à la praxis

Le lendemain, nos batteries énergétiques sont chargées à bloc. Nous sommes prêts à braver cette Zone Pastis 51. Mais avant, nous passons chez Médor et Compagnie, en pleine zone commerciale du Puy-en-Velay. J'ai lu en effet dans le livre de Renaud Benoist que le maire de Saint-Pierreville, une petite bourgade située dans le Triangle, avait pour habitude dans les années 70 d'attirer les soucoupes volantes avec une machine à ultrasons. J'en déduis qu'un sifflet pour clébard pourrait avoir son utilité dans cette quête. Une fois cet accessoire essentiel en main, nous partons au bord de notre Citroën Évasion pour les hauts-plateaux. Passage de plusieurs cols. La nature autour de nous pourrait aisément servir de pub pour une eau minérale de montagne : torrents, verdure, sommets rocheux, neiges éternelles...

BURLE_BRUT_JK-21

La route toute en lacets nous mène au village de Chaudeyrolles, situé au pied du Mont Mézenc, qui culmine à plus de 1 750 mètres. Nous y croisons Roméas, notre premier être humain. Roméas a 65 ans et habite dans le bled depuis toujours. Lorsque nous le demandons où se trouvent les Dents du Diable, celui-ci croit dur comme fer que nous sommes des journalistes envoyés par TF1 pour l'émission Mystères. Puis, il nous répond avec un bon sens paysan : « Vous savez, ces histoires d'OVNI, tout ça, c'est dans la tête des gens. Bon, il y a trois Dents du Diable, et la plus accessible est la dent pointue. Pour s'y rendre en voiture, prenez sur votre gauche pendant trois kilomètres. » BURLE_BRUT_JK-18

Une fois la voiture garée, Jacob et moi avons dans l'idée d'escalader ce pic granitique d'une centaine de mètres par la face nord. La neige qui nous arrive jusqu'aux genoux ralentit notre progression, mais les extraits de coca que nous avions mis de côté nous aident à combattre le mal des hauteurs. Selon l'historiographie locale, une main géante faite d'or et d'orichalque un métal atlante aurait été enterrée dans les environs par des druides en -450 avant Jésus-Christ. Ce trésor serait une sorte de condensateur à énergie négative et expliquerait pour beaucoup la malédiction des lieux.

BURLE_BRUT_JK-24

Pour l'instant, à défaut de ressentir l'aura maudite de cette main dans la Burle, nous avons surtout l'impression d'être deux caries sur une canine géante. Notre ascension est bloquée à quelques encablures du sommet par des chutes de pierre. Calé dans une petite corniche, j'ouvre mon cœur et souffle à pleins poumons dans mon sifflet à ultrasons, espérant un signe des extraterrestres. Rien.

BURLE_BRUT_JK-37

Je recommence. Toujours rien. Le ciel qui était jusque là ensoleillé s'encombre de nuages noirs. Ayant vu plusieurs fois Cliffhanger, je pense avoir une assez bonne expérience de l'alpinisme pour savoir qu'en altitude, le climat peut passer du tout au tout en quelques secondes. Afin d'éviter un remake pathétique de Man VS Wild, nous entamons notre redescente. BURLE_BRUT_JK-34

33,2 kilomètres plus loin, nous débarquons dans la commune de Lachapelle-Graillouse, où se trouve dans une clairière la fameuse pierre de Chazornes. Sur cette stèle placée à côté d'un transformateur EDF, je lis : « ICI, VOUS ÊTES SUR UN HAUT LIEU D'ÉNERGIE. MÉDITEZ. DÉCOUVERTE EN 07/1993 PAR J.-C. AUDIGIER, RADIESTHÉSISTE ». Face à cette injonction, je me recueille et siffle dans mon pipeau à ultrasons de longues minutes. Les Petits-Gris me foutent à nouveau un vent.

BURLE_BRUT_JK-61

Pour me réconforter, je fais l'amour à un arbre.

BURLE_BRUT_JK-66

Puis nous repartons. Et c'est à cette instant précis que nous nous prenons la malédiction de la Burle en pleines dents : incompréhensiblement, plusieurs voyants sur le tableau de bord de notre caisse se mettent à clignoter. Jacob vérifie le moteur, le niveau d'huile, l'essence... R.A.S. Nous sommes dans le trou du cul du monde. Pas de garage aux alentours.

BURLE_BRUT_JK-56

Malgré les avaries de notre cockpit, nous tirons jusqu'à Mézilhac, histoire de voir le monument à la mémoire des chercheurs atomistes français qui se sont crashés dans le coin en janvier 1971. Depuis ce jour, le gouvernement français ne fait d'ailleurs plus voyager les scientifiques de haut rang dans un même avion.  BURLE_BRUT_JK-54

La nuit tombe. À notre grand désespoir, nous n'observons ni tourbillons énergétiques, ni vortex, ni boules lumineuses. Seuls les quelques chiens aux alentours cessent d'aboyer lorsque j'enclenche mon dispositif de communication avec les E.T. Dans la bagnole, les voyants se sont aussi calmés. Ne reste allumé plus que celui indiquant le dysfonctionnement du système électronique. Nos chaussettes sont froides et gluantes, il est temps de rentrer au Puy. Au bercail, j'appelle Monsieur X pour débriefer cette journée :

  • Vous avez eu des problèmes d'électronique ? C'est normal. C'est à cause des champs magnétiques de protection de la base extraterrestre. Quant à votre impossibilité de communiquer avec les Petits-Gris, je pense que vous n'avez pas assez ouvert votre cœur. Pourquoi utiliser un sifflet à ultrasons ? Ce ne sont pas des chiens ! Dernière chose, ne me présentez pas comme un chercheur de vérité, je suis un chercheur de lumière. Bonne nuit, jeune homme.
  • Merci, bonne nuit Monsieur X. 

Real, too real

Le jour suivant, je choisis de finir cette enquête en allant voir le mage noir dans sa boutique d'herboristerie estampillée « Guilde des Rebouteux 2017 ». Manque de bol, il n'est pas là. Je tombe sur sa secrétaire particulière qui me dit :

  • Oui, il est parti en consultation à La Grande-Motte. Vous vouliez le voir pour quoi ?
  • Je reviens du Triangle de la Burle. Je voulais savoir ce qu'il en pensait.
  • Oh ! Le Triangle de la Burle ? Il y a tellement de théories farfelues à son sujet. Je suis très ouverte à l'invisible, mais sur ce coup, je crois que tous ces crashs sont dûs à des conditions météorologiques difficiles : la Burle, qui a donné le nom à la région, est un vent très violent. Avec en plus des températures basses, et des sommets cachés par les nuages, toutes les conditions sont réunies pour qu'il y ait des accidents. Vous désirez autre chose ?
  • Non, ce sera tout Madame.

BURLE_BRUT_JK-49

Déshabituée à un tel shoot de rationalité, ma cervelle fusionne et notre retour à Paris est une longue hallucination où se croisent les Petits-Gris, le mage blanc, la dent du Diable, Monsieur X et Laurent Wauquiez. Arrivé en bas de chez moi, j'ouvre ma boîte aux lettres. Pendant trois jours, elle s'est gavée de publicités, de factures et d'une mise en demeure. Jetant cette paperasse à la poubelle, je me dis qu'il est finalement bien dommage que le Triangle de la Burle ne m'ait pas téléporté dans une autre dimension. Une dimension loin, vraiment très loin de ce plan vibratoire que l'on nomme réalité.

++ Cet article est extrait du Brain papier 2 qui est dispo partout ou presque.