QueerTitre-01


BUTTONS
Anciennement “Homopatik” et soirée phare du club about : blank, “Buttons” est absolument inégalée. La qualité du jardin (en été) ou de la darkroom (en hiver) est plus souvent citée que celle de la musique.
Comment s’habiller ?
La question n’est pas “slip ou caleçon ?” mais plutôt “jockstrap ou rien ?” On vient pour pécho, et accessoirement pour bouger son booty sur les sets de Madalba, DJ résidente surpuissante. Puis finir tel un zombie errant à l’aube dans le jardin à la recherche de la moindre poudre qui traîne.
Entendu sur le dancefloor :
T’as pas un cockring ?” (sur le ton de “T’as pas une clope ?”)
La phrase à ne pas dire :
C’était mieux, Homopatik.”

QueerTitre-02


COCKTAIL D’AMORE
Il vous faudra passer la porte gardée d’une main de fer par une armée de pétroleuses qui feront tout pour débusquer tout risque d’hétérosexualité rédhibitoire dans la file d’attente, qui peut parfois rivaliser avec celle du Berghain.
Comment s’habiller ?
Le truc le plus fou que vous avez trouvé la veille à la friperie, de préférence sans choisir.
Entendu sur le dancefloor :
J’ai terminé mon doctorat de philosophie à Harvard, mais ici, je travaille au SAV chez Zalando.
La phrase à ne pas dire :
Le disco, c’est vraiment un truc de tapettes.

QueerTitre-03


PORNCEPTUAL

Les mauvaises langues diront que c’est le zoo gay pour touristes hétéros. Pornceptual is pansexual. Pornceptual is also conceptual : c’est un projet graphique avec un compte Instagram de 50 000 abonnés. Bref, tu viens pas là pour la musique.
Comment s’habiller ?
S’il y a bien une soirée où s’habiller pour se déshabiller, c’est celle-là. Topless is the rule, surtout pour les filles qui ne craindront pas d’être objectivées.
Entendu sur le dancefloor :
Je baiserais bien avec une meuf ce soir, pour changer.
La phrase à ne pas dire :
Faut vraiment que je me trouve un mec. J’en ai marre des plans cul, j’aimerais me stabiliser.


QueerTitre-04
CHANTALS HOUSE OF SHAME

Depuis 20 ans, la plus célèbre trans de Berlin reçoit tous les jeudis. Elle aura survécu à tout : la chute du Mur, la chute des cheveux, la chute de scène bourrée chaque semaine, les 
“chut” dans la backroom studieuse. Elle aura aussi migré dans toute la ville au fil de son histoire. Désormais, elle s’est installée au Suicide Circus, à Friedrichshain.
Comment s’habiller ?
En général, vous n’avez jamais à choisir car vous vous retrouvez toujours là par hasard, désoeuvré, alors que vous vous étiez promis de ne pas sortir un jeudi. Une grande histoire d’amour vous attend pourtant toujours derrière la porte des chiottes. Le plus souvent avec un touriste barcelonais ou un dealer.
Entendu sur le dancefloor :
Tu savais pas que Chantal était maçon en RDA ?
La phrase à ne pas dire :
Elle a quel âge Chantal, déjà ?

QueerTitre-05
HERRENSAUNA
L’une des meilleures soirées techno de Berlin au Tresor, le club historique qui a importé la musique de Détroit. Une virée au Berghain s’apparentant de plus en plus à une visite au parloir pour voir ton oncle à Fleury-Mérogis (accueil aussi chaleureux qu’une porte de prison, fouille anale, 1h30 de queue minimum pour aller pisser…), un dimanche par mois, Herrensauna offre tous les bons côtés du Berghain sans ses désavantages.
Comment s’habiller ?
Un soin important est apporté aux tenues. Ça ressemble à un défilé Vêtements, à moins que, plus probablement, ce ne soit l’inverse.
Entendu sur le dancefloor :
Y’a trop de straights ce soir, ça me dégoûte, je m’en vais” (une fille hétéro)
La phrase à ne pas dire :
C’est pas un peu fort, la musique ? Et ils peuvent pas passer un truc plus joyeux ?

QueerTitre-06
SAME BITCHES
Same guest list, same deejays, same bitches” : le message est clair, cette after qui commence le samedi matin et s’achève le dimanche soir est réservée à l’élite berlinoise de la night. On rentre par cooptation, ou alors on vous dit gentiment merde à la porte. Une fois à l’intérieur, comme toutes les choses rares, c’est forcément “wun-der-bar”.
Comment s’habiller ?
Légèrement dans tous les cas, puisqu’il fait chaud, très chaud. Mais il fait tellement sombre que mieux vaut ne pas faire trop d’efforts l’hiver quand on ne peut rester décemment plus de dix secondes dehors dans la cour par -20°C. L’été, pensez quand même à vous démarquer puisque si vous êtes à l’intérieur, vous êtes forcément spécial.
Entendu sur le dancefloor :
J’ai encore perdu mon téléphone. C’est la cinquième fois aujourd’hui, mais bon, je le retrouve à chaque fois.
La phrase à ne pas dire :
C’est quoi, la kétamine ?

QueerTitre-07

GEGEN
L’une des soirées historiques du Kit Kat Club. Victime de son succès depuis quelque temps, elle est de plus en plus délaissée par ceux qui ont fait sa réputation et se peuple de touristes pourtant très au courant des us et coutumes de la maison.
Comment s’habiller ?
Fétiche. Un point c’est tout.
Entendu sur le dancefloor :
C’est où les toilettes des filles ?” (une touriste anglaise peu au fait des moeurs berlinoises)
La phrase à ne pas dire :
Je suis frileux, je porte toujours un Damart, surtout la nuit pour dormir.

QueerTitre-08

TRASHERA
Le très hétéro Zur Wilden Renate se queerise tous les deux mois, histoire d’y voir enfin des gens qui savent danser. Un retour au caniveau trash comme il faut pour un club un peu trop propret, malgré ses apparences de vieux squat.
Comment s’habiller ?
Fabulous, of course. C’est pas parce que vous habitez dans une poubelle que la Fashion Week du Brandebourg vous est défendue. Toute fringue achetée en fripe peut être une pièce de couture dès qu’elle est portée avec style, alors même que les substances vous ont ravagé comme une rue d’Alep.
Entendu sur le dancefloor :
J’ai presque pas entendu la musique ce soir, j’ai passé ma soirée aux toilettes. Ceci dit, il y avait un DJ aux chiottes, ils appelaient ça Toilet Room.
La phrase à ne pas dire :
On va se manger une salade de quinoa juste après ? J’ai envie d’une vie saine.

Crédit photo : Cocktail d'Amore Music

++ Cet article est extrait du Brain papier 3 qui est dispo partout ou presque.