Il y a toujours eu des mecs pour se vanter de leurs conquêtes supposées et quelques autres pour s'émerveiller de leurs histoires glauques et romancées. Et bien figurez-vous que grâce à ce formidable accélérateur de l'intelligence collective qu'est internet, il existe désormais des "rapports de baise" (ou "lay reports") où les experts autoproclamés de la drague et autres "pick-up artists" documentent leur chasse. Le statut social de la proie est souvent ce qui est annoncé en premier, pour montrer la valeur du trophée obtenu. Coucher avec une avocate est par exemple une gloire dont ils s'enorgueillissent. Ses origines ou le lieu de rencontre peuvent également être des facteurs donnant, selon eux, de la valeur à leur prise. Le pire, c'est leur administration de la preuve, qui met en danger l'anonymat des femmes qui ont croisé leur chemin. Il publient, sur Youtube ou dans des groupes Facebook, les SMS échangés ainsi que les photos et vidéos prises souvent à l'insu de leur rencard. 

Eloge de la persistance (leur mot pour le harcèlement) et de la fanfaronnade machiste sont au menu de ces tutos. Car, oui, une portion non congrue de ces kékés des plages est aussi coach de séduction et pense donc que leurs prétendus exploits ont une quelconque valeur pédagogique. Les rencontres Tinder représentent une bonne partie des lay reports, donc réfléchissez bien avant de swiper.