Capture d’écran 2018-09-04 à 12.43.57

Dans la terre du milieu, le retour des enfants au travail, est une affaire très surveillée par l'Etat. Sauf que cette année, entre strip-tease à l'école, star des arts-martiaux et pubs obligatoires, la rentrée n'a pas plu des masses aux parents. Sur China Central Television, un programme, appelé "The First Lesson" est dédié aux écoliers. Samedi dernier, il était obligatoire qu'ils soient tous devant le poste à 20h. Cette année, l'émission a fait réagir puisqu'elle a commencé par un quart d'heure de pubs. Anodin pour tous les français biberonnés à TF1 et M6, mais au pays de Mao, ça passe moyen et les critiques ont fusé sur Weibo, sorte de Twitter en moins libre. Une preuve encore, s'il en est, que la Chine est une dictature capitaliste. Stupeur, en guest suprise du show, Jackie Chan a joué les coachs de vie en partageant ses secrets de réussite aux enfants. Une apparition contestée puisque sa fille, lesbienne, a récemment déclaré qu'elle avait été jetée à la rue par sa famille homophobe. Mais tout ceci n'était qu'un prélude au scandale, au séisme qui a fait trembler le système éducatif chinois et l'opinion publique.

A Shenzhen, des parents sont vent debout contre la directrice d'une école maternelle qui, après avoir fait vivre dix jours intensifs d'activités physiques militaires aux bambins tout en exposant des fausses mitrailleuses et mortiers dans l'enceinte de l'établissement, a acueilli les familles avec un spectacle... un peu particulier. Pas un spectacle ou des tiboutchous déguisés en légumes de saison chantent sur une estrade (traumatisme personnel, pardon), mais une démonstration de pole dance. La fonctionnaire a été virée suite à l'emballement médiatique mondial. Les génies de la pédagogie ne sont jamais reconnus par leurs contemporains...

Capture d’écran 2018-09-04 à 15.11.51