PEBNAD1Ah, le “savoir-vivre” ! Incroyables protocoles millénaire destinés uniquement à prouver à l’autre qu’on est plus sympa. Autant mon grand-père chantait les louanges du “Qu’Ils Aillent Tous Se Faire Enculer”, autant ma mamie n’avait que ce mot à la bouche : le “Savoir-Vivre”. Et puis ils sont morts tous les deux. Du coup, pendant longtemps, je me suis demandé dans quelle mesure le “savoir-vivre” prôné par ma grand-mère justifiait tant d’efforts, s'il ne permettait rien de plus que savoir mourir avec le couteau à poisson à droite de l’assiette. Et puis, au détour d’une discussion familiale concernant mes grands-parents, je me suis rendu compte qu’on évoquait mon grand-père avec un respect très relatif, et j’ai compris que le “savoir-vivre”, n’était, au final, que l’art de passer sa vie à s’assurer que personne ne profiterait de sa mort pour cracher sur sa mémoire. Le combat de mon grand-père, c'était de pas se faire chier dessus vivant ; celui de ma grand-mère, c'était de pas se faire chier dessus morte.


SPOILER ALERTE
Avant que vous ne vous plongiez dans cet article, il m’apparaît honnête de préciser que j’ai personnellement plébiscité la voie de mon grand-père, tout simplement parce que laisser un mauvais souvenir n’est pas le genre de menace qui m’interdit de mener une vie égoïste et individualiste. Mes arguments sont simples : venez chier sur ma tombe si vous voulez, je m‘en fous, je serai mort. Vous pouvez tout à fait émettre un avis contraire dans le champ réservé aux commentaires, mais sachez que je ne le lirai jamais, allez tous vous faire enculer, j’ai choisi mon camp.
FIN DE LA SPOILER ALERTE

On m’a donc demandé de faire un débrief distrayant du livre Le bonheur de séduire, l'art de réussir : savoir vivre aujourd'hui de la baronne Nadine de Rothschild. (Au passage, je ne la connais pas, mais la dernière fois que j’ai eu à supporter un connard comme Président sans avoir rien demandé, il s’est avéré qu’il bossait pour la banque de son mari…)
 
Si j’avais le choix entre lire du Nadine de Rothschild ou le catalogue Leroy-Merlin, je serais incollable sur les débroussailleuses thermiques. Mais bon, on va pas refuser un peu de promo de temps en temps, même dans un média qui mise sur le traitement “lol et décalé” d’une actualité tragique pour conquérir une population désireuse d’excuser son aisance financière réelle par une aisance culturelle factice. La bonne nouvelle dans cette histoire, c’est que si vous lisez cet article, vous faites probablement partie des gens suffisamment riches pour venir me voir en spectacle. Veinards.
81hRFJ25ohL
L’ouvrage commence par une citation de l’auteure : “Si tu veux réussir ta vie, accroche tes rêves à une étoile.” Alors non seulement, Nadine a des connaissances extrêmement limitées en astronomie, mais en plus, le style littéraire évoque le début d’une conférence TedX sur le vivre-ensemble. Inutile de préciser que j’ai immédiatement pensé “Ouh-là, ça va être nul !”.  Eh bien figurez-vous que la dernière fois que j’ai visé aussi juste, c’est quand j’ai refermé le bouquin en me disant “Eh ben, c’était nul.” Le livre fait 375 pages, mais vous n’irez pas jusqu’au bout. Et d’ailleurs, vous n’irez pas jusqu’au milieu non plus. La première moitié du guide semble avoir été rédigé par une femme démente qui a fermement décidé de consacrer sa vie à harceler les gens avec des gros morceaux de politesse. 

C’est pas du savoir vivre, c’est du savoir faire chier. Et la meuf est talentueuse : 
Restez à quarante centimètres de la table.”
Tenez-vous droit.”
Jamais de pâtisseries ni de sucreries en dehors des repas.”
Voulez-vous savoir si un homme est un gentleman ? Vous invitera-t-il dans le petit chinois de quartier ou dans le dernier bon restaurant signalé par Gault et Millau ?
 
S'il y avait un chapitre consacré aux façons les plus élégantes d’ouvrir une baronne avec un couteau à huître, ce serait le seul utile, mais comme par hasard, elle a fait l’impasse sur le sujet. Je vous fait grâce du passage sur le “Savoir-Vivre avec son personnel de maison”, parce que je commence à faire de la tachycardie.
Après, on s’étonne que Macron fasse de la merde, le mec faisait ses afterworks avec la famille Rothschild...
 
Les dernières pages sont consacrées à un sujet fédérateur, qui plaira à coup sûr aux 40% de Français qui ne peuvent pas se payer des vacances : “Que rapporte-t-on de ?”. Et s’en suit une succession de destination exotiques. Exemple : “Le Brésil : dans cet immense pays en voie de développement, les problèmes sont nombreux. Surpopulation, chômage, dette… Mais en dépit des difficultés qu’ils traversent, les Brésiliens sont des gens gais pour qui la musique est essentielle. (...) Rapportez des pierres dures, agates, tourmalines, malachites…” Heureusement qu’on reste sur de l’art et des bijoux, parce qu’on est vraiment pas loin du “Profitez donc de votre halte au Yémen pour monter une petite compagnie pétrolière.”

Alors tout n’est pas à jeter, évidemment, il y a quelques passages intéressants :  “Au théâtre, venez à l’heure, les retardataires dérangent toute une rangée”. Tâchez de vous en souvenir quand vous viendrez voir mon spectacle.
 
Mais globalement, ce qu’il faut retenir du livre c’est : “Bonjour”, “Au revoir”, “Merci” et “S’il vous plaît”...  Était-ce vraiment la peine de noircir 375 pages pour ça ? Et puis, entre nous, si vous n'êtes pas foutu de retenir la base, non seulement vous méritez qu’on chie sur votre mémoire mais en plus, vous n'êtes pas a l’abri que quelqu’un vienne vous chier dessus de votre vivant. Si vous y tenez absolument, vous pouvez vous procurer le livre pour 22€ aux éditons Robert Laffont, mais sachez que pour le même prix, je peux vous fournir un couteau à huître et l’adresse d’un ancien employé des Rothschild. Je vous serais obligé d’agréer, Madame, Monsieur, l’assurance de ma considération la plus distinguée.
 
++ La dernière du Nouveau Spectacle de Pierre-Emmanuel Barré se tiendra le 25 Mai au Grand Rex. Toutes les autres dates par ici
 
Montage photo prestige : Scae.