berlinichliebedich

Rien de tel qu’un bon combat de couilles pour pousser l’humanité vers le haut. Aussi dévastatrice qu'ait été la Guerre Froide, la rivalité Est-Ouest a poussé les Américains et les Soviétiques à réaliser de grands exploits : envoyer des chiens en orbite autour de la Terre et des hommes sur la Lune par exemple. On le sait moins, mais la compétition entre les deux puissances a provoqué une autre grande avancée : l’abolition du couvre-feu de Berlin, qui a contribué à en faire la capitale de la teuf qu’on connaît. Une bédé de Cristina Plett et Liam Cobb, publiée sur Red Bull Music Academy Daily, revient sur ce pan secret de l’Histoire de la nuit.

Nous sommes en 1949. L’Allemagne a perdu la guerre et les forces alliées occupent Berlin. Le mur ne sera construit que douze ans plus tard, mais la ville est déjà divisée en quatre : les secteurs français, britannique et américain à l’Ouest ; les Soviétiques à l’Est. Dans la partie occidentale, les bars doivent fermer à 21h, pour 22h dans la partie orientale. Résultat : les Berlinois vont s’enjailler à l'Est, au grand damn des Alliés. De manière similaire à la course à l’armement, une course au couvre-feu démarre. Ces chiens de communistes autorisent une heure de teuf supplémentaire : extinction des feux à 23h. Ces enfoirés de capitalistes répliquent : dodo à 0h. Les Rouges surenchérissent : tout le monde au lit à 1h.

Un certain Heinz Zellermayer possède des hôtels et des restaurants dans la partie occidentale de Berlin. Supportant mal l’idée de perdre ses clients, il est prêt à tout pour faire lever le couvre-feu. Le type, qui officie à cette époque-là comme directeur adjoint de la guilde des hôteliers berlinois, va soumettre sa requête au commandant des troupes américaines Frank L. Howley. Zellermayer présente au général la permission de faire la teuf all night long comme une manifestation des valeurs libérales de l’Occident. Enthousiaste, Howley soumet cette proposition aux Alliés qui votent majoritairement pour. Et voilà comment Berlin est devenu ce lieu unique où la teuf bat son plein H24 et où les clubs ne désemplissent jamais.