skinny1

Si la lutte contre le diktat de la minceur dans la mode et les magazines féminins fait encore rage, malgré l'éclosion des "plus size models", il fut un temps où la situation était totalement inversée. Dans les années 50 et jusqu'aux années 70, grâce notamment à la plantureuse Marilyn Monroe, les courbes avaient la cote. Alors les pubs pseudo-médicales pour de drôles de programmes de prise de poids grâce à des boissons hyperprotéinées et autres compléments alimentaires chelous fleurissaient dans les publications qui ciblaient la gente féminine, avant que le style fitness ne s'impose dans les années fric, win et cocaïne. A l'époque, apparemment, si tu n'avais pas un peu de brioche et de fesses, tu étais condamnée à vivre seule, sans amis ni perspectives amoureuses, considérée comme un épouvantail fragile et dépressif. Bref, tu étais traitée comme Christophe Willem à l'Oktoberfest. Horrible.

skinny2

Capture d’écran 2018-11-20 à 14.59.53

skinny3

skinny4skinny5